« Le Meilleur Pâtissier » : Véronique Massonneau, ex-députée écologiste, participe à la dixième saison

TELEVISION Elue de 2012 à 2017, Véronique Massonneau s’est mise à la pâtisserie après son revers électoral et a été inscrite à son insu par son fils à l’émission de M6 dont la nouvelle saison commence ce jeudi soir

Fabien Randanne
— 
L'ex-députée écologiste Dominique Massonneau sur le tournage de la saison 10 du Meilleur Pâtissier.
L'ex-députée écologiste Dominique Massonneau sur le tournage de la saison 10 du Meilleur Pâtissier. — Marie ETCHEGOYEN/M6
  • Veronique Massonneau a été députée de la Vienne (EELV) de 2012 à 2017.
  • Elle est l’une des vingt candidates et candidats de la saison 10 du Meilleur Pâtissier lancée ce jeudi à 21h05 sur M6.
  • La sexagénaire, dont la spécialité est « la tarte au citron meringuée revisitée », confie à 20 Minutes avoir notamment apprécié Mercotte : « Elle est d’une grande simplicité, elle a de l’aplomb et les yeux qui pétillent. Cela m’a tout de suite rassurée. »

Un député UMP caquette pendant qu’une élue écologiste s’exprime au micro dans l’hémicycle. « Arrêtez, cela suffit, je ne suis pas une poule ! », s’indigne-t-elle avant que le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, suspende la séance. Le comportement de ce coquelet « n’est pas acceptable », tonne-t-il. Cette scène de sexisme ordinaire s’est déroulée en octobre 2013 et a beaucoup fait parler à l’époque.

« En tant que membre de la délégation aux droits des femmes, je ne pouvais pas laisser passer, affirme aujourd’hui à 20 Minutes Véronique Massonneau, ciblée par ces cris moqueurs. Mon mandat ne s’est pas résumé qu’à cela, mais quand on me demande qui je suis, je rappelle cette anecdote, les gens s’en souviennent. »

L’ex-députée de la Vienne, âgée de 61 ans, va pouvoir laisser derrière elle cette histoire de basse-cour. Désormais, elle pourra se rappeler au bon souvenir de ses interlocuteurs en leur parlant de sa participation au Meilleur pâtissier. Elle est l’une des 20 candidates et candidats de la dixième saison lancée sur M6 ce jeudi à 21h05. « Mon fils m’a inscrite à mon insu. Quand la responsable du casting m’a appelée, je me suis dit, pourquoi pas ? Mais j’avais une petite hésitation quant à l’exposition médiatique. »

Aucun doute en revanche sur ses compétences pâtissières acquises grâce à… sa défaite aux législatives de 2017. Véronique Massonneau, qui travaille désormais comme consultante dans le domaine environnemental, commence alors à consacrer du temps aux spécialités sucrées et se met à regarder Le Meilleur Pâtissier « avec assiduité ».

« L’aplomb de Mercotte »

« Je n’aime pas trop manger les pâtisseries mais j’aime bien trouver une recette, imaginer la faire, chercher les bons produits, utiliser un joli matériel et partager de jolies choses », explique-t-elle. Sa spécialité ? « La tarte au citron meringuée revisitée avec des pochages différents, répond-elle. Cela me plaît surtout d’innover. Ce week-end, par exemple, j’ai préparé une tarte au sucre, café et noisette. C’était très bon. »

Cyril Lignac et Mercotte ont-ils apprécié ses créations ? Il faudra attendre la diffusion pour le découvrir… Ce que l’on sait, c’est que Véronique Massonneau avait un peu peur de Mercotte avant de se rendre sur le tournage. Des inquiétudes dissipées dès son arrivée. « Elle est d’une grande simplicité, elle a de l’aplomb et les yeux qui pétillent. Cela m’a tout de suite rassurée », sourit la candidate insistant sur « l’ambiance bienveillante » de l’émission.

Elle a aussi beaucoup apprécié la nouvelle animatrice, Marie Portolano, dont le documentaire sur le sexisme dans le journalisme sportif, Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste, a fait l’effet d’un coup de tonnerre au printemps. « Je l’ai trouvé très intéressant. J’en ai parlé avec elle hors caméras », glisse Véronique Massonneau. Son engagement féministe est resté pur sucre.