Facebook a bloqué des photos d’enfants mourant de faim considérées comme de la nudité infantile

YEMEN Facebook a empêché les internautes de partager des photos choquantes du « New York Times » qui voulait pourtant créer une prise de conscience…

C.B.

— 

Un enfant dénutri au Yémen.
Un enfant dénutri au Yémen. — MOHAMMED MOHAMMED/CHINE NOUVELLE/SIPA

Pendant plusieurs heures, les internautes n’ont pas pu partager les photos du New York Times. Ces photos, choquantes, montraient des enfants en train de mourir de la famine au Yémen. Selon l’ONG britannique Save the Children, cinq millions d’enfants yéménites sont victimes de cette  famine provoquée par la guerre qui, depuis 2015, oppose les rebelles houthistes soutenus par l’Iran, à la coalition menée par l’Arabie saoudite. Et pour réveiller les consciences, le quotidien américain avait décidé d’y aller fort. Ce qui n’est pas du goût de Facebook.

Après la mise en ligne de l’article, samedi, des dizaines d’internautes se sont plaints de ne pas pouvoir le partager sur Facebook. Leur message était supprimé peu après sa publication. Pourquoi ? Parce que la photo illustrant l’article, celle d’une petite fille squelettique dont on voit les côtes, enfreint les règles du réseau social en montrant une mineure dénudée. Cette modération excessive avait déjà été dénoncée par des associations qui avaient publié des photos d’enfants nus dans les camps de concentration ou celle de la fillette nue courant pour échapper au napalm pendant la guerre du Vietnam. A chaque fois, Facebook avait présenté ses excuses et avait finalement autorisé ces publications.

« Nous avons estimé que cette décision vous appartenait »

Un dénouement que l’on espère pour le New York Times, qui a expliqué à ses lecteurs publier ces photos pour montrer que : « L’assassinat d’un seul homme a davantage attiré l’attention de la planète que la catastrophe en cours au Yémen. […] Ces images révèlent l’horreur qu’est le Yémen aujourd’hui. Vous pouvez choisir de détourner le regard. Mais nous avons estimé que cette décision vous appartenait. » Si Facebook vous laisse en juger par vous-même.