Europa Park : RMC Découverte dévisse les écrous du parc d’attractions

ATTENTION EN BAS La chaîne traverse la frontière allemande pour sa série documentaire « Méga loisirs : Constructions XXL »

Clément Rodriguez
L'attraction SuperSplash d'Europa Park
L'attraction SuperSplash d'Europa Park — Europa Park
  • Ce mardi 9 août, RMC Découverte diffuse le documentaire Europa Park : Au cœur du parc d’attractions n° 1.
  • Les caméras de la chaîne se sont posées au sein du parc de loisirs allemand pour y découvrir les secrets de ses grands huit, mais aussi ceux du parc aquatique Rulantica.
  • La famille Mack, qui a fondé Europa Park, s’exprime à travers ce reportage.

On parie que vous vous êtes posé la question au début de l’été : « dis chéri, on n’emmènerait pas les gosses au parc d’attractions cette année ? » Après un petit coup d’œil au budget, c’est décidé, toute la famille s’époumonera sur un grand huit. Oui, mais lequel ? Grâce à un coup de télécommande du côté de RMC Découverte ce mardi soir, peut-être qu’il vous viendra à l’esprit de traverser la frontière allemande pour découvrir Europa Park.

La chaîne consacre en effet un nouveau numéro de son magazine Méga loisirs : Constructions XXL, tourné pendant une dizaine de jours en mai dernier, à ce parc créé en 1975 qui représente aujourd’hui près de cent hectares de terrain découpés en quinze quartiers européens, comme l’Islande, le Portugal, la Grèce… Ou encore la France si vous ne voulez pas être trop dépaysé. Au total, une centaine d’attractions ont été testées par les 120 millions de visiteurs qui ont foulé les allées depuis son ouverture.

Deux millions de clous pour une seule attraction

Pourtant, au départ, celui qui a été élu meilleur parc de loisirs durant six années consécutives était destiné à être un showroom pour présenter les nouveautés de l’entreprise Mack Rides fondée par… la famille Mack. Roland, 73 ans, a posé les premières pierres du parc dans les années 1970 avec son père et revient sur cette époque où Europa Park n’affichait pas les mêmes ambitions qu’aujourd’hui. Il n’y avait alors que quinze hectares de terrain en pleine campagne et quelques manèges bien loin des frissons que procure le Silver Star.

Grâce aux images d’archives, les téléspectateurs découvriront à quoi ressemblait le parc il y a plus de quarante ans. On observera par exemple rouler les anciens chariots de l’Express des Alpes Enzian, aujourd’hui redynamisés grâce à la réalité virtuelle, mais aussi la construction des quartiers. Le premier à être inauguré était consacré à l’Italie et il aura fallu attendre sept ans pour qu’il voit le jour en 1982. « Nous avons d’abord dû économiser de l’argent pour développer la thématique qui était toujours en nous mais nous ne pouvions pas nous le permettre au début », précise Roland Mack dans le reportage.

Ce documentaire pourrait aussi bien rassurer les personnes qui pensent qu’elles peuvent être éjectées en plein vol lors d’un looping. Champ magnétique, énergie, aimants, les principes mécaniques à l’œuvre sur des attractions telles que Blue Fire sont expliquées. C’est plutôt l’aspect en bois du Wodan qui vous effraie ? Peut-être changerez-vous d’avis lorsque vous compterez les deux millions de clous ou que vous verrez les ouvriers à l’œuvre dans des opérations de maintenance. Elles ont lieu deux fois par jour, dès six heures du matin, avec des techniciens qui vérifient chaque roue des trains.

Sous les flots de Rulantica

Le documentaire s’intéresse aussi à Rulantica, dernier projet sorti de terre en 2019 avec un hall de vingt mètres de haut, trente toboggans et la plus grande piscine à vagues d’Allemagne dans un univers inspiré de la mythologie nordique. Mais ce que les visiteurs ne voient pas, c’est le monde souterrain qui leur permet de nager, sauter et s’éclabousser dans cette eau maintenue au moins à 30 degrés toute l’année.

Vingt experts assurent la maintenance du site qui peut notamment compter sur un réservoir d’eau souterraine en provenance de la vallée du Rhin, une source presque inépuisable. « Nous avons environ 6.000 mètres cubes d’eau, ça peut paraître beaucoup, mais grâce à notre système de technologie de l’eau, nous pouvons en réutiliser 80 %, soit la limite légale. Nous pourrions techniquement faire plus, mais la législation allemande stipule que nous devons apporter 20 % d’eau nouvelle », témoigne Michael Kreft Von Byern, directeur de Rulantica.

En revanche, si vous vous rendez au parc aquatique, vous développerez peut-être une nouvelle phobie : celle de voir une trappe s’ouvrir sous vos pieds quand vous prendrez votre douche, à l’image de l’attraction Vildfål. Pas pratique au quotidien.