20 Minutes : Actualités et infos en direct
FEUILLETONSUne grève paralyse « Demain nous appartient » et « Ici tout commence »

TF1 : Une grève des techniciens paralyse les tournages de « Demain nous appartient » et « Ici tout commence »

FEUILLETONSLa grève a débuté mardi, et devrait durer, au moins, jusqu’à jeudi
Une banderole déployée par des techniciens grévistes d'Ici tout commence.
Une banderole déployée par des techniciens grévistes d'Ici tout commence. - Grévistes / Grévistes
Nicolas Bonzom

N.B.

L'essentiel

  • Les tournages de « Demain nous appartient » et d'« Ici tout commence », en Occitanie, sont lourdement impactés par une grève des techniciens.
  • Le mouvement a débuté mardi et a été reconduit ce mercredi. Elle devrait se poursuivre jeudi, jour où doit avoir lieu une rencontre entre les syndicats de techniciens et de producteurs, pour tenter de mettre fin à la grogne.
  • D’autres tournages sont également impactés par ce mouvement de grève.

Les tournages de « Demain nous appartient » et d'« Ici tout commence » sont lourdement impactés par une grève des techniciens, à Sète (Hérault) et à Saint-Laurent-d’Aigouze (Gard), en Occitanie, a indiqué ce mercredi matin à 20 Minutes le Syndicat des professionnels des industries de l’audiovisuel et du cinéma (Spiac)-CGT, confirmant les informations de Midi Libre. Sollicitée par nos soins, Newen, la société qui produit les deux feuilletons de TF1, n’a souhaité faire, pour l’instant, aucun commentaire à ce sujet.

Cette grève des techniciens, lancée à l’appel des syndicats de techniciens, bloque la production normale des deux feuilletons de la Une. Le mouvement a débuté mardi et a été reconduit ce mercredi. Elle devrait se poursuivre jeudi, jour où doit avoir lieu une rencontre entre les syndicats de techniciens et de producteurs, pour tenter de mettre fin à la grogne.

La grève devrait se poursuivre jusqu'à jeudi.
La grève devrait se poursuivre jusqu'à jeudi. - Grévistes

« Nous n’avons pas été augmentés depuis plus d’une dizaine d’années »

À l’appel du Spiac-CGT, les grévistes réclament aux sociétés de production une hausse de 20 % des salaires des techniciens. « Ces 20 % correspondent à un rattrapage du coût de la vie, car nous n’avons pas été augmentés depuis plus d’une dizaine d’années, déplore un gréviste, auprès de 20 Minutes. Nous subissons uniquement les minima sociaux. » Les syndicats de techniciens demandent également que les techniciens soient payés de la même manière, qu’ils œuvrent pour des fictions, des émissions de flux, des documentaires, des captations de spectacles vivants, des films d’animation, etc.

D’autres tournages de fictions, mais aussi d’émissions de flux, sont également impactés par ce mouvement de grève, qui prend de plus en plus d’ampleur jour après jour, en France, se félicite le syndicat Spiac-CGT, sur sa page Facebook.

Sujets liés