Miss France 2022: « Les 29 Miss auront des contrats de travail », annonce Alexia Laroche-Joubert

CONCOURS DE BEAUTE Les Miss seront donc payées en bonne et due forme

V. J.
— 
Le 19 décembre 2020, lors de l'élection de Miss France 2021, un tableau a mis en avant d'anciennes gagnantes du titre à l'occasion du centenaire du concours.
Le 19 décembre 2020, lors de l'élection de Miss France 2021, un tableau a mis en avant d'anciennes gagnantes du titre à l'occasion du centenaire du concours. — LOIC VENANCE / AFP

Osez le féminisme ! avait saisi en octobre les prud’hommes contre le concours Miss France qui, selon l’association est « sexiste » et enfreint le droit du travail. Alexia Laroche-Joubert, présidente d’ALP et productrice de Miss France, avait immédiatement réagi en expliquant que l’émission est un concours, et donc n’est pas régie par le droit du travail, réfutant ainsi la possibilité de faire signer des contrats de travail aux Miss.

Pourtant, la productrice a confirmé ce mercredi que les candidates auront bien un contrat de travail. « Depuis ma nomination en tant que présidente de la société Miss France, on a travaillé, avec les équipes, à la ligne éditoriale de l’émission et aux conditions de production. Cela a des conséquences à la fois artistiques, techniques et juridiques. C’est pour cela que cette année, les 29 miss qui vont défiler le soir du 11 décembre sur l’antenne de TF1 auront des contrats de travail », a affirmé Alexia Laroche-Joubert lors de la conférence de présentation de l’édition 2022 à laquelle 20 Minutes a assisté.

« Toutes ces tactiques n’ont qu’un but : tuer Miss France »

« Il y a eu pas mal de polémiques, a ajouté la productrice. C’est souvent le fait de quelques groupes de néoféministes qui portent un regard condescendant sur un programme populaire, convivial et sur l’engouement qu’il suscite. Elles profitent de la visibilité médiatique des semaines qui précèdent le concours pour s’offrir un moment de buzz. En l’occurrence, j’étais prête à leur tendre la main et à les rencontrer mais il s’avère que les dernières déclarations qu’elles ont faites dans la presse montrent que toutes ces tactiques n’ont qu’un but : tuer le concours, tuer Miss France et ce n’est pas possible de dialoguer avec elles », a déclaré Alexia Laroche-Joubert devant les dizaines de journalistes réunis chez TF1 ce mercredi.