Un dessin animé raciste suscite l'indignation des internautes

DISCRIMINATION Dans cette vidéo, la beauté de l’héroïne est associée à la couleur de sa peau

Naomi Mackako
— 
Après qu'on lui a jeté un sort, la princesse de type caucasien perd toute sa beauté et est supposée s'enlaidir en devenant noire.
Après qu'on lui a jeté un sort, la princesse de type caucasien perd toute sa beauté et est supposée s'enlaidir en devenant noire. — Capture d'écran/Fairy Tales/YouTube

Un dessin animé mis en ligne jeudi dernier sur YouTube par la société French Fairy Tales suscite la colère des internautes à cause de ses sous-entendus racistes et discriminatoires.



En seulement quelques jours, la vidéo d’une dizaine de minutes a été visionnée plus de 300.000 fois et la séquence choc du court film d’animation largement partagée sur les réseaux sociaux. Le dessin animé raconte une histoire d’amour entre un couple princier et son lot d’embûches, dans un univers de conte de fées. La princesse se voit ensorcelée et perd toute sa beauté. Alors qu’elle avait originellement une peau blanche et des cheveux lisses, l’héroïne devient alors noire et sa chevelure frisée. Honteuse de cette métamorphose punitive, elle veut se cacher de son prince. « Maintenant je suis vilaine ! », s’exclame son personnage.

Le message adressé aux plus jeunes

Cette réplique a offusqué les internautes qui n’ont pas manqué d’exprimer leur colère dans la barre des commentaires de la vidéo qui recueillent plus de 14.000 avis négatifs. « C’est honteux qu’elle soit noire lorsqu’elle devient moche », a ainsi écrit une utilisatrice de la plateforme. « Quel message donnent-ils aux gamins ? », a tweeté une autre personne. Pour l’anthropologue sociale et ethnologue, Isabelle Hidair-Krivsky, ce genre de représentation est problématique d’autant plus dans une œuvre à destination des enfants car elle a une influence sur la construction de leur identité.

« Le jeune public n’est pas en mesure de rectifier seul les représentations du monde – qui sont faussées par les idéologies - », explique à 20 Minutes la maîtresse de conférences à l’université de Guyane. « La famille est la première instance de socialisation [et] le monde des enfants est celui des parents », il appartient donc aux parents de s’affranchir de l’ethnocentrisme. Selon la scientifique, à l’heure où il y a une volonté de valoriser les cheveux et peaux naturels, cette stigmatisation des peaux foncées est une véritable régression. « L’explication biblique de l’esclavage trouve sa source dans la malédiction de Noé sur Cham et sur sa descendance, entraînant l’avilissement de tous les Noirs. Dès lors, cette couleur sera synonyme de mort et d’enfer », expose Isabelle Hidair-Krivsky. Une perception négative dont les résidus absurdes subsistent encore.

Une meilleure connaissance de nos préjugés

« Les phénotypes sont largement associés à des catégories économiques, poursuit-elle. Il devient difficile dans ce contexte de considérer qu’une personne minorisée puisse être respectée. Notre prise de conscience doit passer par une meilleure connaissance de nos préjugés. […] Il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour lutter contre le racisme [qui est] en 2019, un défaut universel ».

Sur les réseaux sociaux, les utilisateurs ont lancé un appel au signalement massif de la vidéo. Mardi matin elle n’était plus visible sur YouTube. Contactée par 20 Minutes, French Fairy Tales, la société qui serait basée aux Émirats Arabes Unis d’après son profil YouTube, n’a pas répondu à nos sollicitations.