« Koh-Lanta » : « Je n’ai aucune haine contre Laëtitia et Vincent », assure Thomas

INTERVIEW Avec huit voix contre lui, Thomas a été éliminé de « Koh-Lanta » à l’unanimité ce vendredi soir

Propos recueillis par Clément Rodriguez

— 

Thomas, candidat de « Koh-Lanta : Les armes secrètes »
Thomas, candidat de « Koh-Lanta : Les armes secrètes » — ©A.ISSOCK/ALP/TF1
  • TF1 diffusait ce vendredi soir le dixième épisode de Koh-Lanta : Les armes secrètes.
  • Apparaissant physiquement comme le plus faible des candidats, Thomas a été éliminé à l’unanimité par les membres de la tribu réunifiée.
  • « Je préfère qu’on m’élimine parce que mon corps lâche plutôt qu’on me dise que je suis quelqu’un d’insupportable », explique-t-il à 20 Minutes.

Il voulait sa vengeance, il l’a eue. Mais Thomas n’en a pas profité bien longtemps puisqu’il a été éliminé de Koh-Lanta trois jours seulement après Vincent et Laëtitia, qu’il considérait comme ses rivaux. Peu de temps avant le conseil diffusé ce vendredi sur TF1, le chauffeur routier faisait un malaise sur le camp de la tribu réunifiée. « Est-ce que mon physique a été une excuse ou pas ? Je ne sais pas », témoigne-t-il auprès de 20 Minutes.

Ce qui a précipité votre départ, ce serait votre faiblesse physique. Comment vous sentiez-vous, là-bas, après 30 jours d’aventure ?

Je ne me sentais pas bien à la fin. C’est sûr qu’au moment de ma sortie, je n’étais pas en pleine forme, ça se voit. Après, c’est vrai que mon mental avait pris un coup avec les éliminations de Myriam, Shanice et Mathieu. On sait que le mental joue beaucoup. Après les éliminations de Vincent et Laëtitia que j’avais réussi à éliminer, du moins avec l’aide de Lucie, c’est sûr que mon mental allait mieux même s’ils n’étaient plus là. Malheureusement, je ne peux que comprendre leur choix de m’éliminer.

En tant qu’ancien jaune, est-ce que vous sentiez que c’était la fin pour vous ?

C’est sûr que j’étais le seul « jaune » qui restait. Lucie, en piquant le collier à Laëtitia et en le donnant à Maxine, a prouvé à tout le monde qu’elle était rouge à 100 %. Flavio, lui, est orange parce qu’il ne s’est jamais positionné pour dire qu’il était jaune, jaune, jaune. On ne savait pas où il allait. Le seul jaune qui restait, c’était moi. Est-ce que mon physique a été une excuse ou pas ? Je ne sais pas. C’est quand même un comble parce que je fais beaucoup d’histoires, je suis quelqu’un de rancunier, j’ai pris beaucoup de place. J’étais une « grande gueule », je montrais à tout le monde que je voulais ma vengeance. Je l’ai eue et malheureusement, on m’élimine parce que je suis faible. Je préfère qu’on m’élimine parce que mon corps lâche plutôt qu’on me dise que je suis quelqu’un d’insupportable.

Dans l’épisode de vendredi dernier, on vous voit répéter plusieurs fois à Vincent et Laëtitia que vous allez vous venger. Pourquoi autant d’acharnement ?

Dans la vie, je suis comme ça, mes proches m’ont reconnu. Je suis quelqu’un qui, quand il aime, aime à 2.000 %. Mais quand on me fait du mal à moi ou aux gens que j’apprécie, je suis aussi entier et je dis ouvertement que je vais avoir ma vengeance. Leur dire toute la journée pour qui j’allais voter, je savais que ça allait les rendre fous. Je n’étais pas au courant qu’ils avaient un collier mais au moins, je ne me suis pas caché derrière un vote, ils ont su dès le début pour qui je votais. On ne peut pas dire que je suis hypocrite, j’ai dit ce que je pensais tout haut.

Dans son interview à 20 Minutes, Laëtitia dit « Il allait trop loin. C’était vraiment de la haine, de la vengeance… C’était pesant, à force. » Vous regrettez ?

Je ne regrette pas parce que c’est ma façon d’être. Je l’ai dit dans mon portrait : même si je suis plus faible que les gens, jamais je ne le dirai. Je leur dirai tout le temps que je suis meilleur qu’eux parce que ça a un impact psychologique et on sait que la psychologie fait faire des erreurs. On aime ou on n’aime pas, c’est comme ça que je suis. Après, dire que c’est de la haine, de la méchanceté gratuite… Non, ce n’est pas de la haine. Je n’ai aucune haine contre Laëtitia, je n’ai aucune haine contre Vincent. C’est juste que je n’apprécie pas leur façon de jouer et j’ai eu besoin de leur montrer. Elle peut dire que j’ai un fond méchant, je sais qui je suis. Je suis juste quelqu’un qui n’aime pas qu’on fasse du mal aux gens qu’il aime. Je leur ai montré qu’ils avaient trahi la famille des jaunes. Humainement, je ne la connais pas plus que ça, je n’ai pas appris à la connaître, ce n’est pas quelqu’un qui m’intéresse. Je pense qu’on ne partage pas la même vision de la vie. Ce n’est pas pour ça que je la déteste. Elle fait sa vie, je fais la mienne, c’est tout.

Certains téléspectateurs ne comprennent pas que vous puissiez encore en vouloir à Vincent, six mois après le tournage…

Je reçois beaucoup d’insultes mais je n’en veux pas plus que ça à Vincent à l’heure actuelle. Il ne m’intéresse pas mais c’est quelqu’un que j’estimais. Au début de l’aventure, au moment où on a fait les équipes, j’ai dit à Aurélien de le prendre parce qu’il avait l’air d’être quelqu’un de bien. On l’a pris, on était proches, on rigolait bien. Même s’il n’était pas d’accord avec notre choix d’éliminer Laure, j’ai fait l’erreur de lui mettre un coup de pression. S’il était venu me parler, bien sûr que l’on aurait dû suivre le vote de Vincent. Avec le recul, bien sûr que l’on aurait dû voter contre Magali. Ce que je regrette, c’est qu’il ait voté contre Shanice, un membre de sa famille, un jaune. Je lui en veux parce que c’est lui qui a mis le premier coup de couteau.

Vous étiez la « grande gueule » de la saison. Regrettez-vous l’image qui est donnée de vous ?

Je ne regrette pas mon image. Sur les réseaux sociaux, j’ai de tout : des gens qui m’aiment, qui me détestent. On ne peut pas plaire à tout le monde. Je suis comme ça dans la vie, j’ai une grande gueule mais je ne suis pas quelqu’un de méchant.

Que retenez-vous de vos 30 jours d’aventure ?

J’ai vécu une aventure inoubliable, des rencontres inoubliables. J’ai eu la chance et le privilège de participer à cette aventure. Je l’ai fait pour moi, personnellement, et pour mon papa qui est malade. Je pense que j’ai relevé le défi, j’ai fait trente jours. C’est déjà très beau pour quelqu’un qui a un gros caractère. Si on m’appelle et que j’ai la chance de repartir, je serai différent parce que je me préparerai mieux physiquement.