« Koh-Lanta » : « J’aurais aimé faire une alliance avec les héros mais on ne m’a rien proposé », regrette Moussa

REGRETS La troisième épopée de Moussa sur « Koh-Lanta » se termine aux portes de la finale des finales, juste avant les poteaux. Malgré cela, il considère cette saison comme la meilleure de ses aventures

Clément Rodriguez

— 

Moussa de « Koh-Lanta » s'est vu comme « le grand frère » de la saison
Moussa de « Koh-Lanta » s'est vu comme « le grand frère » de la saison — © Philippe LEROUX/ALP/TF1
  • Moussa ne sera pas sur les mythiques poteaux de Koh-Lanta pour cette saison de « L’île des héros »
  • Le candidat, qui a perdu 16 kg au cours du jeu, revient pour 20 Minutes sur les rebondissements de cette année et ses relations avec les autres aventuriers.

Il ne reverra donc pas les poteaux sur lesquels il était monté en 2003. Ce vendredi soir, Moussa a été éliminé lors de l’épreuve d’orientation de Koh-Lanta, après plus de cinq heures de recherches sur une île des Fidji. Les qualifications de Claude, Inès et Naoil mettent un terme à l’aventure du trentenaire, lui qui participait pour la troisième fois au jeu de TF1. Mais son aventure a été marquée par plusieurs temps forts, de son arrivée chez les Jaunes à la réunion des ambassadeurs, en passant par sa relation avec Sam, son « jeune padawan. »

Cette année, Koh-Lanta mélangeait héros et nouveaux aventuriers, ce qui fut une surprise pour Moussa à son arrivée sur l’île, lui qui s’attendait à faire face à des sportifs. Et si on lui avait annoncé les règles de cette saison avant de partir, le candidat n’aurait peut-être même pas pris l’avion ! « Vous l’écrivez sur le papier au départ, personne n’y va, affirme-t-il. Mais sur place, c’est une vraie aventure humaine. On leur a beaucoup apporté et ces jeunes aventuriers avaient besoin de héros pour les accompagner dans la vie sur le camp et dans les épreuves, pour leur expliquer », tempère Moussa.

« On ne pouvait pas passer une journée sans problème »

En foulant le sol des Fidji, Moussa s’est retrouvé face à quatre anciens héros de l’émission. Ce n’est qu’au bout du quatrième jour qu’il a intégré l’aventure en rejoignant l’équipe des Jaunes. Et cela a tout changé. « Ils m’ont accueilli, ils m’ont ouvert les bras, ils m’ont fait confiance, explique-t-il. J’avais un rôle de grand frère, je leur ai promis de les accompagner le plus loin possible. » Très soudé avec son équipe, le candidat aurait tout de même aimé que Claude, Teheiura et Jessica lui parlent stratégie, « mais on ne m’a rien proposé », ajoute-t-il. Peu importe, les Jaunes sont arrivés en majorité à l’épreuve d’orientation, et c’est là l’une de ses plus belles victoires.

Le double champion du monde de boxe chinoise a participé au programme en 2003, 2012 et 2020, et c’est cette dernière expérience qu’il considère comme la meilleure. Pourtant, Moussa a bien quelques regrets, comme celui de n’avoir gagné aucune épreuve individuelle cette année, mais ne se morfond pas pour autant : « Ma philosophie, c’est “machine un jour, machine toujours” », explique-t-il.

Par ailleurs, l’aventurier considère qu’il aurait peut-être pu éviter quelques conflits. « Il y avait toujours des problèmes, on ne pouvait pas passer une journée sans problème (rires). Et je me retrouvais toujours au milieu. Mais c’est peut-être parce que je suis issu d’une grande famille, en tant que grand frère, on aime bien régler les problèmes. Parfois, il faut juste savoir se mettre sur le côté. »

« L’aventure en elle-même est extrême »

Pour sa troisième participation, Moussa est arrivé « assagi », notamment grâce à sa paternité. Le « jeune gamin » de 2003 a mûri et a fait fructifier les rencontres avec les différents aventuriers pour créer « une alchimie qui rend cette saison exceptionnelle », raconte-t-il en nommant Teheiura, Sam ou encore Ahmad, « le grand stratège de cette aventure mais avec un bon fond. »

Pendant ses 30 jours de combat aux Fidji, Moussa a perdu 16 kg. Une différence de poids qui a provoqué un manque d’énergie pour attraper la victoire sur l’épreuve d’orientation. Et s’il devait repartir demain, le trentenaire dirait non. En revanche, il ne fait pas une croix sur une quatrième participation plus tard. « Koh-Lanta, c’est dur physiquement et psychologiquement. L’aventure en elle-même est extrême, relate-t-il. Mais il manque à mon actif le fait de remporter plus de totems. » Le message est passé.