Avortement : 400 femmes de l’industrie du streaming réclament une politique de protection des employées des plateformes

ETATS-UNIS Les plus grandes showrunneuses et productrices de télé américaines demandent au service de streaming de garantir la sécurité de leurs employées qui auraient besoin de recourir à l’avortement

Xavier Héraud
Shonda Rhimes
Shonda Rhimes — Evan Agostini/AP/SIPA

Les créatrices contre-attaquent. Un collectif de showrunneuses, de scénaristes et de productrices américaines a écrit aux services de streaming comme Netflix, Disney+ ou Apple TV+ pour leur demander d’assurer la sécurité des employées qui seraient enceintes lors de tournage dans des Etats où l’avortement est illégal, rapporte Variety. Parmi les signataires, on trouve des grandes figures de la télé comme Shonda Rhimes, Ava DuVernay, Natasha Lyonne, Issa Rae, Michelle King, Amy Schumer, et bien d’autres.

L’avortement interdit dans plusieurs Etats américains

Depuis l’arrêt de la Cour Suprême du 24 juin dernier, qui a aboli le droit fédéral à l’avortement, plusieurs Etats américains comme la Géorgie, la Louisiane ou le Texas, ont interdit cette pratique. Dans la lettre, les 411 signataires demandent à Netflix et aux autres, « une politique et des procédures pour permettre aux employées de voyager en vue de leur avortement, y compris des informations spécifiques sur la manière dont leur confidentialité sera protégée ».

Elles demandent également un protocole de soins pour les employées qui connaîtraient des difficultés médicales liées à leur grossesse, qui nécessiteraient de recourir à l’avortement, comme les grossesses extra-utérines.

Les politiques visés

Sachant que certains Etats souhaitent poursuivre toute personne conseillant ou aidant une femme qui souhaite avorter, la lettre exige aussi qu’ils et elles soient protégées et que leurs éventuels frais de justice soient pris en charge.

Enfin les signataires demandent aux entreprises de cesser immédiatement tout soutien financier à des candidats politiques anti-avortement ou à leurs groupes de soutien. Netflix, Disney, Apple et les autres ont dix jours pour répondre à la lettre.