« Nos terres inconnues » : Barbara Pravi promène son « émerveillement permanent » en Corse

DECOUVERTE La chanteuse, deuxième de l'Eurovision 2021 et sacrée révélation féminine aux dernières Victoires de la musique, apporte sa fraîcheur et sa curiosité aiguisée à l'épisode diffusé mardi sur France 2

Fabien Randanne
Magali, guide sur le GR20, Barbara Pravi et Raphaël de Casabianca dans Nos terres inconnues, en Corse.
Magali, guide sur le GR20, Barbara Pravi et Raphaël de Casabianca dans Nos terres inconnues, en Corse. — ADENIUM TV FRANCE
  • L’épisode de Nos terres inconnues diffusé mardi 22 février 2022 à 21h10 sur France 2 a été tourné dans le Niolu, en Haute-Corse. Barbara Pravi est l’invitée de Raphaël de Casabianca.
  • « Il n’y a aucun calcul de sa part. Elle prend tout avec beaucoup de joie et d’émerveillement sans se demander ce que l’on va penser d’elle », confie le présentateur au sujet de l’artiste.
  • « Je pose des questions quand elles arrivent dans ma tête, telles que je les pense. Ça décontenance au premier abord. Mais ça fonctionne parce que, quand on s’intéresse vraiment aux gens, ils le ressentent », explique Barbara Pravi.

« La Poulidor de l’Eurovision ! Vous représentiez qui ? La Turquie ? » La séquence se déroule dans un camion de boucherie ambulante sillonnant les villages du Niolu ( Haute-Corse). Barbara Pravi, derrière la banque réfrigérée, ne se laisse pas déstabiliser par la rudesse du client qui ne la connaissait pas. « Vous vous appelez monsieur comment ? Léon ? J’adore ! Moi c’est Barbara. » Raphaël, le boucher qui l’a invitée à le suivre dans une de ses tournées joue les taquins : « Et oui, la pauvre, personne lui demande [comment elle s’appelle]…. » La chanteuse part alors dans un fou rire communicatif, dont la contagiosité s’intensifie après que la discussion a dérivé sur la signification de la sainte-Barbe. Irrésistible.

Ces quelques images, extraites de Nos terres inconnues diffusé ce mardi soir sur France 2, sont un concentré de la personnalité de Barbara Pravi : sa spontanéité, son humour, son empathie, son sens du contact humain. « Il n’y a aucun calcul de sa part. Elle prend tout avec beaucoup de joie et d’émerveillement sans se demander ce que l’on va penser d’elle », confie Raphaël de Casabianca, saluant sa « fraîcheur » et sa « volonté ». Le présentateur globe-trotter a eu l’idée de convier l’artiste dans l’émission après l’avoir rencontrée sur le plateau du 20 heures de Laurent Delahousse, en mai, au lendemain de l’Eurovision : « Elle débordait d’énergie. Je me disais que ce serait formidable qu’on la découvre un peu plus. »

« Elle a pris ce voyage comme une parenthèse »

Barbara Pravi n’a pas hésité une seconde. Même si cela signifiait de laisser son téléphone portable éteint pendant plusieurs jours. « Ça m’a fait un bien fou ! Le tournage a eu lieu juste après la sortie de mon disque [fin août]. Normalement, ce sont des moments où on est hyperconnectés, où on a peur, et je pense que la connexion permanente amplifie le stress », dit-elle. « Elle était dans un tourbillon, alors elle a pris ce voyage comme une parenthèse. Elle l’a considéré dès le début comme une chance, avec beaucoup de joie », appuie Raphaël de Casabianca.

Le journaliste se souvient de la première nuit du tournage, sous la tente, au milieu du maquis corse. « On a eu des discussions sur le fait de s’émerveiller sur la beauté du monde, de considérer que chaque événement ou chose que l’on rencontre peut être, sinon un miracle, quelque chose de très fort. Elle partage cette vision avec l’équipe, d’un coup ça rayonne, ça nous a emplis, ça a donné une énergie, un rythme à ce voyage qui était génial. » A travers ce volet de Nos terres inconnues, celui dont le père est originaire de l’île de Beauté voulait montrer « une Corse différente, intérieure, où on prend le temps, où on n’est pas dans la carte postale ». Il l’assure : « Barbara, avec son émerveillement permanent arriver à sublimer » tout cela.

L’autrice, compositrice et interprète a ainsi croisé le chemin de Casimir et Jean, deux frères bergers, de Colin, apiculteur attentif à la biodiversité, de Mélodie, venue « du continent » et tombée amoureuse du coin, de Paul-André et Laurent, secouristes en montagne ou encore de Magali guide sur le GR20.

« Une comédie dramatique à l’italienne »

« J’ai gardé de super liens avec eux. On s’écrit régulièrement », affirme Barbara Pravi, se réjouissant que le montage final de l’émission mette bien en valeur les liens créés avec ces personnes, qui, tout en lui parlant de l’amour de leur terre, ont évoqué avec elle leurs difficultés, mais aussi les valeurs fortes telles que l’entraide, primordiales dans ces contrées reculées.

Catherine Alvaresse, la directrice de l’unité documentaire de France Télévisions, compare cet épisode à « une comédie dramatique à l’italienne » : « J’avais l’impression qu’on passait du rire aux larmes. Il y a des vraies rencontres qui m’ont émue. »

« J’ai toujours été très curieuse des autres », précise la chanteuse. « Il y a beaucoup de codes sociaux, comme les questions qu’on pose aux gens quand on les rencontre. Moi, cela fait longtemps que j’en ai fait fi, poursuit-elle. Je pose des questions quand elles arrivent dans ma tête, telles que je les pense. Ça décontenance au premier abord. En Corse, je ne pense pas qu’ils avaient l’habitude de ça. Mais ça fonctionne parce que, quand on s’intéresse vraiment aux gens, ils le ressentent. Je vois que ça pète pas mal de barrières dans ma vie en général. » Et en plus, c’est très télégénique.