Journée contre les violences faites aux femmes : Une mobilisation en ligne ce samedi 21 novembre pour interpeller, sensibiliser et former

ACTION Les militantes de l'association NousToutes ont concocté un programme virtuel, même si quelques manifestations dans la rue auront aussi lieu

Aude Lorriaux

— 

Une pancarte brandie lors de la marche NousToutes en 2018, à Montpellier.
Une pancarte brandie lors de la marche NousToutes en 2018, à Montpellier. — ALAIN ROBERT/SIPA

Ce sera une marée violette… sur les réseaux sociaux. C’est une déception pour la plupart des militantes féministes, mais c’est pour elles mieux que rien : la marche contre les violences sexistes et sexuelles, qui devait avoir lieu ce samedi 21 novembre, a été remplacée par une mobilisation sur le web.

Organisée par le collectif Nous Toutes, l’enjeu en est triple : interpeller les pouvoirs publics, sensibiliser l’opinion mais aussi former un maximum de personnes sur les violences sexuelles, comme le collectif le fait déjà depuis des mois. Des formations de 2h30, gratuites, sur une multitude de thèmes : les violences sexistes et sexuelles, bien sûr, mais aussi le cas plus spécifique des femmes handicapées ou encore la notion d’intersectionnalité.

« Faire en sorte que chacun soit capable de détecter des violences »

Ce samedi 21 novembre, 7.000 personnes pourront être formées au choix à la « culture du viol », à « l’histoire des violences sexistes et sexuelles », aux « mécanismes des violences » ou encore à l’accompagnement des victimes de violences. En tout sept formations, mais aussi des concerts (Jeanne Cherhal, Mathilde, Pauline Croze…) et des live Instagram avec des personnalités féministes (la médecin Ghada Hatem, l’activiste Grace Ly du podcast Kiffe ta race, l’élue Alice Coffin…).

« L’objectif de ces formations c’est de faire en sorte que chacune et chacun soit capable de détecter des violences dans son entourage, d’accueillir la parole des victimes, et de les orienter de manière efficace vers les numéros de téléphone utiles ou vers la police ou la gendarmerie », explique à 20 Minutes Caroline De Haas, co-organisatrice de la mobilisation.

Un rassemblement physique mercredi à Paris

Le programme complet est disponible sur le site de l’organisation. Les personnes désireuses de donner un coup de pouce financier peuvent le faire à cette adresse, via une cagnotte Leetchi : NousToutes affirme avoir besoin de 35.000 euros pour couvrir les frais liés à l’organisation de ces évènements. Et celles qui veulent aller battre le pavé le peuvent aussi. La préfecture a autorisé un rassemblement mercredi 25 novembre place de la République à Paris, entre midi et 14 heures. Et plusieurs rassemblements physiques sont organisés samedi en régions.

En 2019, près de 49.000 personnes avaient marché dans Paris selon le cabinet de comptage indépendant Occurrence, et environ 150.000 manifestants et manifestantes sur tout le territoire selon les organisatrices.