Coronavirus : Les influenceurs doivent-ils à tout prix montrer l’exemple sur le port du masque ?

POLEMIQUE Une vidéo de Sundy Jules et Mayadorable parfois sans masque à Disneyland a suscité de nombreuses réactions en ligne

Clément Rodriguez

— 

Mayadorable et Sundy Jules pendant leur virée à Disneyland
Mayadorable et Sundy Jules pendant leur virée à Disneyland — Capture YouTube/SundyJules
  • Le 18 octobre, le youtubeur Sundy Jules a publié une vidéo dans laquelle on le voit en virée à Disneyland Paris.
  • Problème : dans la majeure partie des extraits de son vlog, lui et son amie ne portent pas (ou mal) le masque.
  • « On peut se permettre de ne pas le porter si on explique pourquoi », analyse Stefanie Fiori, coach en stratégie réseaux sociaux.

Hurler de peur, se prendre en photo tout sourire devant le château de la Belle au bois dormant, s’agglutiner dans les files d’attente, autant de petites joies qui font le bonheur de millions de visiteurs de Disneyland Paris depuis près de 30 ans. Mais depuis que le Covid-19 s’est immiscé dans nos vies, les cris sont étouffés par le masque, les sourires cachés par un bout de tissu bleu et les rangs bien plus clairsemés. Des contraintes sanitaires que les influenceurs Sundy Jules et Mayadorable ont visiblement eu du mal à intégrer lors de leur dernier voyage au parc d’attractions.

« On ne savait pas que c’était interdit interdit »

Dans « Mon premier date », le youtubeur âgé de 19 ans filme sa virée chez Mickey en compagnie de son amie, mais un gros détail a attiré l’attention des internautes : le port du masque, globalement peu respecté dans les images de Sundy Jules. Si l’on voulait se prêter au jeu des comptes d’apothicaires, les deux influenceurs montrent leur journée dans l’enceinte du parc dans un montage de quatre minutes et trente secondes. Durant ce laps de temps, ils portent mal (sous le menton ou sous le nez) voire pas du tout leur masque pendant plus de trois minutes, soit 70 % du temps.

Sur les réseaux sociaux et en commentaires de la vidéo, certains n’hésitent pas à leur faire la remarque. Face aux critiques, Sundy Jules a redirigé ses abonnés vers la fin de la vidéo, où il s’explique sur son non-port du masque à certains moments. « À Disneyland, tu n’as pas le droit de retirer ton masque même pour une photo ou une vidéo. Nous, on a gardé notre masque pour les attractions, dans la queue, tout le temps. Juste quand on faisait une vidéo, on le baissait un peu. On l’a fait dans la vidéo, et ce n’est pas à faire. On voulait juste que vous nous entendiez mieux, on ne savait pas que c’était interdit interdit », a-t-il précisé.

Un souci de communication (et d’honnêteté)

Cette offense aux contraintes sanitaires est une pierre de plus ajoutée au lieu commun qui veut que tous les influenceurs se croient au-dessus des autres. Les réactions sont nombreuses d’autant plus que les règles sont régulièrement rappelées dans les allées du site. « Qu’on soit un influenceur, un employé de Disney ou un visiteur lambda, il faut porter le masque dès que vous entrez dans l’enceinte du parc », insiste-t-on du côté de Disneyland Paris, qui indique même à 20 Minutes avoir été alerté de l’existence de cette vidéo par des visiteurs soucieux du respect du protocole.

Pour Stefanie Fiori, coach en stratégie réseaux sociaux, les influenceurs doivent montrer l’exemple avec un minimum d’éthique, surtout lorsque leur audience est jeune. « La plupart des gens peuvent être aveuglés, et prendre pour exemple ce que fait l’influenceur. Si lui se le permet, pourquoi pas nous ? », questionne-t-elle. Que leur compteur d’abonnés soit à 1.000, 5.000 ou un million de personnes, la vigilance doit être la même.

Là où les deux amis ont fait une erreur dans leur vidéo, c’est dans l’honnêteté dont ils n’ont pas fait preuve face à leur public. Pour rappel, Jules tente d’expliquer qu’ils ont gardé leur masque « pour les attractions, dans la queue, tout le temps » alors que les images lui donnent tort trois minutes auparavant. « On peut se permettre de ne pas le porter si on explique pourquoi », remarque Stefanie Fiori. Comme l’a fait Anne-Sophie Lapix au début de l’interview d’Emmanuel Macron le 14 octobre dernier, il aurait fallu que les influenceurs expliquent à leur audience pourquoi ils ne portaient pas le masque en amont.

La meilleure campagne de sensibilisation possible ?

Pour autant, cet incident ne devrait pas avoir de lourdes conséquences sur l’image de Sundy Jules et Mayadorable. Car si de nombreux abonnés ont relevé ce manquement aux règles, ils ne sont finalement qu’une goutte d’eau dans l’océan de réactions qui garnissent les commentaires. « Cela ne va pas jouer sur son image, note Stefanie Fiori. Pas au niveau des jeunes en tout cas parce que ce sont des irréductibles, ils sont plutôt aveuglés par la copine et le voyage. »

Ailleurs qu’en France, il est demandé aux influenceurs de montrer le bon exemple. Il y a quelques semaines, le gouvernement québécois se rapprochait de sept instagrameurs et youtubeurs afin de promouvoir le port du masque. Même chose en Italie, où le Premier ministre Giuseppe Conte a contacté des influenceurs le week-end dernier afin de faire passer le message à une génération qui ne regarde pas le journal télévisé.

Ainsi, la blogueuse et styliste Chiara Ferragni a fait la promotion du masque ce mardi sur son compte Instagram suivi par plus de 21 millions de personnes. Toutefois, le message ne passerait-il pas mieux grâce aux erreurs de Sundy Jules et Mayadorable ? « Pour une campagne de sensibilisation sur le port du masque, on n’aurait pas fait mieux comme vidéo, avec un petit brin de controverse », sourit Stefanie Fiori.