20 Minutes : Actualités et infos en direct
DÉCOL’architecte d’intérieur Jessica Venancio rejoint « Maison à vendre »

Déco écoresponsable et « accro au vintage », l’architecte d’intérieur Jessica Venancio rejoint « Maison à vendre ».

DÉCOStéphane Plaza a recruté une nouvelle décoratrice pour son émission qui fait appel au home-staging afin de vendre un bien immobilier.
Jessica Venancio et Stéphane Plaza
Jessica Venancio et Stéphane Plaza - HOMAYOUN FIAMOR/M6 / M6
Stéphanie Raïo

Stéphanie Raïo

L'essentiel

  • Suite au départ d’Emmanuelle Rivassoux, Stéphane Plaza accueille une nouvelle architecte d’intérieur dans "Maison à vendre".
  • Jessica Venancio débute ce lundi 24 juillet avec l’appartement de Daniel dont elle va rafraîchir la déco dans un épisode inédit sur M6.
  • "J’avais la pression pour ce premier Maison à vendre. Stéphane Plaza est un bosseur donc on a envie d’être à la hauteur", commente la nouvelle venue dans l’émission.

«C’est un peu de stress », avoue Jessica Venancio alors qu’elle s’apprête à retrouver Stéphane Plaza dans l’épisode inédit de Maison à vendre. La nouvelle architecte d’intérieur de l’émission se rend avec l’animateur de M6 chez Daniel. Suite au décès de sa femme, il a décidé de se séparer de son duplex, trop empli de souvenirs, et bien trop grand pour lui tout seul. Mais voilà sept mois qu’il ne trouve pas d’acquéreur… Jessica Venancio va repenser la déco de cet appartement pour en faciliter la vente et l’aider ainsi à tourner la page. Une mission qui a particulièrement ému celle que l’on avait déjà vue dans Téva déco, Samedi à tout prix sur France 5, ou Mieux chez soi avec Stéphane Plaza sur M6.

Aviez-vous la pression pour ce premier Maison à vendre ?

Oui, beaucoup ! Déjà, cela faisait un petit moment que je n’avais pas travaillé avec Stéphane Plaza. C’est un bosseur donc on a envie d’être à la hauteur. Puis j’avais la pression dans le sens où je voulais que mon travail serve à quelque chose. On est toujours face à des personnes qui ont de vrais problèmes, ce sont des projets qui me touchent et il y a ce stress de se dire : est-ce que ce que je vais faire va permettre le changement de vie de Daniel ?

Quelle était la difficulté justement sur cet appartement ?

Daniel l’avait acheté avec sa femme et, depuis, il n’avait pas touché à la déco. C’était très vieillot mais, surtout, c’était une page de sa vie. Sa déco, c’était sa vie avec sa femme, ses enfants, c’était hyper intime et personnel. La difficulté, c’était ça : arriver à traverser cette épreuve avec Daniel et faire en sorte de l’accompagner, même psychologiquement, afin que cette nouvelle déco ne le bouleverse pas trop et qu’il accepte de passer à autre chose. Donc il y avait cette dimension psychologique aussi.

L’aviez-vous anticipé ?

En tant qu’architecte d’intérieur, je le vis au quotidien car on rentre dans l’intimité des gens, dans leur mode de vie mais dans Maison à vendre, il y a les caméras qui rajoutent du stress. Puis heureusement, dans ma vie professionnelle, j’interviens souvent suite à un achat qui est une bonne nouvelle. Là, je ne m’étais pas préparée, je suis très empathique et je savais que j’allais être émue par Daniel. Mais je ne m’attendais pas à l’être autant.

Comment définiriez-vous votre style ?

Pour moi, il y a deux types d’architecte d’intérieur : il y a celui qui va imposer sa touche, et celui - dont je fais partie - qui va vraiment essayer de répondre à une problématique, à un mode de vie, à des besoins, donc il m’arrive de faire des projets qui ne correspondent pas à mon style. Après, effectivement, je suis accro au vintage, à la seconde main. C’est un mélange de vintage, un peu de bohème, et du contemporain car on vit dans son époque aussi.

Pour votre déco chez Daniel, vous privilégiez un sol recyclé et recyclable, une peinture biosourcée, un canapé dont la mousse est issue de matelas usagés recyclés… Est-ce votre touche personnelle ?

Oui, tout à fait. Lors de mon recrutement, M6 m’avait demandé ce que j’avais envie d’ajouter comme supplément d’âme à mes interventions, et c’était vraiment l’écoresponsabilité dans le cas de Maison à vendre.

Aviez-vous envie de faire de la télé ou est-ce la télé qui est venue à vous ?

C’est la télé qui est venue à moi. Il y a un peu plus de dix ans, j’ai fait ma reconversion professionnelle et j’ai créé un blog sur la déco. Je n’ai pas du tout de problème avec la caméra et j’avais envie de partager, donc j’ai fait beaucoup de vidéos. Je me suis fait remarquer par M6 et Téva fait partie de ce groupe. J’ai fait des DIY dans Téva Déco pendant cinq ans. Ensuite, j’ai créé une Web-émission qui s’appelait On parle déco où j’allais à la rencontre d’artisans, de lieux, de designers… J’ai été recontactée par M6 pour faire Mieux chez soi avec Stéphane Plaza, cela a duré deux saisons. Et de temps en temps, j’ai été invité sur le plateau de Thomas Isle dans Samedi à tout prix en tant que chroniqueuse déco. Puis Stéphane Plaza m’a rappelé pour Maison à vendre.

Comment est né votre amour pour la déco ?

Déjà, après mon bac, j’ai fait une prépa à Penninghen (école d’architecture d’intérieur, de communication et de direction artistique) donc j’avais un goût pour l’artistique, l’art, le design. Pour des raisons familiales, j’ai choisi un autre chemin. Après j’ai travaillé dans l’immobilier. En fait, je pense que cela a toujours été quelque chose qui me plaisait sans que je l’identifie vraiment. Comme beaucoup, je regardais les émissions de déco sur M6. Un jour où j’en ai eu marre de ma vie, je me suis dit : « je veux être heureuse, je fais quoi ? J’ai envie de revenir à mes premiers amours, l’art, le dessin, mais j’ai aussi envie de rendre service aux gens. Comment je fais pour allier les deux ? » La déco est venue assez naturellement car c’est entrer dans l’intimité des gens et essayer de leur faire du bien.

Sujets liés