Le logo de YouTube (illustration).
Le logo de YouTube (illustration). — Danny Moloshok/AP/SIPA

CHALLENGE

YouTube s'attaque aux défis dangereux qui se propagent sur Internet

La plateforme de vidéos a décidé mardi de clarifier ses règles pour mieux lutter contre les vidéos incitant à réaliser des défis dangereux, comme avaler de la lessive ou conduire les yeux bandés…

YouTube s’attaque aux challenges qui pullulent sur le Web. La plateforme de vidéos, très populaire chez les adolescents, a décidé mardi de clarifier ses règles pour mieux lutter contre les vidéos incitant à réaliser des défis dangereux, comme avaler de la lessive ou conduire les yeux bandés.

Si le site possédé par Google interdit déjà « les contenus incitant à la violence et à des activités dangereuses », ce qui comprend ce type de farces ou de « challenges », YouTube a décidé de leur accorder désormais une section spécifique dans ses règles d’utilisation alors que ce type de vidéos fait florès sur internet depuis déjà plusieurs années, via YouTube ou Facebook.

Drôle ou dangereux ?

Ainsi le « Fire challenge » (s’asperger de liquide inflammable avant d’y mettre le feu) ou le «Tide pod challenge» (avaler des capsules de lessive), tous deux cités en exemple par YouTube mardi, ont poussé de nombreux jeunes dans le monde à se lancer dans ce type d’activités dangereuses, au risque de se blesser gravement voire pire.

Le film Bird Box, sorti il y a quelques semaines sur Netflix, a récemment inspiré des défis en vidéo consistant à faire toutes sortes d’activités les yeux bandés, comme les personnages du film.

« YouTube abrite beaucoup de (vidéos) virales de défis ou de farces très populaires mais nous devons être sûrs que ce qui est drôle ne dépasse pas les bornes en étant dangereux », a écrit la plateforme mardi sur le forum officiel « YouTube Help » destiné aux créateurs de contenus.

Des règles plus strictes

La plateforme a donc mis à jour ses règles « pour qu’il soit clair que nous interdisons les défis présentant un risque de danger grave ou de mort, et les farces qui font penser aux victimes qu’elles sont en grave danger ou qui peuvent pousser des enfants à vivre un stress émotionnel violent » pouvant « les traumatiser à vie », dit encore ce billet de YouTube, qui laisse deux mois aux créateurs pour s’adapter.

Comme d’autres réseaux sociaux et plateformes internet, YouTube tente de montrer qu’il lutte au mieux contre les contenus problématiques.