« Fort Boyard » : L’émission va « ralentir un petit peu le rythme » l'an prochain

DEBRIEF Alexia Laroche-Joubert, productrice de « Fort Boyard », dresse le bilan de la 32e saison

Clément Rodriguez
— 
Le métro, une nouvelle épreuve de « Fort Boyard » 2021
Le métro, une nouvelle épreuve de « Fort Boyard » 2021 — © Alain ISSOCK/ALP/FTV
  • Le père Fouras a fait ses valises, les tigres ont retrouvé la terre ferme et les clepsydres ne tournent plus : la 32e saison de Fort Boyard est terminée depuis maintenant trois semaines.
  • Alexia Laroche-Joubert, la productrice de l’émission, débriefe les scores et les nouveautés de cette édition pour 20 Minutes.

« Franchement, tout va bien ! » Alexia Laroche-Joubert a le sourire au moment de dresser le bilan de la 32e saison de Fort Boyard. Le jeu estival de France 2 s’est terminé à la fin du mois d’août après onze épisodes pendant lesquels ont notamment défilé Sébastien Chabal, Élodie Gossuin ou encore Nabilla Benattia. Pourtant, le début de cette édition n’a pas autant attiré les foules que d’habitude. 2,12 millions de personnes ont suivi le premier épisode, 2,1 millions la semaine suivante. « On n’avait jamais démarré si tôt et on avait une concurrence qui n’existait pas avant », justifie la présidente d'Adventure Line Productions, qui produit le programme.

Le premier soir, Fort Boyard a fait face au lancement de Camille et Images. « Ils [TF1] nous ont attaqués tout l’été et ils ont démarré avec le nouveau programme de Camille Combal », commente Alexia Laroche-Joubert. Le samedi suivant, Passe-Partout a dû rivaliser avec le huitième de finale de l’Euro 2021 et ses 4,4 millions de fans sur M6. Une fois cette période de turbulences passée, l’émission a retrouvé des couleurs. « On va être très clair : il n’y a pas de baisse », résume la productrice qui se base sur tout un tas de chiffres, allant du score des femmes responsables des achats aux parts de marché sur les différentes classes d’âge. « On ne peut pas comparer un programme qui démarre le 11 juillet [l'année dernière] et un programme qui démarre le 19 juin [cette année], c’est du factuel », dit-elle. Côté chiffres, Fort Boyard a réalisé un record sur le replay : 656.000 téléspectateurs et téléspectatrices supplémentaires ont regardé l’épisode du 31 juillet. La finale, elle, a battu des records : meilleur score depuis 2017 sur les 15-24 ans et depuis 2014 sur les 25-49 ans.

De la nouveauté et des indéboulonnables

Alors que France 2 et Adventure Line Productions, qui produit le programme, n’ont pas encore fait le bilan de cette saison, Alexia Laroche-Joubert estime que des améliorations seront à apporter lors de la prochaine saison. Si elle a adoré travailler avec Jean-Marc Généreux, le nouveau venu déguisé en trappeur québécois, la productrice estime que « la cellule n’était pas à la hauteur du personnage » et devrait donc travailler à quelques ajustements.

Comme toujours, de nouvelles cellules feront leur apparition tandis que d’autres ne reviendront pas pour une année supplémentaire. Deux axes de réflexion sont également en cours : « remettre des épreuves de surpassement de soi sportives », indique la productrice, ainsi que « reprendre des épreuves iconiques et les retravailler au goût du jour ».

D’une manière générale, l’émission à l’esprit désormais très cartoonesque devrait prendre un peu plus son temps à l’avenir. « Je pense qu’il faut ralentir un petit peu le rythme. Le rythme de montage, on est un peu sur une Ferrari quoi. Si on pouvait redescendre à une Mercedes, ce serait bien », sourit Alexia Laroche-Joubert.

Un appel aux politiques à propos des tigres

L’an dernier, l’émission avait été placée sous le feu des critiques au moment de la participation de Hugo Clément. Le journaliste engagé militait alors pour « un Fort Boyard sans animaux le plus rapidement possible » et avait refusé de prendre part à des épreuves impliquant des animaux. A l’époque, la production avait expliqué que le programme se ferait sans tigre au moment où les deux félins prendraient leur retraite.

« Avant de penser à les enlever, il faut penser à ce qu’ils deviendront, rapporte Alexia Laroche-Joubert. Entretenir un tigre, ça coûte beaucoup d’argent. Je veux bien qu’il y ait une mobilisation politique, moralisatrice mais qui sera au rendez-vous au moment où il faudra payer leur nourriture, leurs frais de véto ? Ce sont des points sur lesquels il faut que je m’entretienne avec nos partenaires et on ne prendra aucune décision tant qu’on n’aura pas répondu à cela. J’appelle aussi les politiques à y répondre », souligne-t-elle.

Plusieurs projets en développement

Autre émission d’aventure, autre chaîne et autre record de replay. Il y a quelques semaines, le lancement de Koh-Lanta : La légende a attiré 5,6 millions de personnes devant leur poste. Grâce au replay, le premier épisode a gagné 1,2 million de téléspectateurs et téléspectatrices, un record pour un programme de flux. Des chiffres dont se réjouit Alexia Laroche-Joubert, qui a toutefois une petite déception : « ce que je regrette un peu, et je ne l’ai pas dit à TF1, c’est que si j’avais su que c’était le mardi, j’aurais probablement un peu raccourci les épisodes », confie-t-elle.

Outre les prochaines saisons de Fort Boyard et de Koh-Lanta, la société de production travaille sur une expansion de son domaine d’action et est en train de lancer ALP Fictions. « On a eu deux signatures en développement cette semaine », précise Alexia Laroche-Joubert, heureuse de relever de nouveaux défis.