20 Minutes : Actualités et infos en direct
bling bling« L’effet waouh » n’est pas près de faire plouf dans « L’Agence » sur TMC

« L’Agence » : C’est quoi « l’effet waouh » qui fait tomber acheteurs et téléspectateurs ?

bling blingCe jeudi à 21h25, TMC lance la nouvelle saison de « L’Agence » et les nouvelles aventures de la famille Kretz qui continue de nous en mettre plein les yeux
Dans cette nouvelle saison, la famille Kretz nous en mettra plein la vue avec la maison de Mel Gibson au Costa Rica ou l'ancien appartement new-yorkais de Rihanna.
Dans cette nouvelle saison, la famille Kretz nous en mettra plein la vue avec la maison de Mel Gibson au Costa Rica ou l'ancien appartement new-yorkais de Rihanna.  - © RESEVOIR PROD / Phototélé
Clio Weickert

Clio Weickert

L'essentiel

  • Ce jeudi à 21h25, TMC diffuse les premiers épisodes de la nouvelle saison de « L’Agence », la « série du réel » dans laquelle la famille Kretz, agents immobiliers de père en fils, nous ouvre les portes de l’ultraluxe.
  • Que nous réserve cette 4e saison ? Un haras démesurément grand, des penthouses new-yorkais gigantesques, l’ancien appart de Rihanna ou encore la bicoque de Mel Gibson au Costa Rica… De quoi nous en mettre de nouveau plein la vue.
  • On y retrouve aussi le fameux effet « waouh » qui écarquille les yeux des clients ultrariches de « L’Agence » et fait tomber de leur chaise (ou de leur canap) les téléspectateurs du programme.

Si vous êtes fan de « L’Agence », l’effet « waouh » a dû vous renverser plus d’une fois. Face à la vue imprenable sur la Méditerranée de la maison la plus haute de Marseille dans la saison 3 du programme immobilier, par exemple. Ou en découvrant la taille de certains dressings d’appartements mis en vente par la famille Kretz, les agents de la série, deux fois plus grands que votre modeste T2. Sans oublier ces maisons démesurément grandes qui ne savent plus elles-mêmes quoi faire de leurs trop nombreuses salles de bains et de leurs piscines à débordement.

Cet effet « waouh », qui nous en met plein les mirettes et nous fait tomber de notre chaise, parsème les épisodes de « L’Agence » presque autant de fois que résonne le gong dans le salon familial des Kretz lors de chaque vente (ou que le nom de Daniel Daggers en saison 1, c’est dire). « C’est vrai que c’est souvent le premier mot qui sort chez nos clients quand une partie du bien à vendre est époustouflante », explique Martin Kretz, l’un des agents de la série, à 20 Minutes. « En général s’il y a un waouh au milieu de la visite, c’est que c’est bien parti », ajoute-t-il. Et la saison 4, diffusée à partir de ce jeudi à 21h25 sur TMC, n’en est pas exempte.

« On veut le wow effect », réclame dès les premiers épisodes une acheteuse à Valentin, le deuxième agent de la fratrie. Cette exigence s’ajoute ainsi à ses nombreux critères d’achat d’un luxueux appartement en plein New York. Mais qu’est-ce que cela renferme exactement ?

« Il suffit parfois d’un petit détail pour déclencher une vente »

Il s’agit tout d’abord d’un concept de vente. « L’effet "waouh" ou "wow" désigne le fait qu’un produit ou service, une expérience ou une campagne publicitaire puisse déclencher chez les consommateurs un effet de surprise, d’admiration ou d’appréciation », explique le site définition-marketing.com. L’objectif ? « Favoriser l’achat classique ou d’impulsion » ou encore « diminuer la sensibilité au prix et la rationalité consommateur ». En d’autres termes, c’est le petit truc qui fait la différence. « Il suffit parfois d’un petit détail pour déclencher une vente », note Martin Kretz. Pour Raphaël, le cadet de la famille, cet effet waouh peut se déclencher sur « une vue, un salon cathédrale, une piscine… Ça peut définir pas mal d’endroits dans une maison ou dans un bien ».

Le hic ? L’effet « waouh » des uns n’est pas celui des autres. Chez le commun des mortels, cela peut être lorsque l’appartement à acquérir possède du double vitrage ou des toilettes séparées. Chez les ultrariches, ce sera une piste d’atterrissage pour hélicoptère sur le toit d’une résidence secondaire ou une discothèque privée au sous-sol. « Tout le monde a sa définition. On pourrait faire visiter le même bien à plusieurs clients et ils n’auraient peut-être pas le waouh au même moment et dans la même pièce », souligne Martin Kretz.

D’autant que la clientèle de nos agents immobiliers n’est pas du genre à se pétrifier d’émerveillement pour un simple parquet en pointes de Hongrie dans la salle à manger ou une touche de marbre de Calacatta dans la salle d’eau. « Nous avons des clients qui ont vu beaucoup de choses, qui ont l’habitude de passer des vacances dans des palaces ou des maisons ultra haut de gamme, il faut donc les surprendre ! Il faut toujours plus », estime l’agent.

L’effet « waouh », le Saint-Graal pour les Kretz ? « Notre challenge c’est de leur faire vivre une expérience. C’est ce qu’on aime et ce qu’on cherche à faire. Pour nous, le “waouh”, c’est quand on fait une vente mais aussi quand la relation avec le client est bonne du brief jusqu’au notaire », répond Martin.

« On préfère mettre à l’écran des biens qui font rêver »

Cet effet de surprise, c’est aussi ce qui fait tout le sel du programme et tient le téléspectateur en haleine. Au fil des saisons, on y découvre des villas de plus en plus grandes ou des propriétés de plus en plus renversantes. La saison 4 commence ainsi avec la découverte d’un des plus grands haras de France et son domaine vertigineux que Valentin et Raphaël parcourent à cheval, évidemment. Les frères Kretz nous emmènent aussi à New York visiter un penthouse à couper le souffle mais également en Espagne pour nous montrer « LA vue de Barcelone », promet le communiqué de presse.

Des stars pimentent aussi cette nouvelle saison. Ou plutôt leurs bicoques. Dans la grande pomme, Valentin lève le voile sur l’ancien appartement de Rihanna. Au Costa Rica, c’est la villa de Mel Gibson qui nous ouvre ses portes. Un méga effet waouh et une aubaine pour la production de l’émission ? « On sait ce qui peut fonctionner, répond Eve Ewing, directrice générale de Reservoir Prod. Après, on ne le recherche pas, on ne peut pas l’imaginer. C’est plutôt en travaillant avec eux, en voyant ce qu’ils ont en catalogue et en choisissant avec eux les options qui sont intéressantes. S’ils disent "on a rentré telle maison ou tel bien venant de telle personne", nous après on peut leur dire "super, ce serait bien de le montrer". »

Quitte à mettre en lumière des maisons spectaculaires moins dans l’intérêt des acheteurs, que pour l’ébahissement qu’ils peuvent provoquer sur les téléspectateurs ? « On préfère mettre à l’écran des biens qui font rêver », reconnaît Martin. Toutefois, pour les frères Kretz, au-delà des biens à vendre ce sont surtout les histoires derrière qui priment. « Dans chacune il y a une partie qui peut être “waouh”. On raconte toujours des histoires qui touchent », dit-il. « Après, il y a des histoires qu’on a plus ou moins envie de partager, avec des clients avec lesquels on a plus ou moins d’affinités », ajoute Valentin.

« A chaque fois on pense avoir tout vu »

Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort, de saison en saison « L’Agence » redouble d’efforts pour nous éblouir. Mais ne risque-t-on pas de s’habituer à l’effet « waouh » et à s’en lasser ? Comment surprendre encore et toujours ? « Ça fait dix ans qu’on se pose ces questions, depuis qu’on a démarré. A chaque fois on pense avoir tout vu, le plus beau, la terrasse la plus haute, le plus grand volume… En fait on est toujours surpris », explique Valentin. Son frère Martin abonde : « On a la chance, en France, d’avoir un patrimoine colossal. Il y a une diversité dans les biens qui est folle. Entre les hôtels particuliers, les penthouses, les lofts derrière les portes cochères… C’est infini. »

D’autant que la famille Kretz développe de plus en plus son offre à l’international, au Portugal, en Espagne, aux Etats-Unis, en Grèce, en Indonésie… L’effet « waouh » n’est pas près de faire plouf.

Sujets liés