« District Z » : Zombies plus féroces, épreuves plus nombreuses… On était sur le tournage de la saison 2

« THE WALKING DEAD » Dans les coulisses du Parc Astérix, nous avons évité les zombies pour assister au tournage d’un numéro de la nouvelle saison de « District Z »

Clément Rodriguez
— 
Laurent Maistret face aux zombies plus méchants de « District Z »
Laurent Maistret face aux zombies plus méchants de « District Z » — A.ISSOCK
  • Ce samedi 4 décembre, TF1 lance la deuxième saison de District Z.
  • Au mois de juin dernier, 20 Minutes était sur le tournage du jeu animé par Denis Brogniart et produit par Arthur.
  • Zombies plus féroces, mécanique renforcée, l’émission semble avoir pris en compte les remarques du public au fil de la première saison pour mieux rebondir cette année.

Nous sommes en 2021 après Jésus-Christ. Aucun territoire de la Gaule n’est occupé par les zombies. Aucun ? Non ! Un village d’irréductibles Gaulois est encore et toujours aux mains des envahisseurs. Ce hameau, situé au Parc Astérix, accueille cette année encore une vingtaine de personnalités qui vont tenter de défier des créatures horrifiques dans la deuxième saison de District Z. Le 8 juin dernier, 20 Minutes a été invité à mettre les pieds dans l’enceinte du professeur pour voir ce qu’il s’y passait sans prendre le risque de se faire mordre le mollet.

Alors comme ça, ça manquait de « fight » ?

Il est 18h30. Les célébrités du jour, Bruno Sanchez, Baptiste Lecaplain, Monsieur Poulpe, Inès Vandamme et Maxine, gagnante de Koh-Lanta : Les Armes Secrètes, arrivent sur le lieu. Avant d’attraper éventuellement la bactérie qui transforme les humains en zombies pendant la nuit, c’est test antigénique et distribution de masque FFP2 obligatoires, histoire d’éviter la propagation d’un autre virus. Jusqu’au bout, tout est calfeutré et les candidats ne voient rien du décor, pas même la porte du district, cachée par des véhicules.

Pour les cinq personnalités, l’aventure ne démarre pas encore. Pendant qu’on les habille et qu’elles se sustentent, on nous invite à faire un tour du plateau. Denis Brogniart a encore du pain sur la planche avant le début du tournage mais il prend le temps de montrer les lieux aux journalistes. « On a eu comme messages que les zombies n’étaient pas assez impactants, que ça manquait d’une ou deux épreuves et de "fight" avec les zombies… Vous allez voir ce soir », prévient-il dès les premiers instants.

Onze nouvelles épreuves

Cette année, le bunker a disparu. Ainsi, les personnalités restent avec l’animateur toute la nuit et celles qui ne jouent pas lors d’une épreuve peuvent être appelées à la rescousse si l’un ou l’une de leurs camarades se fait voler sa vie, accrochée sur son dos, par des zombies. Ces derniers sont plus féroces, plus offensifs et plus effrayants que l’an dernier. « Si j’étais candidat, je préférerais le faire cette année parce que c’est plus “pushy”, les épreuves sont plus compliquées, le mano a mano avec les zombies est plus fort », résume Denis Brogniart qui n’arbitrera plus les trois mini-jeux cette saison, désormais confiés au majordome qui a quitté son abri pour s’installer dans une caravane de fortune.

Du côté des épreuves, on retrouve les mêmes installations que l’an dernier comme l’hôtel Vertigo, le mémento et la forêt maudite. En revanche, chacune dispose d’une « version bis ». Concrètement, deux jeux différents peuvent être joués à un même endroit. Lors de la première saison, les candidats et candidates descendaient de l’hôtel Vertigo. Dès ce samedi, ils pourront également grimper à son sommet dans la mouture alternative. Grâce à ce stratagème, l’émission peut se vanter d’offrir onze nouvelles épreuves.

« Ce n’est plus la même émission »

Rémi Faure, directeur des programmes de flux de TF1, est venu assister au tournage de l’émission. « On voulait quelque chose d’un peu plus intense que la saison 1 à tous points de vue », explique-t-il. Cela passe par des jeux plus courts et donc plus nombreux. « On a rajouté une grosse épreuve et la sortie qui est une épreuve en soi désormais », précise-t-il. Par ailleurs, la chaîne et la production se sont mises d’accord pour donner au public l’impression que les participants et participantes pouvaient tout perdre. « Pour cette raison, on incite les zombies à voler plus de vies, ils y vont un peu plus », conclut Rémi Faure. A chaque vie volée, c’est dix secondes en moins dans la chambre forte, où les stars disposent initialement de deux minutes.

Sur le plateau, un homme court dans tous les sens. Il s’agit d’Arthur, « très excité » à l’idée de démarrer un nouveau tournage. « Ce n’est plus la même émission », assure-t-il, par rapport à la première saison qui embauchait 25 zombies contre 50 cette année. Lors de sa diffusion en décembre 2020, le programme avait été critiqué pour son manque d’action, d’enjeux et de combats avec les créatures. « On ne pensait pas que les gens étaient plus attirés par les zombies que par le jeu, ils étaient presque déçus de la non-agressivité des zombies. Cette année, les fans de zombies vont en avoir pour leur argent », promet le producteur.

La nuit la plus longue de leur vie ?

Alors que le soleil s’est couché depuis quelques minutes, l’atmosphère change sur le plateau. Il est 22h15 et les portes du District Z se ferment pour accueillir les cinq invités de la soirée. Quelques mots sont échangés avec Denis Brogniart en amont. L’animateur retrouve Maxine, qu’il a quittée quatre jours auparavant pour la finale de Koh-Lanta. En haut des deux tours, deux gardes nous braquent leurs projecteurs en pleine tête. Quatre cadreurs braquent leur objectif sur les candidats, deux autres sont concentrés sur Denis Brogniart. Commence alors l’une des plus longues nuits de leur vie.

Vingt minutes plus tard, une horde de zombies guette ses proies derrière la carcasse d’une voiture. Les monstres sont dociles : ils attendent que les participants et participantes passent devant eux pour les attaquer. Ça y est, les célébrités ont le feu vert pour entrer dans l’antre du professeur Z. Leurs cris se mélangent aux grognements des zombies. Une fois que les personnalités ont rejoint leur checkpoint, les zombies reprennent une apparence plus humaine et retrouvent la parole. « C’était intensif », s’exclame une créature. « Moi aussi, je suis essoufflée » lui répond une autre.

Deux épreuves en deux heures

Une heure après le début du tournage, il est enfin temps pour les cinq volontaires de se plier à la première épreuve. Il s’agit d’une nouveauté, la crypte de Méroé. Deux candidats attachés dos à dos doivent retrouver des bouts de talisman qu’il faut reconstituer. Problème : l’un a les yeux bandés et l’autre les mains ligotées. Au moment de la présentation des consignes par Denis Brogniart, les blagues fusent. Même Baptiste Lecaplain arrive à déconcentrer l’animateur qui doit se reprendre. Entre les explications et la préparation des candidats, l’épreuve ne démarre que quinze minutes plus tard. Vont-ils essuyer les plâtres avec succès ?

Minuit est passé. Denis Brogniart est en place sur la deuxième épreuve et se fait rappeler les règles par un membre de la production. L’équipe est réunie au pied de l’hôtel Vertigo pour y jouer la nouvelle version. Baptiste Lecaplain et Maxine de Koh-Lanta montent sur le filet tandis que Monsieur Poulpe, sur le plancher des vaches, reconstitue un message grâce à des indices attrapés en l’air par ses camarades. C’est un gros bazar pas organisé, Baptiste crie dans tous les sens. « Je veux pas dire mais Olivier Minne, il aurait donné des indices », lance l’humoriste à Denis Brogniart à la fin du jeu.

L’émission est loin d’être terminée pour les candidats ainsi que pour Denis Brogniart et les équipes techniques. Une pause sera la bienvenue entre 4 heures et 5 heures du matin avant de reprendre les hostilités jusqu’à environ huit heures. D’ici là, les célébrités auront eu le temps de se faire quelques bobos dont elles se souviendront longtemps.