« Koh-Lanta » : On fait le bilan de « L’île des héros », l’une des meilleures saisons de l’histoire du jeu

CONSEIL DE CLASSE Marquée par des rebondissements à répétition et un casting cinq étoiles, cette saison de « Koh-Lanta » restera dans les annales

Clément Rodriguez

— 

Les candidats de « Koh-Lanta » lors du jour 1
Les candidats de « Koh-Lanta » lors du jour 1 — © Philippe LEROUX/ALP/TF1
  • Après quinze semaines de compétition, TF1 diffuse ce vendredi la finale de Koh-Lanta.
  • 20 Minutes fait le bilan de cette saison exceptionnelle de par son casting, ses stratégies et ses rebondissements.
  • Outre le jeu en lui-même, le contexte de diffusion de l’émission a contribué à faire de « L’île des héros » l’une des saisons les plus marquantes de son histoire.

Chaque année, Denis Brogniart nous dit que la prochaine saison de Koh-Lanta sera plus dingue que la précédente. Chaque année, on se dit qu’il en fait peut-être un peu trop pour appâter le chaland. Quels idiots étions-nous… Pendant quinze semaines, les stratégies, les exploits sportifs et les éliminations de «  L’île des héros » ont tenu en haleine plus de six millions de téléspectateurs, atteignant des scores records depuis 2014.

Dès le premier épisode diffusé fin février, les fans du jeu de TF1 ont été ravis de retrouver cinq anciens candidats, ont été surpris par des personnalités comme Sam, mais surtout, ont bondi de leur canapé en voyant Joseph éteindre le feu de son équipe. À ce moment-là, on se disait que rien ne pourrait être plus fou que cela. Nous avions tort.

Le casting, la plus grande force de Koh-Lanta

L’an dernier, nous dressions « le top 3 des moments les plus marquants de cette saison complètement folle », comme on le titrait alors. Pour le bilan de « L’île des héros », on doublerait (voire triplerait) la mise. Sur le papier déjà, la saison s’annonçait magistrale : quatorze nouveaux candidats face à cinq héros, ceux qui ont bâti la légende de l’émission. Au bonheur de retrouver Claude, Jessica, Moussa, Sara et Teheiura s’est ajouté l’excitation de découvrir les visages de ceux qu’on allait apprendre à adorer ou détester.

Sur ce plan-là, les festivités ont démarré en trombe avec le mystérieux Sam, âgé de 20 ans, peu bavard mais actif sur le camp, mais aussi sur les épreuves où il se révélera presque invincible. Dans la tribu rouge, ce sont les stratégies d’Ahmad qui font parler, alors même qu’il entraîne l’abandon de son équipe lors de la première épreuve d’immunité. Le chef d’entreprise est à l’origine de l’élimination de Teheiura, et ça, ça ne passera pas pour les aficionados de l’émission. Lors du treizième jour, le départ pour raison médicale de Sara entraîne le retour de Teheiura et prend tout le monde de court. De l’inoubliable réunion des ambassadeurs à l’élimination de Charlotte et Teheiura avec leurs deux colliers d’immunité, les rebondissements n’ont pas manqué.

Et puis évidemment, il y a Claude, dont on pourrait largement faire un top 10 des meilleurs moments. Claude à la réunion des ambassadeurs, Claude qui cède sa récompense à Sam après l’épreuve du tir à l’arc, Claude qui terrasse Moussa en 52 secondes lors du parcours d’obstacles, Claude qui met Inès face à ses contradictions en plein jeu de confort, Claude qui élimine Régis pour venger Jessica et Teheiura, Claude qui aide ses adversaires durant la décisive épreuve d’orientation, Claude qui bat le record du nombre de victoires individuelles. Et Claude qui gagne Koh-Lanta, est-ce que ce sera enfin pour cette année ?

Quand le confinement exacerbe les passions

Outre les rebondissements à répétition, le contexte dans lequel était diffusé Koh-Lanta cette année a évidemment joué dans la construction de sa propre légende. Les huit semaines de confinement ont permis à ceux qui avaient délaissé le programme d’y revenir, la preuve en chiffres : en deux mois, deux millions de téléspectateurs ont pris l’aventure en cours de route. « Je n’avais pas regardé Koh-Lanta depuis des années. Mais le confinement m’a entraîné à regarder simplement par curiosité la 4e émission de cette saison… Puis j’ai complètement accroché », témoigne Daniel, un lecteur de 20 Minutes.

Comment ne pas parler non plus des demi-épisodes, qui ont fait rager des centaines de milliers de personnes à travers la France ? Car oui, à l’heure où les compétitions sportives ont été mises à l’arrêt, Koh-Lanta a remplacé les matchs de foot, et voir un épisode se terminer à 22 h 30, c’était comme une fin de match à la 80e minute. La ferveur et l’engouement, qu’on ne pouvait exprimer que via les réseaux sociaux, se rapprochaient aussi d’une ambiance de Stade de France un soir de finale.

Si ce stratagème a été utilisé pour organiser une finale en direct dans les règles de l’art (ce qui sera le cas, même sans public), les téléspectateurs ont perçu les demi-épisodes comme une manière d’étaler le suspens pendant plusieurs semaines. De l’impatience est né un engouement auquel on ne pouvait pas échapper. « Chaque semaine, je me demandais qui était Claude ou Régis alors que je ne suis pas du tout l’émission. Mais tout le monde en parle », témoigne Marie, 29 ans. Pendant le confinement, les Français se sont massivement tournés vers leur téléviseur. Au-delà du jeu, la diffusion même de ce Koh-Lanta restera dans les mémoires pour avoir joué avec les nerfs des fans, et même des téléspectateurs qui n’en avaient rien à faire et qui ont dû subir le programme plus longtemps que prévu.

« Les Marseillais aux Fidji » ?

Comme le veut l’expression, on ne peut pas plaire à tout le monde, et encore moins en matière de télévision. Cette saison de Koh-Lanta a donc laissé un goût amer chez certains fans du programme, qui considèrent même « L’île des héros » comme la pire édition du jeu. La faute au casting, justement, qu’on louait sans mesure quelques lignes auparavant. En choisissant des personnalités aussi poussées dans les extrêmes (il y a un monde entre Sam et Joseph), la production a fait le choix de potentiellement provoquer davantage de clashs et de stratégies.

« C’est la pire des saisons… Avant, on observait des aventuriers et, maintenant, des gros flemmards qui bronzent et qui font sauter les plus forts », se désole Tiffany, une lectrice de 20 Minutes. « Cette année, c’est triste de voir la plupart des aventuriers mauvais sur les épreuves, qui ne font rien sur le camp et éliminent les meilleurs », exprime Martine, qui partage l’avis de Chloé : « La téléréalité a dénaturé le concept d’origine, pris l’ascendant sur l’aventure et on sent bien que parmi les candidats, un paquet va se retrouver dans Les Anges ou Les Marseillais. »

Mais sans stratégie, que serait Koh-Lanta ? Sans ses retournements de situation et ses trahisons, « L’île des héros » n’aurait pas autant passionné les téléspectateurs. Sans son casting éclectique, l’émission n’aurait pas révélé autant de héros et d’antihéros. En période de confinement, le jeu a offert au public, chaque semaine, deux heures de catharsis et, osons le dire, de communion, comme aucune autre émission de télé ne sait le faire aujourd’hui. Vivement la prochaine saison…