Lagardère va céder Doctissimo à TF1 et MonDocteur à Doctolib

SANTE EN LIGNE Le montant précis des transactions n’a pas été indiqué...

L.B. avec AFP

— 

Illustration d'un médecin.
Illustration d'un médecin. — POUZET/SIPA

Le groupe Lagardère a annoncé ce jeudi la vente de son pôle « e-santé » qui comprend le célèbre site d’information santé Doctissimo et la plate-forme de prise de rendez-vous médicaux en ligne MonDocteur, dont il évalue la valeur totale à 60 millions d’euros. Doctissimo « fait l’objet de négociations exclusives avec le Groupe TF1 en vue d’une finalisation d’un accord avant le 30 septembre 2018 », précise le groupe dans un communiqué.

La plateforme MonDocteur sera quant à elle rachetée par son principal concurrent, Doctolib. Le montant précis des transactions n’a pas été indiqué.

MonDocteur racheté par Doctolib

« Avec 55.000 praticiens utilisateurs et 20 millions de visites de patients chaque mois », l’ensemble formé par Doctolib et MonDocteur « fournit désormais le service de prise de rendez-vous médicaux en ligne le plus utilisé au monde », a indiqué Doctolib. Le nouvel ensemble emploiera 600 salariés après la fusion, dont 450 venant de Doctolib et 150 de MonDocteur.

Il prévoit d’employer 1.000 salariés d’ici deux ans. Le groupe Lagardère est en plein redéploiement pour se recentrer sur l’édition et la distribution dans les lieux de transport, en se désengageant progressivement des secteurs des médias et du marketing sportif. Doctolib, de son côté, ne manque pas de liquidités, après avoir levé 35 millions d’euros en novembre 2017, après 26 millions en janvier de la même année.

Doctolib et MonDocteur vendent aux professionnels de santé, indépendants ou dans les hôpitaux, un logiciel de gestion d’agenda, qui permet notamment aux patients de prendre rendez-vous en ligne. Le service fonctionne par abonnement, pour un prix de 109 euros TTC mensuel pour Doctolib.

Doctolib majoritairement contrôlé par ses fondateurs

L’entreprise promet aux praticiens qui utilisent son service une réduction de 30 % de leur temps de secrétariat, et de 75 % du taux de non-présentation des patients, grâce à notamment aux SMS de rappel de rendez-vous envoyés automatiquement. Doctolib est majoritairement contrôlé par ses fondateurs, dont le président Stanislas Niox-Chateau, et son équipe dirigeante.

Eurazeo et Bpifrance notamment figurent également au capital, tout comme le fonds international de capital-risque Accel, ou des entrepreneurs comme Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur du site de commerce en ligne PriceMinister, et Nicolas Brusson, cofondateur de la start-up française de covoiturage BlaBlaCar.

>> A lire aussi : Doctolib, Mondocteur… Comment ces plateformes changent la relation entre patient et soignant?

 

Mots-clés :