« Domino Challenge » : On répond aux cinq questions que vous vous posez sûrement sur l’émission

COULISSES Choix des binômes, techniques pour éviter les chutes, présence des dominions, plongez dans les secrets de « Domino Challenge »

Clément Rodriguez
— 
Issa Doumbia veille au bon déroulé des épreuves de « Domino Challenge »
Issa Doumbia veille au bon déroulé des épreuves de « Domino Challenge » — HOMAYOUN FIAMOR/M6
  • La semaine dernière, M6 a lancé Domino Challenge, son nouveau concours dont le deuxième épisode sera diffusé ce jeudi.
  • Dans cette émission, six binômes sont jugés sur les aspects créatifs et techniques de leurs constructions de dominos.
  • Comment les candidats ont-ils été sélectionnés ? Qui sont les dominions ? Comment faire pour que les dominos ne tombent pas ? 20 Minutes aux questions que vous vous posez devant votre écran.

En 2006, dans le studio 217 de La Plaine-Saint-Denis, Beyoncé se produisait sur la scène de la Star Academy. Quinze ans plus tard, au même endroit, les applaudissements tonitruants ont laissé place à un silence de cathédrale. Sur l’un des plus grands plateaux d’Europe, six binômes font des piles et des lignes de dominos pour M6. Présentée par Stéphane Rotenberg et Issa Doumbia, Domino Challenge met douze passionnés à l’épreuve, tentant de remporter 20.000 euros. Après la diffusion du premier numéro, certaines questions vous taraudent probablement. 20 Minutes y répond.

Comment les candidats ont-ils été sélectionnés ?

Trouver des amateurs et amatrices de dominos n’est pas chose aisée. Par exemple, contrairement aux Lego, il n’existe pas d’association ou de club qui recense les fans du jeu. Afin de trouver ses candidats et candidates, la production a donc lancé des appels sur les réseaux sociaux. Une fois le premier choix établi, 40 binômes ont été sélectionnés pour la phase finale du casting. Pendant environ six heures, les concurrents et concurrentes se sont affrontées dans des conditions similaires à celles de l’émission sur une zone de 30 m² avec un thème imposé. Les six meilleurs duos ont pu accéder au vrai plateau et être filmés par les caméras de M6.

Les binômes sont-ils au courant du thème des épreuves ?

Lorsque démarre le challenge de la semaine, les candidats et candidates disposent de quinze heures pour créer le plus impressionnant des tableaux. Dessiner des fresques, monter des structures, réfléchir à des mécanismes ingénieux, tout ça demande du temps, ce dont les concurrents et concurrentes ne disposent pas vraiment. Comme dans Top Chef, les binômes sont donc au courant de l’ensemble des thèmes des épreuves avant qu’elles ne démarrent. Avant même le début de la saison, les mordus de dominos peuvent se concerter et même demander que la production leur construise des petits éléments de décor. En revanche, aucun des candidats ne connaît le calendrier des épreuves à l’avance.

Qui sont les dominions ?

Si l’on voulait filer la métaphore avec Top Chef, on pourrait dire que, contrairement aux autres concours télévisés, les binômes de Domino Challenge peuvent compter sur des commis. Trois dominions, de précieuses petites mains, sont en effet à la disposition de chaque équipe. Il faut donc leur accorder une confiance aveugle même si certains et certaines de ces compagnons n’ont pas touché à des dominos depuis des années. En réalité, ils et elles n’ont pas été recrutées pour leur expertise ni même pour leur agilité. Il s’agit de connaissances de membres de la production : des amis, des petits frères et sœurs voire des étudiants qui voient Domino Challenge comme une liste à ajouter à leur CV en tant que job d’été.

Comment faire pour que les dominos ne tombent pas ?

Faire en sorte que les dominos ne tombent pas lorsque la phase de construction n’est pas achevée est un défi de chaque instant. Outre l’erreur humaine, la production veille à ce qu’aucun élément ne puisse perturber le bon déroulé de la compétition. Ainsi, les 30 m² de surface dont disposent les candidats et candidates ne sont pas directement liés au plateau grâce à un léger espace laissé entre la base et le reste du décor. « Personne, à part les dominions et les candidats, ne monte sur les plateformes », commente le producteur Nicolas Missoffe.

Autre point de vigilance, les insectes ne sont pas les bienvenus sur le plateau. « Quand une mouche se balade, on n’est pas très sereins », sourit Stéphane Rotenberg. Même chose pour les petites bêtes un peu plus imposantes, comme les rongeurs, dont la présence est généralement non désirée. Aux alentours du studio 217 d’Aubervilliers, au nord de Paris, il n’est pas rare de croiser une souris ou un rat. Des pièges ont donc été posés un peu partout afin d’éviter qu’un coup de queue ne vienne détruire une dizaine d’heures de travail.

Enfin, pendant que les binômes dressent minutieusement leurs dominos, ils ont la possibilité de mettre des petites barrières qu’ils peuvent retirer à la fin de l’épreuve et éviter de détruire toutes leurs structures en un souffle. D’autres prennent le parti d’enlever quelques pièces à certains endroits, « ce qui est risqué parce qu’il faut remettre ces dominos-là au dernier moment et avec la pression… », s’inquiète Thibault Lesne, recordman français de chutes de dominos et membre du jury.

Comment trouve-t-on sept tonnes de dominos ?

Chiffre le plus impressionnant du concours, sept tonnes de dominos ont été acheminées sur le plateau de l’émission. Vous vous en doutez, on ne trouve pas 700.000 pièces au coin de la rue. Avant que Domino Challenge commence, la production a fait son choix entre plusieurs styles : des dominos légers en plastique, d’autres en bois qui n’ont pas forcément la bonne taille… Finalement, Endemol a opté pour les dominos de concours qui servent au mythique Domino Day. « Ils viennent d’une seule usine en Hollande. Elle en avait un petit peu donc on a tout raflé. Après, on leur a demandé de construire en urgence tout le reste », raconte Nicolas Missoffe. Les équipes de l’émission se sont même montrées pointilleuses en demandant des couleurs spécifiques, à l’instar du bleu turquoise ou du orange, dont les teintes ne sont pas toujours produites en temps normal.