« Stéréo Club » : « On a pensé cette émission comme une soirée à la maison », raconte Camille Combal

INTERVIEW L'animateur de TF1 achève sa saison avec le deuxième numéro de « Stéréo Club » ce vendredi

Propos recueillis par Clément Rodriguez
— 
Camille Combal anime « Stéréo Club » sur TF1
Camille Combal anime « Stéréo Club » sur TF1 — Laurent VU/TF1
  • TF1 diffuse ce vendredi le deuxième numéro de Stéréo Club animé par Camille Combal.
  • Anggun, Gérémy Crédeville, Maxime Gasteuil, Kimberose, Michaël Gregorio, Mentissa, Anne Sila, Vincent Niclo viendront se défier dans ce jeu musical… auquel participera aussi Evelyne Combal, la maman de l’animateur.
  • « On a pensé cette émission comme une soirée à la maison où tout le monde s’amuse avec les téléspectateurs. Et dans ma maison, il y a ma maman ! », s’exclame-t-il pour 20 Minutes.

Musique, et que chacun se mette à chanter ! Le retour de la Star Academy, ce sera pour la rentrée sur TF1 mais la chaîne invite d’ores et déjà son public à se déhancher devant son poste avec un nouveau numéro de Stéréo Club ce vendredi. Le divertissement animé par Camille Combal, adapté d’un format américain de Jimmy Fallon, proposera blind tests et karaoké à ses invités – parmi lesquels Anggun, Michaël Gregorio, Mentissa et Anne Sila – et aux téléspectateurs. « C’est très important que les gens puissent trouver les réponses avant les invités et soient intégrés au jeu », affirme Camille Combal à 20 Minutes.

2,7 millions de personnes ont regardé le premier numéro il y a un mois. C’est un chiffre auquel vous accordez de l’importance ?

Ce n’est pas ma priorité. Ce qui m’importe le plus, c’est le retour des gens. Je préfère faire un téléspectateur trop content de ce qu’on a fait plutôt que faire 18 millions qui disent que c’était nul. Mon but était de refaire un divertissement musical, ça m’a montré que les gens avaient envie de ça et ça m’a fait trop plaisir. Si on pouvait refaire ce score sur la deuxième, on sort le champagne.

« Stéréo Club » est l’adaptation d’une émission américaine de Jimmy Fallon. Y a-t-il des épreuves que vous avez refusé de décliner car incompatibles avec le public français ?

L’émission part des épreuves musicales les plus folles du late-show de Jimmy Fallon, qui sont elles-mêmes choisies en fonction des artistes présents. Là, on a eu la chance d’avoir Anggun et Vincent Niclo donc on a créé une battle entre eux, qui n’existe pas aux Etats-Unis, pour mettre en compétition ces deux voix-là. Ça donne un super duo tout en puissance. On a aussi trouvé des épreuves pour Michaël Gregorio, on lui a demandé de chanter du ACDC avec la voix de Julien Doré parce qu’on sait qu’il le fait bien. On s’adapte.

Votre maman viendra passer une tête dans ce deuxième numéro. Comment vous est venue l’idée de la faire intervenir ?

C’est très important que les gens puissent trouver les réponses avant les invités et soient intégrés au jeu. On a pensé cette émission comme une soirée à la maison où tout le monde s’amuse avec les téléspectateurs. Et dans ma maison, il y a ma maman ! Donc il fallait qu’elle soit là aussi, même si elle n’est pas dans la version américaine (rires). Elle n’arrive pas à mettre le nom sur un artiste quand elle le voit en photo donc les invités vont devoir les retrouver.

A quoi ressemble une réunion de travail avec Camille Combal ? C’est plus ambiance MJC ou entreprise du CAC40 ?

On est vraiment une petite équipe avec des filles et des garçons fantastiques avec qui je travaille depuis bientôt dix ans. On veut que ça reste familial comme ça. On est un groupe d’amis depuis longtemps, j’ai aussi des potes d’enfance que j’ai ramenés à Paris. Comme on a pas mal de choses en cours, c’est beaucoup de travail parce qu’on est en petit comité. Le seul problème, c'est qu'on est six avec une cafetière qui tourne à plein régime.

« Stéréo Club », c’est un show à l’américaine ?

Pas tant que ça ! C’est adapté d’un show américain, c’est grand mais on n’est pas dans la démesure. On a l'un des plus gros studios télé parce qu’on a une finale dans un immense juke-box, on a une partie avec des jeux, une autre avec un groupe… C’est juste une émission qui demande énormément de personnes et de moyens, ça donne ce plateau avec beaucoup de profondeur mais qui est juste à la mesure de cette émission qui est dingue.

« Stéréo Club », « Et alors », « Mask Singer », « Welcome Back », « Une famille en or », « Camille et Images », « Danse avec les stars »… Tout ça en une saison ! Quand on a autant d’émissions, est-ce qu’on a le temps de plancher sur de nouveaux concepts ?

Il faut savoir qu’on refuse plein de choses… Malgré tout (rires) ! On revient à la petite équipe familiale qu’on forme, on réfléchit à nos trucs, chacun donne son avis. A un moment donné, on ne peut pas faire plus. On ne veut pas du tout devenir la plus grande société de la télé, ça ne nous intéresse pas du tout. Ce qu’on veut, c’est faire de beaux projets qui nous plaisent comme Stéréo Club sur lesquels on réfléchit pendant des mois, même des années. On donne le maximum pour ça alors ça nous oblige à refuser plein de choses. On n’est pas une équipe très TGV, on est plus sur le petit Intercités entre Gap et Grenoble.

Et la saison n’est pas finie puisque la saison 4 de « Mask Singer » se tourne actuellement… Comment ça se passe avec le nouveau jury ?

Ça se passe super bien ! Vitaa est formidable, elle a une oreille redoutable. Elle a retrouvé Slimane direct (rires). Jeff Panacloc est génial et tout le monde adore Chantal Ladesou qui s’éclate. Et Kev Adams n’a pas eu de retour sur Parcoursup donc il refait une année. Ça donne une super équipe d’enquêteurs, ils sont vraiment dans le jeu et dans la presta. On a fait deux émissions et donc quatre démasquages. Les stars américaines arrivent… Je ne sais même pas qui c'est !

On vous voit aussi sur YouTube avec Mcfly et Carlito, Michou et Inoxtag… A quand l’ouverture de votre propre chaîne ?

Je ne sais pas… En tout cas, je prends vachement de plaisir tout le temps, ce sont vraiment des mecs hyper créatifs, hyper sympathiques. Michou, c’est comme mon petit frère. On passe toujours de bons moments, on en refera sans doute. On prévoit aussi de faire des petites choses à l’occasion sur Internet mais pour l’instant, on n’a pas du tout de temps pour le faire.