« "The Voice", c’est ma troisième naissance », affirme Caroline Costa

INTERVIEW Aujourd’hui âgée de 25 ans, l’artiste révélée en 2008 dans « La France a un incroyable talent » explique à « 20 Minutes » pourquoi elle a décidé de tenter sa chance dans le télécrochet de TF1

Propos recueillis par Fabien Randanne
— 
Caroline Costa aux auditions à l'aveugle de la saison 15 de the Voice.
Caroline Costa aux auditions à l'aveugle de la saison 15 de the Voice. — TF1/ITV/Bureau233
  • Le troisième épisode des auditions à l’aveugle de la saison 11 de The Voice sera diffusé samedi 26 février 2022, dès 21h10, sur TF1.
  • Parmi les talents en compétition : Caroline Costa. L’artiste, aujourd’hui âgée de 25 ans, avait été révélée au grand public lors de la saison 3 de La France a un incroyable talent, sur M6, en 2008, et avait rejoint, quatre ans plus tard, la troupe de la comédie musicale Robin des Bois.
  • Désormais maman d’une petite Talia, 3 ans, Caroline Costa a décidé de renouer avec sa carrière musicale en tentant sa chance à The Voice. « Je voulais tester ma légitimité aux auditions en essayant de voir si j’étais encore capable d’émouvoir. C’était une prise de risque, une envie de repartir à zéro », dit-elle à 20 Minutes.

Le grand public l’a découverte dans La France a un incroyable talent en 2008, alors qu’elle avait à peine 12 ans. Caroline Costa s’était hissée jusqu’en finale de l’émission de M6. Deux ans plus tard, la jeune chanteuse avait sorti un single Qui je suis ? – qui avait atteint la quinzième place du Top 50 – puis, en 2012, un album J’irai, avant de rejoindre la troupe de la comédie musicale Robin des Bois. A 25 ans, l’artiste fait son retour sur la scène médiatique : elle participera samedi au troisième épisode des auditions à l’aveugle de The Voice. La jeune femme, à l’accent chantant du Tarn-et-Garonne, explique à 20 Minutes pourquoi elle a choisi de se présenter au télécrochet de TF1.

Cela fait quelques années que le public n’avait pas eu de vos nouvelles. Que s’est-il passé entre-temps ?

Il s’est passé de belles choses. Après avoir vécu une expérience grandiose aux côtés d’artistes formidables dans la troupe de Robin des Bois, j’ai sorti, en 2017 un album [éponyme] qui, comme on dit, n’a pas vraiment rencontré son public. J’ai décidé de m’éloigner de la musique… Depuis trois ans, je suis maman d’une petite Talia et je me suis consacrée à ce rôle à fond. J’étais la plus heureuse et la plus épanouie mais, au fond de moi, je sentais qu’il manquait quelque chose : la musique. Elle me manquait mais je refoulais cette idée pour me protéger.

Et vous avez décidé de vous présenter aux castings de « The Voice »…

Il y a un an, j’ai osé me reprendre en main physiquement et musicalement. J’ai contacté Bruno Berberes, le directeur de casting de The Voice, pour lui demander quand serait ouvert l’appel à candidatures pour les castings. Je ne lui ai pas précisé que c’était pour moi. Je ne savais pas si j’aurais le cran. Et puis finalement, j’ai tenté ma chance.

Vous ne saviez pas si vous auriez le cran : c’est-à-dire ?

Je n’ai pas chanté pendant trois ans. J’avais coupé tous les ponts avec la musique pour éviter de souffrir. C’était une période de doutes, de remise en question personnelle, d’angoisse. Je me demandais si j’étais légitime. A The Voice, ce qui compte, ce n’est pas le parcours ou l’image mais seulement la voix. Je voulais tester ma légitimité aux auditions en essayant de voir si j’étais encore capable d’émouvoir. C’était une prise de risque, une envie de repartir à zéro, une sorte de renaissance.

De renaissance, carrément ?

Les gens m’ont connu ado, ils vont me redécouvrir comme femme. Je dis que lorsque je suis devenue maman, c’était ma deuxième naissance. The Voice, c’est ma troisième naissance : l’émission a rallumé toutes les lumières en moi.

Sans nous dire quel a été le résultat de votre audition à l’aveugle, est-ce que l’expérience a confirmé votre envie de renouer avec la musique ?

J’ai déjà tout gagné en étant allée passer cette audition. Ma devise est de vivre l’instant présent, de savourer chacun des moments. Cette expérience m’a redonné envie de remonter sur scène. J’ai eu l’impression de tout réapprendre : ça motive bien !