« The Voice All Stars » : « Après notre élimination, Al.Hy et moi étions entre dépit et soulagement », confie Olympe

INTERVIEW CROISEE « 20 Minutes » s’est entretenu avec Olympe et Al.Hy qui, malgré leur statut de favoris, ont été éliminés ce samedi de la saison anniversaire de « The Voice »

Fabien Randanne
— 
Al.Hy et Olympe aux cross battles de The Voice All Stars.
Al.Hy et Olympe aux cross battles de The Voice All Stars. — TF1/ITV/Bureau233
  • TF1 a entamé ce samedi le premier épisode des « cross battles » de la saison « All Stars » de The Voice. Al.Hy et Olympe figurent parmi les talents éliminés lors de cette étape. 20 Minutes a organisé un entretien croisé avec elles.
  • Al.Hy a relativisé son départ : « Il y avait quelque chose en moi qui faisait que j’étais confiante. Je me disais "Super, je vais avoir plein de choses à raconter !" »
  • « C’est clairement grâce à mon élimination que j’ai créé mon label et écrit mon EP. Avant, on ne me laissait pas le choix », assure Olympe.

Coup de tonnerre dans The Voice All Stars. Dès le début de la nouvelle étape, celle des cross-battles dont le premier épisode a été diffusé samedi, le télécrochet de TF1 a vu partir deux des grands favoris de cette édition anniversaire. Al. Hy et Olympe se sont successivement inclinés face à Flo Malley et Dominique Magloire, deux autres prétendants de taille à la victoire finale. Leur sort a été scellé par les 101 personnes présentes dans le public et chargées de départager chaque duel.

Al.Hy et Olympe ont accepté, pour 20 Minutes, de revenir sur cette déconvenue et de raconter en quoi leur retour dans le jeu, dix et neuf ans après leurs premières participations respectives, a été ou non bénéfique. Entretien croisé.

Comment avez-vous réagi quand vous avez découvert les talents que vous alliez affronter lors de cette « cross battle » ?

Al.Hy : J’étais un peu triste, parce que j’aime beaucoup Flo. Il était dans la première saison avec moi. J’avais vu ses répétitions et j’adorais ce qu’il allait faire. Je trouvais qu’il méritait de rester. C’est compliqué, quoi… Nous, les artistes, ne sommes pas des joueurs. On a envie de faire des belles choses et d’être ensemble, l’art est fait pour rassembler. Là, dans le contexte de l’émission, il y a un truc qui n’est…

Olympe : Qui n’est pas naturel.

Al.Hy : Oui, en tout cas, pour nous, les artistes. A savoir de se mettre en valeur en descendant quelqu’un.

Olympe : J’avais cité Dominique Magloire dans la liste des personnes contre lesquelles je ne voulais pas tomber. En fait, je suis quand même un petit peu content d’avoir été éliminé contre elle. Même si tous les autres ont du talent, elle est une artiste que j’avais déjà vue en spectacle. Elle était dans la compagnie Roger Louret des Années tubes de Jean-Pierre Foucault, je l’ai vue dans [les spectacles musicaux] Cléopâtre, dans Autant en emporte le vent. Elle m’a fait frissonner bien avant que je fasse sa connaissance dans The Voice… Elle et moi avons beaucoup d’affection l’un pour l’autre, même si on ne se connaît pas beaucoup. On n’était pas en mode battle. J’avoue que j’étais stressé parce que j’avais eu une bronchite de fou pendant quinze jours juste avant. Je n’étais pas serein.

Vous avez été éliminés l’un à la suite de l’autre. Vous vous êtes vus dans les coulisses après ? Que vous êtes-vous dit ?

Olympe : On était entre le dépit et le soulagement. Al. Hy, je ne sais pas si tu as ressenti la même chose…

Al.Hy : En fait, je savais, pour avoir vécu pas mal d’événements de ce type – à savoir des trucs qui ne se passent pas comme prévu – que cela allait me donner une énergie dans pas longtemps. Il y avait quelque chose en moi qui faisait que j’étais confiante. Je me disais « Super, je vais avoir plein de choses à raconter ! »

Olympe : J’avoue que j’ai été choqué de la voir partir – bien que j’adore Flo Malley. J’avais vu Al. Hy en répétition et je lui ai dit qu’elle allait gagner The Voice All Stars parce qu’elle a électrisé le plateau. Quand elle a été éliminée, tout le stress que j’avais avant de passer sur scène est tombé d’un coup. Zazie m’a regardé en mode « Tu vas passer ». Et je lui ai rendu un regard disant « Allez, vas-y, qu’on en finisse ! » (rires). Et, pour tout dire, après qu’Al. Hy a été éliminée, il y a eu une petite pause, parce que Jenifer [la coach d’Al. Hy] était sous le choc aussi. Je suis alors allé dans les coulisses et j’ai envoyé un message à Julien, mon mari, en lui disant « Al. Hy vient d’être éliminée, on se retrouve dans dix minutes, je suis sûr de sortir ». Et voilà, ça s’est passé comme ça, je le pressentais. En même temps, c’est compliqué de ne faire voter que 101 personnes… C’était une expérience bizarre, rien que d’en parler, j’ai le stress qui revient.

Al.Hy : Ce qu’il faut se dire, c’est que c’est une histoire de moment. Si ce sont les gens qui votent sur le plateau, c’est comme cela. C’est que ce n’était pas mon moment et cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’autres opportunités. On s’en fiche, quoi. C’est un truc qui se passe et on peut voir ça comme quelque chose qui nous a transformés et qui va nous donner de l’énergie.

Olympe : C’est clair et je pense que pour nous, c’était nécessaire dans le sens où ça nous a reboosté.

Qu’est-ce qui vous avait motivé à accepter de participer à cette édition « All Stars » ?

Al.Hy : Je voulais un coup de pied aux fesses ! Eh bien, je l’ai eu (elle éclate de rire).

Olympe : Moi, j’étais dans une période où je ne savais plus ce que je voulais faire. J’avais besoin de digérer tout ce qui s’était passé depuis ma première participation 2013 parce que j’ai enchaîné les albums, les tournées, les projets et, à un moment, c’est redescendu. The Voice All Stars a été un peu la lumière au bout du tunnel. On avait la chance d’être remis sur le devant de la scène, il ne fallait pas la louper et faire les choses bien.

Al.Hy : Pendant ces dix ans, j’ai eu le temps de me développer. Quand on est très jeune, on ne sait pas forcément ce que l’on veut dire, ce pour quoi on veut être là, dans le milieu de la musique. J’ai pu énormément écrire et travailler. Maintenant, je sais pourquoi je veux être là. Cela a l’air de pas grand-chose comme ça, mais c’est essentiel de savoir pourquoi on veut chanter.

Avez-vous senti les choses bouger après la diffusion de vos auditions à l’aveugle en septembre ?

Al. Hy : Ce qui a été assez dingue, c’est que juste après la diffusion de mon audition, Alphabête est remonté dans le Top albums pendant quelques jours. C’était fou ! Et puis j’ai signé tout récemment avec le label Jo & Co [le label d’Hoshi, de Claudio Capéo…] pour un album de chansons à moi, donc ça m’a permis de développer pas mal de trucs.

Olympe : Félicitiations ! Je suis trop content pour toi ! (Il marque un temps) De mon côté, j’ai sorti mon EP, Taxidi, début septembre et il est aussi remonté dans le Top. La diffusion a généré pas mal de vues sur YouTube – je trouve que c’est un peu compliqué d’en faire sur cette plateforme, ça a redonné un coup de boost. J’ai eu pas mal de nouveaux followers sur les réseaux, davantage de commentaires, d’interactions… J’ai aussi été contacté pour deux projets multiartistes, j’ai eu des demandes de concerts. On verra par la suite ce qu’il va se passer mais rien que la première émission m’a pas mal aidé.

Les auditions à l’aveugle et les « cross battles » ont été enregistrées fin 2020. L’attente jusqu’à la diffusion a-t-elle fait naître des appréhensions, des espoirs ?

Olympe : Ce qui est dur, déjà, c’est qu’on ne voit pas nos prestations. On ne sait pas ce que cela a donné, la tête que l’on faisait, ni si on a bien chanté ou pas. Même si les coachs se retournent, on a toujours un aspect critique sur ce que l’on a fait. Le plus difficile, c’était donc de découvrir les images en même temps que tout le monde à la télé. Cela m’a un peu perturbé.

Al.Hy : Je pense que dans chaque échec, il y a une opportunité. Evidemment, il y a une petite période de digestion qui est indispensable…

Olympe : C’est clair…

Al.Hy : Notre cerveau à nous, humains, est programmé pour survivre, donc quand un truc ne se passe pas bien, on arrive à trouver une énergie supplémentaire pour se relever.

Olympe : C’est un peu comme une peine de coeur. Tu es déçu au début, tu te demandes pourquoi…

Al.Hy : Et après, tu trouves un mec mieux ! (rires)

Olympe : (Il rit aussi) Et après, tu apprends à vivre avec et tu te dis que ce n’est pas grave que d’autres choses vont arriver. Moi, c’est clairement grâce à mon élimination que j’ai créé mon label et écrit mon EP. Je suis parti dans une logique d’écriture, de composition, pour que les gens entendent enfin la musique qui me correspondait. Avant, on ne me laissait pas le choix. Le titre Fort, sorti en mai, je l’ai écrit suite à mon départ du all stars. Au début, je pensais que je n’allais jamais m’en remettre et que c’était horrible…

Al.Hy : Je trouve vraiment que, depuis quelques années, on ne voit plus ce genre d’émission comme un concours. Je pense qu’aucun candidat de The Voice ne vient pour gagner un trophée. La récompense, c’est plutôt de trouver de l’amour chez des gens qui te suivront ensuite aussi.

Olympe : C’est ça, c’est la rencontre avec le public.

Al.Hy : Et ça, c’est un cadeau que l’on a, que l’on reste ou non dans l’émission.

Single, concert, duo...

Lundi, Al.Hy révèlera le single Venez me chercher, qui annonce son futur album. Olympe, lui sortira son nouvel opus début 2022. D'ici là, il aura participé aux côtés d'autres artistes à un album sur le thème de Noël. Le 10 décembre, il donnera un concert à la Piscine de Roubaix (Nord) au cours duquel Al.Hy devrait le rejoindre le temps d'un duo.