Plus fort que le foot: Une historienne casse Internet avec un lapin à pancarte

WEB Depuis dimanche soir, historien(ne)s et archéologues s’échangent des plaisanteries sur leurs spécialités respectives avec un mème de lapin ASCII…

Benjamin Chapon

— 

Le lapin pancarte ASCII est de retour... en 2018
Le lapin pancarte ASCII est de retour... en 2018 — B.Chapon/20Minutes

C’est un cri d’amour, et un cri de détresse. Dimanche soir, Bérangère, étudiante en Master 2 d’Histoire à Dijon, a publié sur Twitter une image de lapin avec une pancarte déclarant « Le Moyen Âge n’est pas un temps obscur ». Elle persiste ensuite avec d’autres messages du même acabit, toujours avec le fameux lapin en ASCII.

« J’étais dans un train, je m’ennuyais un peu, explique Bérangère. J’ai recopié ce lapin que j’ai trouvé dans mon fil et j’ai collé des trucs que je dis souvent, sans être entendue d’ailleurs, pour défendre le Moyen Âge. Je comptais juste faire un peu marrer les gens qui me suivent et me connaissent. » Mais le lapin de Bérangère a connu un succès inattendu fait de retweets et réponses massives, mais surtout de la réappropriation pour des nombreux twittos historiens. Bien vite naît le mot-dièse #lapinhistorien

De vraies infos… et un lapin

Peut-être parce qu’ils et elles s’ennuyaient, peut-être parce que tout est prétexte à faire front quand l’occasion se présente, tous les spécialistes y sont allés de leurs blagues pour défendre leurs périodes d’étude. Il y a les contempteurs de l’époque « merdiévale », les « antiquichiants », et même quelques adeptes de l’histoire contemporaine. C’est dire. « C’est surtout des clichés, des plaisanteries bien connues, remarque Bérangère. Mais il y a aussi des trucs sérieux. J’ai vu passé de vraies infos sur des périodes historiques ou la question des sources. Mais avec un lapin qui tient une pancarte… »

L’historienne à l’origine du buzz, qui a d’ailleurs migré en anglais avec le hashtag #HistorianSignBunny, estime que tout cela reste « bon enfant » et permet aux gens de « faire passer des messages tout en faisant sourire ». D’autres utilisateurs de Twitter y voient malgré tout la résurgence de vieilles rancœurs entre spécialités, notamment certaines qui seraient considérées comme plus nobles…

« Je n’ai jamais eu autant de retours sur mon travail »

« C’est devenu un peu militant, note Bérangère. Moi, j’avais écrit une note de blog intitulée "Laissez le Moyen Âge tranquille" qui répondait un peu à tous les clichés négatifs sur la période. Je crois que les gens profitent du lapin pour dire des choses qu’ils ont sur le cœur, des sentiments d’injustice. » Être chercheur en Histoire, c’est aussi souvent être un peu seul dans son coin, à bosser sa thèse. « Je n’ai jamais eu autant de retours sur mon travail qu’avec ce lapin. C’est à la fois un peu triste et très beau. »

Bérangère est bien placée pour mesurer qu’un peu de LOL bienveillant sur Twitter ne fait pas de mal. Féministe déjà violemment harcelée en ligne lors de raids, elle a dû supprimer son ancien compte Twitter. Et les suiveurs des comptes Twitter d’historiens savent qu’à quelques exceptions près (surtout quand il s’agit de se défouler sur Franck Ferrand ou Lorànt Deutsch), les échanges y sont bon enfant.

Cette histoire de lapin pancarte montre en tout cas la force de la team Histoire sur Twitter puisque mercredi, de nombreux comptes reprenaient le mème sans savoir d’où venait son retour en force. Et le mot-dièse #lapinhistorien continue de produire des tweets hilarants. L’Histoire continue.