Michel Drucker va mieux et veut « continuer » la télé « une dizaine d’années »

LONGEVITE Michel Drucker est revenu dans « Sept à huit » sur TF1 ce dimanche sur sa lourde opération à cœur ouvert

Anne Demoulin
— 
Michel Drucker dans «Vivement dimanche»
Michel Drucker dans «Vivement dimanche» — Guillaume GAFFIOT - Bestimage

L’animateur de 79 ans ne compte pas prendre sa retraite ! Michel Drucker était l’invité d’  Audrey Crespo-Mara dans Sept à huit sur  TF1 ce dimanche. Une émission dans laquelle il est revenu sur sa très lourde opération à cœur ouvert de 2020.

« C’est un petit miracle. J’ai cru à un moment donné que je n’irai pas au bout de ce voyage et que je terminerai ce voyage avec des séquelles. C’était ça ma grande angoisse », a confié Michel Drucker.

« C’est un métier de stress que le nôtre »

L’animateur, qui a précisé avoir perdu 12 à 14 kg au cours de cette épreuve, estime que le stress est la cause de ses problèmes de santé. « Je fais ce métier depuis près de 60 ans, commence Michel Drucker, qui a fait sa première apparition en 1964, interviewant des sportifs revenant des Jeux paralympiques de Tokyo. Je l’avais déjà quand j’étais gamin – le stress du cancre. Et c’est un métier de stress que le nôtre ».

L’animateur se sent désormais « très bien ». « J’ai changé ma vie », a-t-il ajouté. Michel Drucker fait désormais du télétravail et une heure de sport par jour pour rééduquer son cœur.

« Ma vie, c’est mon job »

Michel Drucker a expliqué qu’il avait demandé à son cardiologue de le « débrancher » si l’opération ne lui permettait pas de pouvoir exercer à nouveau son métier. « Je ne pouvais pas supporter l’idée de refaire un métier public alors que j’étais handicapé (…) Ma vie, c’est mon job. Si j’étais sorti diminué, ce n’était pas jouable », a-t-il déclaré.

Michel Drucker continue d’animer Vivement dimanche sur France 2 et ne songe pas à raccrocher. « Sans la télé, ce n’est pas possible », a-t-il avoué.

« Je me verrais bien continuer une dizaine d’années »

Et d’ajouter : « Je ne vais pas me comparer à Molière… Mais Dalida chantait Mourir sur scène, je la comprends très, très bien ». On le verra encore longtemps sur le petit écran : « Je me verrais bien continuer une dizaine d’années. Ça ne dépend pas de moi ». « Les cardiologues m’ont rassuré, j’ai le cœur pour ça. Ils m’ont dit : « Tout est neuf », a-t-il conclu.