« Koh-Lanta » : Pour les fans, la diffusion du mardi est une vraie épreuve d'inconfort

CERNES-LANTA Rester éveillé jusqu’à 23h35 un mardi soir semble aussi difficile que de rester cinq heures sur un poteau au milieu de l’eau

Clément Rodriguez
— 
Dans « Koh-Lanta », les plus fatigués sont les téléspectateurs
Dans « Koh-Lanta », les plus fatigués sont les téléspectateurs — Alain Issock/ALP/TF1/Starface
  • Plus que le retour de Thomas Pesquet dans l’espace ou la deuxième place de Barbara Pravi à l’Eurovision, le changement de case de Koh-Lanta est l’événement de l’année 2021.
  • En passant du vendredi au mardi, le public a vu ses habitudes bousculées. Nos internautes racontent comment ils se sont organisée.
  • L’émission reviendra-t-elle un jour sur sa case historique du vendredi soir ? « C’est une question compliquée à laquelle nous n’avons pas de réponse précise », répond Rémi Faure, directeur des programmes de flux de TF1.

Voilà plusieurs semaines que Christine a « la tête dans le seau le mercredi matin ». Pour cette lectrice de 20 Minutes qui se lève à 4h30 tous les jours, le changement de programmation de Koh-Lanta est compliqué à encaisser. Si l’émission a été avancée au mardi, c’est parce que TF1 a trop de programmes à diffuser : Danse avec les stars le vendredi, The Voice le samedi et bientôt Mask Singer, Ninja Warrior et District Z. Ce choix a fait couler beaucoup d’encre et nombreux sont les téléspectateurs et téléspectatrices à déplorer ce bouleversement.

Toucher à Koh-Lanta le vendredi, c’est s’attaquer à un rituel. Plusieurs des personnes ayant répondu à notre appel à témoignages racontent à quel point la diffusion de l’émission s’accompagnait d’un moment partagé entre amoureux, en famille ou entre amis. « C’était notre soirée pizza/Koh-Lanta qui annonçait le week-end », relate Charlotte qui avait visiblement les mêmes habitudes que Max : « J’enregistre pour regarder plus tard et respecter la tradition de la pizza/Koh-Lanta du vendredi ».

Chez Pauline, les burgers trônaient sur la table quand les aventuriers et aventurières n’avaient que quelques grammes de riz à se mettre sous la dent : « nous avions notre rituel du vendredi, fast-food devant Koh-Lanta, ça permettait vraiment de couper entre le travail et le week-end. Désormais, on zappera tout simplement », regrette-t-elle.

« Ce n’est pas une matière où on coupe à loisir »

« L’émission finissant trop tard, les lendemains sont durs, durs… Combien de personnes regardent du début à la fin ? », s’interroge Thierry. En voilà une excellente question ! Parmi nos lecteurs et lectrices, Sophie se couche après la moitié de l’épisode et regarde la suite le lendemain. Même chose du côté d’Elise qui regarde le début avec sa fille et la suite en replay. « Ce que je regrette un peu, c’est que si j’avais su que c’était le mardi, j’aurais probablement un peu raccourci les épisodes », indiquait la productrice Alexia Laroche-Joubert à 20 Minutes il y a quelques semaines.

« On fait en fonction du contenu, on ne tire jamais sur la corde, répond Rémi Faure, directeur des programmes de flux du groupe TF1. Quand le contenu justifie un épisode un peu court d’1h30, on fait des épisodes d’1h30. Mais il y a des moments où il se passe tellement de choses qu’on a besoin de raconter qu’on est obligés de faire des épisodes plus longs. Ce n’est pas une matière où on coupe à loisir. »

- 730.000 personnes devant leur poste

Comparons les chiffres d’audience avec la saison proposée à la même période l’an dernier. En moyenne, les sept premiers épisodes des 4 Terres (diffusés après le premier confinement et avant que le couvre-feu ne soit instauré) avaient attiré 5.240.000 personnes. Un an plus tard, 4.510.000 fans se sont branchés au début de la saison de La légende, soit une baisse de plus de 700.000 personnes. Toutefois, du côté du replay, TF1 s’y retrouve. Pour l’heure, chacun des épisodes de cette édition anniversaire a été visionné par plus d’un million de retardataires, pour une moyenne de 5.680.000 fans en incluant le rattrapage.

« Le replay, très haut, montre, dans un monde de plateformes, que le rendez-vous de Koh-Lanta est un rendez-vous capital pour les gens qui ne peuvent pas être devant leur télé le mardi soir », constate Rémi Faure. Du côté des cibles, l’émission progresse sur les adolescents et les jeunes adultes, « un public qui sort sans doute le vendredi soir », et baisse quelque peu sur les enfants de 4 à 14 ans « qui représentent un volume qui n’est pas le cœur de Koh-Lanta et qu’on rattrape quasiment totalement avec le replay. »

Éviter les spoils, un sport national

Avec une diffusion de Koh-Lanta jusqu’à 23h35 en pleine semaine, la lutte contre le sommeil est le principal souci du public. Bon deuxième, le combat contre les spoils constitue aussi l’une des principales batailles des fans du programme. « Je regarde le replay le vendredi soir et lutte toute la semaine contre les spoils », se désole Léa.

Jack, lui, travaille les mardis soir et doit donc passer par le replay pour suivre les aventures de Claude, Teheiura et les autres tout en évitant le nom de l’éliminé de la semaine. « Il faut littéralement ne parler à personne, ne pas allumer la télé ou la radio entretemps », exagère-t-il un petit peu. Elise, quant à elle, s’est désabonnée des pages traitant de Koh-Lanta sur Facebook pour ne pas en connaître l’issue.

Afin de ne pas planter un couteau dans le dos de son public, comme le font parfois certains candidats entre eux, TF1 veille à ne pas dévoiler trop d’informations dans les jours qui suivent la diffusion. « Quand c’était le vendredi, beaucoup de gens le rattrapaient le samedi ou le dimanche, donc on évitait d’avoir une prise de parole trop explicite sur le sortant le week-end », indique Rémi Faure. Concrètement, cela veut dire que le visage du sortant n’est pas clairement affiché sur les réseaux sociaux de la chaîne et que les bandes-annonces sont minutieusement montées. « On fait en sorte de ne pas les diffuser tout de suite et de ne pas rappeler le sortant précédent pour ne pas spoiler les gens », promet le directeur des programmes de flux.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Parmi toutes celles et ceux qui regardent désormais Koh-Lanta le mardi, on rencontre tout de même des personnes qui y trouvent leur compte. Maxime, en « bon fan qui se respecte », ne peut pas attendre le lendemain et prendre le risque de se faire spoiler. « Pour des programmes/institutions tels que Koh-Lanta, il faut être en rendez-vous. En tout cas, même si c’est le mardi, je suis ravi de voir une nouvelle saison », témoigne-t-il. Fan depuis 20 ans, Justine jure qu’elle suivra toujours l’émission, qu’importe la place, qu’importe l’endroit : « du moment que j’ai mon épisode… », estime-t-elle.

Libérer la case du vendredi soir permet aussi aux téléspectateurs et téléspectatrices de vaquer à d’autres occupations pour bien lancer le week-end. Agent territorial spécialisé des écoles maternelles, Aubérie est doublement ravie : « le mercredi c’est mon jour de repos et le vendredi soir j’ai l’entraînement de football donc je n’aurais pas pu regarder Koh-Lanta ». Laurence aussi valide ce changement car « vendredi, fin de semaine oblige, on prévoit souvent autre chose que la télévision. »

Alors que l’audience totale du public connaît une petite baisse en cette rentrée, « ce n’est pas certain qu’on aurait fait de plus grosses audiences le vendredi », commente Rémi Faure en soulignant le beau temps qui règne encore sur le pays et l’envie des Françaises et des Français à sortir un peu plus. Mais Koh-Lanta reviendra-t-elle un jour sur sa case historique du vendredi soir ? « C’est une question plus compliquée à laquelle nous n’avons pas de réponse précise », nous répond-on.

Ce que l’on peut dire, c’est que l’émission de survie enregistre de meilleurs scores que Good Doctor, diffusée le mardi soir à la même période l’an dernier. « Le flux et les grosses franchises historiques se portent extrêmement bien. Elles font largement plus d’audience que la plupart des séries américaines. C’est plutôt quelque chose d’un peu structurel qu’il y ait plus de divertissements et de programmes de flux sur TF1 », analyse Rémi Faure. Plus de divertissements, d’accord, mais toujours Koh-Lanta et toujours le mardi ? Pour l’heure, aucune décision n’a été prise.