Eurovision 2022 : Que signifient en français les paroles de « Fulenn » ?

CONCOURS MUSICAL La chanson « Fulenn » du groupe Alvan et Ahez représentera la France à l’Eurovision en mai prochain. Sa spécificité être intégralement en langue bretonne, région dont est originaire le groupe

C.W.
— 
Le groupe breton Alvan et Ahez fait partie des douze candidats à l'Eurovision pour la France. L'émission sera diffusée le 5 mars sur France 2.
Le groupe breton Alvan et Ahez fait partie des douze candidats à l'Eurovision pour la France. L'émission sera diffusée le 5 mars sur France 2. — Cyril Moreau/Bestimage

Avec Fulenn, la chanson du groupe Alvan et Ahez, la France a désormais une chanson entraînante et entêtante pour la représenter à l’Eurovision en mai prochain. Mais c’est aussi une chanson qui a la spécificité d’être intégralement en langue bretonne, une région dont est originaire le groupe. « C’est une langue dont on a eu très longtemps honte. Maintenant, c’est une véritable fierté de pouvoir l’apporter jusqu’à l’Eurovision », a confié avec émotion Marine Lavigne, l’une des membres d’Ahez, après leur victoire samedi soir. Mais que signifient les paroles en français ?

« "Fulenn" signifie "étincelle" et "jolie fille". C’est le feu, la passion, la danse, la fête », explique-t-elle. Mais encore ? Dans la traduction, qu’a dévoilée le groupe sur son compte Instagram, on découvre qu’il s’agit d’une histoire d’émancipation féminine à travers le récit d’une fille « qui danse avec le diable ».

« En faisant fi des bêtes sauvages je danse »

« E teñvalijenn ar c’hoadeier e tiwan an noz/Ar stered a deu war-wel en hiboud direpoz/Ur skeud benel a droidell ouzh skleurenn ur flamboz ». Il s’agit du premier couplet de la chanson qui pose le décor et qui signifie en français : « Dans l’obscurité des bois germe la nuit/Les étoiles apparaissent dans le bruissement sans repos/Une ombre féminine virevolte à la lueur d’un flambeau ».

Elles poursuivent : « Oc’h ober fae deus ar fall loened e tañsan/Me bak an tan en o lagad leun a droukc’hoant/Ha da dreiñ 'n’añ en ur c’han da gan' a-unvan ». En français : « En faisant fi des bêtes sauvages je danse/Je vole le feu de leur regard plein de convoitise/Et le change en un chant à reprendre à l’unisson ».

Puis vient ensuite le refrain (s’il ne fallait apprendre qu’un seul morceau de la chanson, ce serait celui-là) : « Dañsal a ra gant an diaoul ha para ? Dañsal a ran gant an diaoul ha para ? ». Autrement dit : « Elle danse avec le diable, et alors ? Je danse avec le diable, et alors ? » Soit l’histoire d’une fille qui fait ce qu’elle veut et s’éclate toute la nuit si elle le désire, se fichant totalement du regard des autres. On valide complètement.

Pour retrouver l’intégralité de la traduction, c’est par ici.