BFMTV : « Comment vous me parlez ?! », réplique Apolline de Malherbe à Gérald Darmanin dans un échange tendu

MEDIAS « Calmez-vous madame, ça va bien se passer », a lancé le ministre de l’Intérieur à la journaliste de BFMTV et RMC qui l’interviewait sur les chiffres de la sécurité ce mardi matin

F.R.
— 
Gérald Darmanin était interviewé par Apolline de Malherbe le mardi 8 février 2022.
Gérald Darmanin était interviewé par Apolline de Malherbe le mardi 8 février 2022. — Capture d'écran BFMTV

L’échange a été tendu. Ce mardi matin, Apolline de Malherbe interviewait le ministre de l’Intérieur  Gérald Darmanin sur RMC et BFMTV. La journaliste lui a demandé si, au sujet de la sécurité, il ne s’était pas « réveillé un peu tard ». Et d’appuyer sa question sur les chiffres officiels faisant état d’une hausse des atteintes aux personnes, des homicides, des coups et blessures volontaires et des violences sexuelles.

« J’ai regardé votre logo, je pensais que l’on était sur CNews, mais en fait on est bien sûr BFM », lui a-t-il répondu, lui reprochant une « présentation simpliste et un peu populiste ». « Ce sont vos chiffres », a enchaîné Apolline de Malherbe. Avant que la discussion vire à l’aigre :

 - Gérald Darmanin : Ne vous vexez pas, calmez-vous. Non mais calmez-vous madame, ça va bien se passer…
- Apolline de Malherbe : Je vous demande pardon, je vous demande pardon ! ?
- Ça va bien se passer, ça va bien se passer.
- Non mais Gérald Darmanin, attendez pause oh ! Je vous demande pardon, comment vous me parlez ?
 

Le ministre de l’Intérieur a ensuite déclaré qu’il en avait « marre des discours populistes » et a déploré que la journaliste n’ait pas évoqué la baisse des cambriolages. Lorsque Apolline de Malherbe lui a précisé qu’elle parlait des « violences faites aux personnes », le ministre lui a demandé : « Vous ne souhaitez pas que je réponde ? »

« Ce n’est pas une réponse, c’est presque une offense »

« Je trouve ça sidérant, votre manière de répondre. Ce n’est pas une réponse, c’est presque une offense », a estimé son interlocutrice. Et le ministre de lui rétorquer : « Ne vous vexez pas, je réponds comme vous m’agressez. » Quelques secondes plus tard, les deux protagonistes ont à nouveau échangé à fleuret moucheté. « Quelle agressivité ! C’est très difficile de travailler ainsi », s’est plaint Gérald Darmanin. Et l’intervieweuse de rebondir du tac au tac : « Non, c’est très difficile, je le comprends bien, d’être ministre de l’Intérieur quand les Français jugent votre bilan négatif. »

Les opposants politiques de Gérald Darmanin n’ont pas manqué de réagir à cette séquence largement partagée sur les réseaux sociaux. « [Il] n’assume pas le lourd échec de sa politique et y répond par une agressivité déplacée », a tweeté Marine Le Pen, candidate RN à la présidentielle. « Les Français voient le vrai visage de Gérald Darmanin. Incapable de se remettre en question, méprisant et agressif. Il est un digne représentant de la Macronie. Ça suffit ! »,  a écrit la sénatrice LR Valérie Boyer.

« Tout mon soutien à Apolline de Malherbe qui a eu raison de ne pas se laisser réduire au silence par un ministre ne supportant pas qu’on lui pose une question fondée, simplement parce qu’elle le dérange. Gérald Darmanin est bien ministre de l’Intérieur, contrairement aux apparences », a posté l'ex-journaliste Audrey Pulvar, adjointe à la maire PS de Paris.