Présidentielle 2022 : Jean-Jacques Bourdin annonce une émission politique « spectaculaire » sur BFMTV

RENTREE Le journaliste arbitrera des « dialogues » entre des Français et les principaux candidats à la présidentielle

20 Minutes avec AFP
— 
Jean-Jacques Bourdin, visage de la présidentielle 2022 sur BFMTV
Jean-Jacques Bourdin, visage de la présidentielle 2022 sur BFMTV — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

La télévision se place sur le champ de bataille de la présidentielle. A cette occasion, Jean-Jacques Bourdin présentera une nouvelle émission politique sur BFMTV, ont annoncé mercredi les représentants de la chaîne d’information qui entend « s’adresser à tous les publics, sans cliver », selon son directeur général, Marc-Olivier Fogiel.

Écarté de la matinale de RMC l’été dernier, Jean-Jacques Bourdin, 72 ans, arbitrera des « dialogues » entre des Français et les principaux candidats à la présidentielle, lors de quatre à six numéros, le premier étant espéré « courant octobre », a-t-il lui même expliqué lors d’une conférence de presse.

Celui qui entame sa dernière saison à la tête de l’interview politique de 8H30, comme il l’a annoncé dans les médias, promet un rendez-vous « spectaculaire », « pas forcément en studio », mais « certainement à l’extérieur », en province.

Autre nouveauté annoncée par la chaîne, l’émission 2022 à l’épreuve des faits confiée à Jean-Baptiste Boursier pour décortiquer trois grands thèmes d’actualité, le samedi de 13h à 14h.

Objectif : s’affirmer face à CNews

Ces programmes complètent une grille 2021-2022 marquée par le recrutement d’Yves Calvi et Natacha Polony pour muscler des débuts de soirée dominés par CNews et ses piliers Eric Zemmour et Pascal Praud. Avec 2,9 % de part d’audience sur la saison 2020-2021, BFMTV est restée en tête des chaînes d’info mais a été dépassée à plusieurs reprises par sa rivale du groupe Canal+, auteure de la meilleure progression de la saison avec 1,8 % de PDA, et dont le modèle de média d’opinion infuse l’audiovisuel.

Interrogé sur cette concurrence très commentée, Marc-Olivier Fogiel a assuré ne pas construire de grille « par rapport à ce que font les autres ». « Notre mission, c’est de s’adresser à tous les publics, sans cliver », dans un climat de « défiance généralisée » où « certains se passeraient bien de journalistes », a-t-il expliqué, prônant « rigueur, innovation, faits, direct, décryptage » et « opinions avec un S ».

Bientôt une dizaine de chaînes locales

BFMTV, qui emploie 200 journalistes, s’appuie aussi sur les 150 autres des huit chaînes locales de la marque BFM, qui en comptera « bientôt une dizaine », a souligné Hervé Beroud, directeur délégué d’Altice Média.

La chaîne poursuit aussi son développement sur le numérique. Ses grandes soirées spéciales seront notamment commentées en direct par ses éditorialistes sur Twitch. Et deux nouveaux podcasts, Les conquérants (par Alain Duhamel et Maxime Switek) et Le service politique, seront lancés le 10 septembre.

BFMTV aura aussi sa version radio, BFM Radio, dans le cadre du déploiement en octobre de la radio numérique terrestre (DAB +).