« Koh-Lanta » : Des candidats auraient été pris en photo lors d’un dîner clandestin

TRICHERIE Selon « TVMag », la production enquêterait et réfléchirait à de potentielles sanctions

C.W.
— 
Koh-Lanta : La légende.
Koh-Lanta : La légende. — ALP / TF1

L’épisode de la tricherie semble loin d’être clos. Alors qu’Ugo, Laurent et Claude s’affronteront ce mardi sur la terrible épreuve des poteaux, les soupçons de dîners clandestins révélés par Le Parisien pourraient planer sur la finale de Koh-Lanta. Selon TVMag ce samedi, des candidats auraient été pris en photo lors de l’une de ces escapades nocturnes pour se rassasier.

Comme le précise l’article, ce cliché n’aurait pas « été pris à leur insu mais à l’initiative d’un des candidats ». « D’abord confidentiel, ce cliché a fini par fuiter et tourne depuis de smartphone en smartphone. Jusqu’à arriver entre les mains de la production », est-il écrit, ajoutant que la société de production n’a pas souhaité faire de commentaires.

Une enquête est en cours

Toujours selon TVMag, la société de production ALP et TF1 réfléchiraient à de potentielles sanctions en cas de tricherie avérée, comme ne pas désigner de vainqueur lors de la finale ou ne pas remettre la somme des 100.000 euros. Le journal affirme que « cette affaire ne concernerait pas seulement les quatre ou cinq aventuriers qui ont fait le mur mais aussi ceux restés sur place. Dans un esprit de camaraderie ou simplement pour garder le silence, les fuyards leur rapportaient parfois quelques denrées après leur escapade nocturne ».

Comme le révélait Le Parisien il y a quelques jours, quatre à cinq candidats auraient profité de l’organisation particulière que demande le tournage des conseils pour se rassasier dans une pension de famille. Des révélations prises très au sérieux par ALP, qui mène « une enquête auprès des aventuriers présents sur le tournage mais aussi en Polynésie auprès des locaux », expliquait mercredi la société de production  sur Twitter.

« Nous avons eu nous-mêmes des échos, nous enquêtons nous-mêmes et, puisque [Le Parisien] n’affiche pas non plus de preuve formelle, nous n’avons pas encore de preuve formelle, indiquait pour sa part Alexia Laroche-Joubert, productrice de l’émission,  à 20 Minutes. Actuellement, je ne suis pas susceptible de dire réellement et intégralement ce qu’il s’est passé, qui était impliqué, si c’est vrai… » Toutefois, une chose est sûre : tous les aventuriers qui ont été convoqués par la production « réfutent les accusations. »