« The Voice All Stars » : On a vu les premières auditions de l’édition spéciale du télécrochet de TF1

AVANT-PREMIERE Pour fêter les dix ans de son télécrochet, TF1 proposera à la rentrée une édition spéciale réunissant d’anciens talents emblématiques de « The Voice »

Fabien Randanne

— 

Florent Pagny, Jenifer, Mika, Zazie et Patrick Fiori sont les coachs de The Voice All Stars.
Florent Pagny, Jenifer, Mika, Zazie et Patrick Fiori sont les coachs de The Voice All Stars. — Franck Castel/Bureau233/ITV/TF1
  • Pour les dix ans de son télécrochet, TF1 programmera prochainement une édition « all stars », conviant cinquante anciens candidats de The Voice et The Voice Kids.
  • A édition spéciale, jury spécial : cinq coachs seront de la partie. Jenifer, Zazie, Mika, Florent Pagny et Patrick Fiori seront assis sur les fauteuils rouges.
  • D’après les premières images présentées à la presse jeudi, cette saison ne manquera pas d’émotion.

Jenifer, Mika, Florent Pagny et Patrick Fiori escaladent une structure métallique surplombant Paris et y rejoignent Zazie. Sur le toit de l’immeuble d’en face, d’anciens candidats de The Voice : Al. Hy, MB14, Louis Delort, Olympe, Emmy Liyana…

Pour annoncer l’édition « all stars » de son télécrochet, TF1 s’est inspiré du générique d'Hollywood, cette série Netflix réécrivant l’histoire de l’usine à rêves du cinéma américain pour réparer les injustices et discriminations de l’époque. Faire le parallèle avec l’émission musicale est audacieux.

Le programme, qui fête cette année ses dix ans, a révélé quelques-uns des plus gros vendeurs de disques actuels : Kendji Girac, Slimane, Louane, Amir… Mais il est vrai que d’autres talents, qui ont impressionné le public au fil des saisons, n’ont pas accompli depuis la carrière dorée qui semblait les attendre. Cette édition événement, attendue pour la rentrée, est donc l’occasion de les remettre dans la lumière et, pour certains d’entre eux, d’écrire une nouvelle page de leur parcours musical.

La France est le premier pays à se lancer dans une version « all stars ». L’idée a germé pendant le premier confinement, quand la production se demandait quelle serait la meilleure manière de célébrer le dixième anniversaire du rendez-vous phare des samedis soirs de la première chaîne.

Rien à gagner

Le projet de documentaire a vite été abandonné. Pourquoi ne pas plutôt prendre des nouvelles des anciens participants les plus marquants en leur faisant faire ce qu’ils font le mieux : chanter ? Banco. Dans ce The Voice pas comme les autres, si, à la fin, il n’en restera qu’un ou une, il n’y aura rien à gagner. Pas de somme d’argent, pas de contrat en maison de disques. La mécanique est adaptée pour l’occasion, les qualifiés passeront directement des auditions à l’aveugle aux cross-battles, étape créée lors de la dernière saison, puis à une (au moins) émission en direct où le public aura le dernier mot.

Il fallait cependant convaincre cinquante candidats d’hier de jouer le jeu… « On a essayé de faire en sorte que toutes les saisons soient représentées, d’avoir des talents emblématiques. On se disait que si on était heureux de les revoir, le public aussi sera content de les retrouver, explique le producteur Matthieu Grelier. Tous ceux que l’on a contactés ont accepté de revenir. » Parmi eux, outre les noms cités au début de l’article : Gjon's Tears qui s’est classé troisième de l'Eurovision 2021, Anthony Touma ou Luc Arbogast…

Anne Sila « revient chercher » Florent Pagny

Le vivier de talents par ailleurs a été élargi à ceux de The Voice Kids – d’où la présence de Patrik Fiori en cinquième coach. « On savait qu’on aurait un niveau incroyable parce que c’est la crème de la crème, vante Rémi Faure, directeur des programmes de flux de TF1. On se disait que ça aurait un côté un peu gala mais on ne pensait pas qu’il y aurait autant d’émotions. Or, on s’est fait cueillir dès le début. »

Effectivement, à en juger par les premières images présentées à la presse ce jeudi, il y a de quoi sortir les mouchoirs. Comme lorsque Anne Sila s’essaye à du Bécaud. « Je reviens te chercher, tu vois, j’ai pas trop changé. Et je vois que de ton côté, tu as bien traversé le temps », chante-t-elle alors que le regard de Florent Pagny, son coach de l’époque, s’embue de larmes dès la première note. Devant l’écran, on en a des frissons.

La chanteuse, finaliste malheureuse de la saison 4, a depuis sorti deux albums et tenu l’affiche de la comédie musicale de Pascal Obispo, Jésus, de Nazareth à Jérusalem. Il y a pire comme CV. Elle explique que son retour dans la version « all stars » est « symbolique ». The Voice lui a sauvé la vie, dit-elle. Sa première participation, en 2015, lui a permis de surmonter un épisode personnel tragique sur lequel elle ne s’étendra pas. « Pour moi, [revenir], c’est clore le chapitre où je n’allais pas bien et dire aux gens qui m’entourent que je vais mieux. »

Album de famille

L’émotion, c’est aussi voir Flo Malley, le tout premier candidat de la première saison, être le tout premier candidat de The Voice All Stars. « J’ai fait ce que j’ai voulu pendant ces dix ans, mais je n’ai pas ma propre carrière, mes chansons que je défends devant mon public », confie-t-il face caméra avant sa prestation pour exprimer ses motivations. Il a changé, mûri, si bien qu’on ne l’aurait pas forcément reconnu…

En faisant des allers-retours entre les talents d’hier et ceux qu’ils sont devenus aujourd’hui, le montage propose de feuilleter un album sinon de famille, du moins familier. Les fidèles de l’émission replongeront dans leurs souvenirs, en même temps que les coachs. Jenifer elle, s’est lancé le défi de reconnaître les candidats avant même de retourner son fauteuil. Pour montrer qu’avec le temps, tout ne s’en va pas. On oublie les visages, mais on n’oublie pas les voix.