« Arnaques » : Julien Courbet protège (encore) l’argent des Français après six mois d’enquête

ESCROQUERIE Dans sa nouvelle émission, Julien Courbet et ses équipes décryptent trois types d’arnaques dont les Françaises et les Français sont trop fréquemment victimes

Clément Rodriguez
— 
Les arnaques, le dada de Julien Courbet
Les arnaques, le dada de Julien Courbet — Benjamin DECOIN/M6
  • Ce lundi 16 août, M6 diffuse le premier numéro d’Arnaques, sa nouvelle émission dont le nom est on ne peut plus clair.
  • Présenté par Julien Courbet, le programme s’intéresse aux usurpations d’identité, aux arnaques à domicile et aux arnaques aux pompes à chaleur.
  • « C’est un magazine que je voulais faire depuis pas mal de temps », explique l’animateur qui ne se lasse pas des escroqueries malgré ses vingt ans aux commandes de Ça peut vous arriver sur RTL.

Tirer sur un fil et tomber sur un nœud de problèmes, une expression qui résume bien Arnaques. Julien Courbet, le spécialiste des escroqueries à la télévision depuis bientôt près de trente ans, ajoute cette nouvelle émission à son palmarès. Alors qu’il reviendra à la rentrée pour Ça peut vous arriver en simultané sur RTL et M6, l’animateur s’attaque, ce lundi 16 août en prime, aux origines de trois types de tromperies dont sont victimes les Françaises et les Français.

La promesse de plusieurs « scoops »

« C’est un magazine que je voulais faire depuis pas mal de temps », annonce très rapidement Julien Courbet lors de la visioconférence de presse. Contrairement à son émission de radio du matin, l’animateur et l’équipe du programme ont passé plusieurs mois à enquêter sur trois escroqueries : les usurpations d’identité, les arnaques à domicile et les arnaques aux pompes à chaleur. Preuve que l’investigation demande du temps, le premier numéro devait initialement être diffusé aux alentours du mois de mars. « Il nous fallait encore plus de temps donc on a creusé jusqu’à ce qu’on arrive à quelque chose d’assez abouti », promet le présentateur.

Grâce à ce délai supplémentaire, les journalistes du programme ont pu dénicher des « scoops » selon le rédacteur en chef Guillaume Cahour. À propos des arnaques à domicile, l’émission a remonté le fil des escrocs pour atterrir jusqu’en Israël, où elle a découvert qu’une famille a déposé 11.000 noms de domaines sur Internet. « Elle dirige tout ça et revend ces noms de domaine en prenant des commissions », explique Guillaume Cahour.

La nouvelle émission de M6 est également partie au Bénin où elle a retrouvé la trace d’un escroc qui vole les papiers d’identité des internautes sur les réseaux sociaux afin de les revendre pour une somme de 90 €. La journaliste a enquêté plusieurs jours sur place pour identifier les personnes qui pratiquent ce type d’escroquerie. Les images montreront un homme, installé dans son salon, en train de discuter avec des personnes sur Facebook avant de leur demander des informations personnelles qui finiront par leur coûter très cher.

De l’investigation et des conseils

Avant de pouvoir filmer ces images, la journaliste a déniché plusieurs escrocs qui ont accepté de lui parler hors caméra et de leur montrer comment ils travaillaient. Cela lui a permis de se documenter puis de tomber sur cet homme âgé de 23 ans, volant des papiers français depuis quatre ans.

« Avant de tourner cette séquence, on a vérifié qu’il le faisait réellement, assure le rédacteur en chef. On ne lui a pas demandé de le faire. Qu’on soit là ou pas, ils le font. » Cet extrait se veut plus didactique que voyeuriste en montrant la simplicité avec laquelle ce jeune homme peut voler l’identité de ses victimes. « Les gens vont faire très attention quand ils vont répondre à des appels sur Facebook. Ça fait partie du boulot journalistique que de montrer ces choses-là », ajoute Julien Courbet.

Outre ce volet consacré à l’investigation, l’animateur donnera des clés aux téléspectateurs et téléspectatrices pour ne pas (ou plus) se faire avoir. « On interviewe des spécialistes, on fait des démos, on donne des tuyaux aux gens pour qu’ils ne tombent pas dans le panneau », liste-t-il.

Quel lien avec Ça peut vous arriver ?

Puisqu’il rétablit des injustices depuis vingt ans dans Ça peut vous arriver, Julien Courbet est au fait des « tendances » en matière d’escroqueries. Cette expertise lui a permis de choisir les sujets à traiter dans Arnaques. « C’est grâce à l’émission du matin qu’on a fait le sommaire de celle-ci, certifie-t-il. Quand j’ai décidé que ce serait Guillaume qui fabriquerait cette émission que je produis, je lui ai dit que je voulais un reportage sur l’usurpation parce que je le vois chaque matin, j’en ai de plus en plus. »

Plus concrètement, les équipes d’Arnaques ont récupéré des noms de témoins que Ça peut vous arriver a aidés, ainsi que leur numéro de téléphone, afin de comprendre le phénomène puis de remonter la piste de leur escroquerie. « Le matin, Julien et son équipe vont l’aider à résoudre son problème et nous, on va décrypter tout le mécanisme derrière », avance Guillaume Cahour.

Par ailleurs, les deux formats sont complètement complémentaires puisque la passerelle est valable dans l’autre sens. Après la diffusion de l’émission ce lundi, des témoins dont le problème n’a toujours pas été résolu pourront être récupérés à l’antenne de Ça peut vous arriver. Un service après-vente dont personne ne pourra se plaindre.