« Koh-Lanta » : Le chauvinisme des candidats opérera-t-il aussi sur le public ?

LETTRE A FRANCE Question invraisemblable (mais qu’on a le droit de se poser quand même) : les téléspectateurs du Sud de la France pourront-ils soutenir l’équipe du Nord ?

Clément Rodriguez

— 

Le public va-t-il s'identifier aux « 4 Terres » de « Koh-Lanta » ?
Le public va-t-il s'identifier aux « 4 Terres » de « Koh-Lanta » ? — TF1/ALP
  • Après une saison record diffusée pendant le confinement, Koh-Lanta revient (déjà) ce vendredi 28 août sur TF1.
  • Grande nouveauté des « 4 Terres », quatre équipes s’affronteront dans un combat régional en fonction de leur lieu d’origine.
  • Les téléspectateurs, eux, se prendront-ils aussi au jeu de l’identité régionale pour soutenir leurs aventuriers préférés ?

Oubliez la finale de la Ligue des Champions et le début du Tour de France ! Le sport, le vrai, fédérateur et inattendu, est à suivre tous les vendredis soir sur TF1 à partir de cette semaine. Non, la chaîne n’a pas racheté les droits de la Ligue 1 pour les diffuser sur son antenne, mais lance la nouvelle saison de Koh-Lanta. Déjà, vous direz-vous ? Eh bien oui, l’amour du beau jeu et les punchlines de Denis Brogniart n’attendent pas.

Pour pimenter la sauce d’une émission qui fêtera bientôt ses 20 ans, la production a décidé de miser cette année sur un mécanisme inédit en se faisant affronter non pas deux, non pas trois, mais quatre équipes différentes. Au total, ce sont donc 24 candidats qui tenteront de survivre aux Fidji, à sa météo parfois capricieuse et aux stratégies souvent sournoises de leurs compagnons d’infortune. Cerise sur le gâteau, les aventuriers de chaque tribu ont un point commun : ils résident tous dans le même coin de la France métropolitaine. En résumé, les bleus viennent du Sud, les violets du Nord, les oranges de l’Ouest et les verts de l’Est.

Unis pour le meilleur et pour le riz

Une fois qu’ils comprennent qu’ils sont liés par les liens de la terre, la cohésion de groupe se fait immédiatement entre les candidats. Ce n’est pas un hasard puisque l’amour de leur région était l’un des critères décisifs de la production au moment de composer le casting. « Il y a cet attachement immédiat parce qu’ils vont survivre ensemble. Jamais il n’y a eu autant d’osmose dès le départ », a promis Denis Brogniart lors de la présentation de la nouvelle saison à la presse.

Si la production a décidé de miser sur les régions, c’est aussi pour favoriser l’identification du public aux candidats. « Le but, c’est que les gens éprouvent une fierté d’appartenir à leur région, explique l’animateur du jeu. Ils vont s’attacher à mettre en avant leurs valeurs. » Mais est-ce que l’idée qui fonctionne sur le papier va passer le test avec succès une fois les épisodes diffusés ? Pas si sûr.

Les limites du chauvinisme

Durant « L’île des héros », la précédente saison de Koh-Lanta qui a battu tous les records, les téléspectateurs s’étaient notamment épris de Sam, un jeune aventurier qui compte désormais parmi les meilleurs de l’histoire du jeu. Jeune et sportif, il avait toutes les qualités pour plaire à la cible privilégiée de l’émission, à savoir les 15-24 ans. Le mécanisme d’identification s’est enclenché très rapidement, un phénomène que personne n’avait vu venir au moment du tournage. Avec une moyenne d’âge plus jeune cette saison en comparaison de la précédente, les probabilités que le public s’attache à ce type de candidat augmentent, en dépit de sa région d’origine.

« Quand vous êtes attaché à une région, vous allez la suivre avec une acuité plus importante tout en étant attentif à ce qu’il va se passer à droite et à gauche », tempère Denis Brogniart. Julien Magne, le directeur des programmes de la société de production ALP, pense également que les téléspectateurs vont s’attacher aux candidats venus de leur coin de France au début du jeu. « Mais plus la saison va avancer, plus les gens vont s’intéresser à des personnalités, quelle que soit leur région d’origine, comme dans un Koh-Lanta classique, avance-t-il. Il y aura plusieurs degrés de lecture. »

Et puis, soyons honnêtes, il y aura toujours un moyen de se trouver un attachement quelconque à l’une des grandes régions pour soutenir ses chouchous. Est-ce que vous soutiendrez le Sud parce que vous y êtes né ? Est-ce que vous allez supporter le Nord parce que vous habitez désormais à Paris ? En même temps, les vacances que vous avez passées à Arcachon cet été étaient hyper sympas, alors pourquoi ne pas soutenir l’Ouest ? Finalement, dans Koh-Lanta, pour les candidats comme pour les téléspectateurs, tout est une question de stratégie.