« Les 50 émissions préférées des Français » : Pourquoi la télévision française se met à tout classer

TOP OF THE TOPS La petite tendance de cette rentrée télé ? Les révélations de classements des meilleures chansons, romans ou émissions de l'histoire... 20 Minutes tente d'expliquer les raisons de cet engouement

Fabien Randanne
TF1 a commandé à Harris Interactive un sondage pour établir le classement des 50 émissions préférées des Français.
TF1 a commandé à Harris Interactive un sondage pour établir le classement des 50 émissions préférées des Français. — TF1 / montage photo improbable 20 Minutes
  • TF1 diffuse vendredi 2 septembre, à 21h10, Les 50 émissions préférées des Français. Les résultats ont été établis par une enquête de l'institut de sondage Harris Interactive.
  • « On est dans l’ère de la nostalgie, on veut retrouver des émissions qui nous ont marquées, qu’on a pu voir en famille, qui reflètent une époque de notre vie », avance Deborah Nahon, directrice des divertissements de TF1.
  • Mais, la première chaîne n'est pas la seule à avoir proposé ou à préparer des émissions révélant des classements. 20 Minutes a cherché à comprendre cet engouement pour les tops.

Sueurs Froides d’Hitchcock est le meilleur film de tous les temps. Devant Citizen Kane de Welles et Voyage à Tokyo d’Ozu. C’est le classement du magazine britannique Sight and Sound qui le dit. L’Etranger de Camus est le livre le plus marquant du XXe siècle. A La recherche du temps perdu de Proust et Le Procès de Kafka arrivent juste derrière, selon le palmarès établi en 1999 par la Fnac et Le Monde. Respect d’Aretha Franklin, elle, est la meilleure chanson de l’histoire des chansons. Fight The Power de Public Enemy et A Change is Gonna Come de Sam Cooke trouvent aussi une place sur le podium établi par le magazine Rolling Stones

La presse écrite nous a habitués à ses tops annuels et autres classements « ultimes » (jusqu’à la prochaine édition) d’œuvres, établis avec le concours de journalistes, d’artistes, de personnalités du monde de la culture ou de leur lectorat. En cette rentrée, c’est au tour de la télévision de se prendre au jeu des votes et plébiscites. Fin août, M6 consacrait un prime time aux 500 chansons préférées des Français, décernant le titre de meilleure chanson d’amour à Je te promets de Johnny Hallyday, tandis que Formidable de Stromae était sacrée meilleure chanson des années 2010 à aujourd’hui et Tous les cris les S.O.S de Daniel Balavoine, meilleur tube des années 1980. Ce vendredi soir, à 21h10, ce sera au tour de TF1 de nous révéler quelle est l’émission préférée des Français. Puis, cet automne, France Télévisions se penchera sur les « livres favoris » des Français

« On est dans l’ère de la nostalgie »

Rien à voir avec les émissions du style Les 100 plus grands fous rires ou les 30 Histoires les plus spectaculaires à la hiérarchie aléatoire. La méthodologie est ici plus rigoureuse. M6 a fait appel à l’Ifop, le service public a mis en place différents tours de vote par Internet et la première chaîne a travaillé avec Harris Interactive. « 1.500 personnes de 15 ans et plus ont été interrogées, explique Deborah Nahon, la directrice des divertissements de TF1. Nous avons présélectionné une centaine d’émissions, diffusées ces trente dernières années. Les deux questions posées ensuite étaient : "Dans quelle mesure appréciez-vous ou avez-vous apprécié les émissions suivantes ?", puis "Parmi celles que vous avez le plus appréciées, quelles sont les dix que vous aimez le plus ?" »

La question que nous, on se pose, c’est : pourquoi chercher à établir un tel classement ? « On est dans l’ère de la nostalgie, on veut retrouver des émissions qui nous ont marquées, qu’on a pu voir en famille, qui reflètent une époque de notre vie », avance Deborah Nahon promettant que l’émission de samedi ouvrira en grand la boîte aux souvenirs tout en permettant de « comprendre le goût des Français. »

« Classer, c’est une grille de lecture simplifiée »

Il y aura des séquences d’archives - sauf pour les émissions de M6 qui a refusé de fournir les images - entrecoupées de témoignages de personnalités (Jean-Pierre Foucault, Christophe Dechavanne, Sophie Davant, Cyril Féraud, Alessandra Sublet…) réagissant à ces extraits et aux positions de tel ou tel programme. « Ce n’est pas cher à produire, c’est un visionnage facile et léger, ça ne demande pas de concentration. On est sur son téléphone en même temps et on relève la tête pour voir qui est numéro 18 », estime, terre à terre, Laurent Moreau.

Il maîtrise le sujet puisqu’il est l’un des créateurs de Topito, spécialisé en la matière. « Quand on a lancé le site il y a quinze ans, il n’y avait pas encore cette notion de liste partout, affirme-t-il. Classer, hiérarchiser, mettre un peu d’ordre, ça plaît parce que c’est une grille de lecture un peu simplifiée, ça permet d’entrer dans le sujet facilement. »

« Ce qui est intéressant, c’est la discussion »

L’idée lui est venue à la lecture du Haute fidélité de Nick Hornby, où les personnages établissent leur top 5 des chansons les plus appropriées pour leur enterrement. « Ils débattent et c’est ça qui est intéressant : c’est la discussion. On ne peut pas juger objectivement, reprend Laurent Moreau. Quand je fais le top 5 de mes séries préférées de l’année, je ne suis pas sûr que la numéro 1 soit meilleure que la numéro 3, mais l’exercice m’a permis d’extraire ces cinq séries-là parmi les cent que j’ai pu voir. Et puis, dans le classement culturel, il y a cette idée de donner à voir ce qu’on aime, il y a un peu une mise en scène de soi. »

Une manière de dire que tout classement a ses limites, parce que chaque individu à ses propres biais. On ne peut être certains des critères motivant tel ou tel choix. Désigne-t-on comme son émission, son livre ou sa chanson préférée, le programme qu’on suit avec une assiduité totale, le roman qu’on a lu et relu dix fois ou le morceau qui figure sur toutes nos playlists ? Et il n’est pas impossible que l’on pondère nos préférences en optant pour les propositions qui nous enthousiasment un peu moins mais qui nous paraissent plus « respectables » ou « incontournables ».

Les limites de l’exercice

Et puis, ces classements ne sont pas obtenus sur la base de réponses spontanées - par exemple, à la question « Quelles sont les cinq émissions diffusées ces trente dernières années que vous avez le plus aimé ou que vous aimez le plus regarder ? » - mais à partir de listes prédéfinies d’une centaine de titres. C’est un exercice qui a ses propres règles et limites.

Dans les colonnes du Monde, Josyane Savigneau analysait ainsi en 1999 le palmarès des « cent livres du siècle » : « Le jeu a été parfaitement joué par ceux qui l’ont accepté, qui ont choisi cent titres parmi les deux cent qu’on leur proposait, mêlant ce qu’ils ont tous lu, à coup sûr, - par exemple L’Etranger, d’Albert Camus, titre cité le plus grand nombre de fois, ou Le Petit Prince, d’Antoine de Saint-Exupéry (numéro 4) - et des livres dont ils sont certains de l’importance, sans avoir nécessairement pu les lire, comme L’Etre et le Néant, de Jean-Paul Sartre (numéro 13). »

« On est titillés par le "reveal" »

Aucun classement n’est non plus définitif. « Ce n’est pas comme la liste Forbes des milliardaires qui s’appuie sur des éléments chiffrés - la fortune de chaque personne citée –, n’amenant pas la discussion », souligne le co-créateur de Topito. Ces tops sont avant tout un instantané des goûts des votants à un moment donné. Dans cinq mois ou cinq ans, les résultats pourraient être bien différents. D’ailleurs Citizen Kane a été, pendant des décennies, en tête du classement de Sight and Sound avant d’être détrôné, en 2012, par Sueurs Froides. Like a Rolling Stone de Bob Dylan a dominé le sondage de Rolling Stones en 2004 et 2010, mais a cédé sa place au Respect d’Aretha Franklin - qui a grimpé de quatre places - l’an passé.

Alors, la première place des 50 émissions préférées des Français se jouera-t-elle samedi entre Koh-Lanta, Le Plus grand cabaret du monde, Nulle part ailleurs ou Nouvelle Star ? Ou faut-il s’attendre à une surprise ? Qu’importe, en fin de compte, pourvu que cela nourrisse les discussions et qu’il y ait un peu de suspense. « Même si on se fiche un peu du classement, on est titillé à l’idée de voir ce qui ressort dans les trois premiers, note Laurent Moreau. Cette notion du reveal [de la révélation spéctaculaire] est excitante. » Et puis, vous savez quoi ? Le numéro 15 va nous étonner.