15 ans de Facebook : « J’ai retrouvé ma sœur... », nos internautes racontent comment le réseau social a changé leur vie

VOUS TEMOIGNEZ A l'occasion des 15 ans de Facebook, nous vous avons demandé les belles choses qui vous étaient arrivées grâce au réseau social fondé par Mark Zuckerberg

Charlotte Murat

— 

Le logo de Facebook
Le logo de Facebook — Pexels

Joyeux anniversaire ! Facebook a 15 ans ce lundi 4 février. Avec ses 2,32 milliards d’utilisateurs mensuels actifs, le réseau social fondé par Mark Zuckerberg est l’objet de toutes les attentions. De toutes les critiques. On l’accuse de favoriser la diffusion de fausses informations, de faciliter le cyber-harcèlement, ou encore d’exploiter à leur insu les données de ses utilisateurs.

Mais Facebook, ce sont aussi des groupes d’entraide, de la solidarité, des amitiés retrouvées et des amours rencontrées.  Nous vous avons demandé ce qui vous était arrivé de beau grâce à ce réseau social.

Brigitte, 50 ans, et Michelle, 52 ans, les sœurs qui se sont retrouvées après quarante-quatre ans de séparation

« J’avais à peine 3 ans lorsque j’ai été placée, raconte Michelle. J’avais une petite sœur de 17 mois. J’ai appris bien plus tard que nous aurions dû aller dans la même famille d’accueil, mais ça n’a pas été possible. J’ai vécu avec ce manque toute ma vie et en 2012, je décide de lancer une bouteille à la mer. » « Je savais que j’avais une sœur qui s’appelait Michelle, explique Brigitte. J’avais un vague souvenir d’elle me rendant visite une fois quand j’étais petite. Et le 22 janvier 2012, je reçois un message sur Facebook. C’était elle, elle m’avait retrouvée. Nous nous sommes échangé des messages pendant un an avant de nous rencontrer. C’est très perturbant, nous avons d’abord dû apprendre à nous connaître. » « Nous avons connu toutes les deux beaucoup de souffrances et je voulais lui laisser le temps de digérer, précise Michelle. » « Notre rencontre a été magique, se souvient Brigitte. On se comprend. Rien ni personne ne sous séparera à nouveau. » « Nous sommes comme des jumelles, nous ressentons les mêmes émotions, les mêmes manques. Ma sœur est mon autre », ajoute Michelle. « Grâce à Facebook, le mot "famille" a enfin une signification pour moi », conclut Brigitte.

Hayette, 29 ans, celle qui a retrouvé son demi-frère

« Mon père est décédé en 1995, lorsque j’avais 5 ans. J’ai toujours su qu’il avait été marié avant ma mère et qu’il avait un fils né en 1975. Mais je ne l’avais jamais vu. Seule ma mère l’avait rencontré, une fois, à l’enterrement de mon père dans un village reculé d’Algérie. Lorsque je me suis inscrite sur Facebook, c’était dans l’espoir de le retrouver. Mais sans succès. Je tapais son prénom et son nom dans la barre de recherche et rien ne sortait. Jusqu’à un beau jour de 2012. Lui aussi connaissait notre existence [Hayette a un frère jumeau] et ma mère lui avait laissé une photo de nous lorsqu’elle l’avait vu. On s’est échangé des photos, il m’a raconté toute l’histoire de mon père et de sa famille. On s’appelle au moins une fois par mois. On s’est rencontré en vrai pour la première fois en 2014, lorsqu’il est venu en France. On s’est effondré en pleurs. Cet été, c’est moi qui vais en Algérie. Grâce à Facebook, je vais pouvoir rencontrer la famille de mon père, connaître mes racines. »

Angélique, 44 ans, celle qui a retrouvé son grand amour

« J’ai rencontré Christophe lorsque j’avais 17 ans. Ça a été ma première grande relation sérieuse. Mais au bout d’un an et demi, mes parents commencent à lui mettre la pression, il prend peur et me quitte. Je n’ai plus jamais eu de nouvelles. On a tous les deux fait notre vie de notre côté. Je me suis mariée, j’ai eu des enfants et j’ai divorcé. Il y a quelques mois, ma meilleure amie me demande si j’ai des nouvelles de Christophe. Je le cherche alors sur Facebook et je lui envoie un message. On ne s’était pas vu depuis vingt-six ans. Il me répond et on commence à discuter tous les jours, par messages et par téléphone. J’ai appris par la suite qu’il me cherchait depuis des années, mais j’avais changé de nom. Un jour, ça frappe à la porte de chez moi à 7h30. C’était lui. Je lui ai alors présenté mes enfants. Et depuis sept mois, nous vivons le grand amour. C’est comme si rien n’avait changé. En juillet, je quitte tout et mes enfants et moi allons emménager avec lui et les siens, à trois heures et demie de route de chez moi. »

Jérémy, 24 ans, celui a trouvé sa voie professionnellement

« Il y a six ans, peu avant mes 18 ans, j’ai lancé une page d’humour sur Facebook qui a atteint 65 000 membres. J’interagissais énormément avec ma communauté, je me suis fait des amis virtuels que j’ai pu rencontrer par la suite. C’est comme ça que je me suis fait l’un de mes meilleurs amis et j’ai aussi entretenu des relations amoureuses plus ou moins sérieuses avec des filles de ma communauté. Grâce à la gestion de cette page, je suis devenu plus ouvert d’esprit et les messages de soutien que je recevais ont boosté ma confiance en moi. Un an et demi après la création de la page, je me suis dit "Si je pouvais passer trente-cinq heures par semaine à être payé pour écrire des bêtises sur Facebook, je signerais directement". J’ai appris qu’un métier existait pour ça et que ça s’appelait community manager. Aujourd’hui, cela fait quatre ans que j’exerce ce métier. Bien sûr, j’ai compris que cela ne consistait pas seulement à écrire des bêtises sur Facebook, mais ce réseau social à changé ma vie. Je me suis découvert une passion et j’ai trouvé ma voie. »

Kyllian, 18 ans, celui qui a rencontré sa meilleure amie

« Il y a deux ans, je commente un truc drôle sur Facebook, je ne sais plus du tout quoi. Mon commentaire plaît et je me retrouve tout en haut. C’est là qu’une certaine Jennyfer me contacte par message privé avec un message du style "Salut, c’est marrant ce que tu as écrit". On commence à discuter sur Facebook, sur Snapchat. Et ça ne s’est jamais arrêté. On est en contact tous les jours. Pour mes 18 ans, elle m’a envoyé un cadeau par la Poste. C’est là que je me suis rendu compte qu’elle était vraiment ma meilleure amie. Quand j’ai eu ma voiture, l’été dernier, je suis enfin allé la voir. Elle habite à deux heures de chez moi. C’était génial. Notre relation est encore meilleure dans la vraie vie. J’y suis retourné pour passer le Nouvel An et elle va bientôt venir me voir. Des amis, je m’en fais tout le temps, mais là, c’est vraiment spécial, on se raconte tout. »