« Domino Challenge », « Marble Mania »... Entre course de billes et concours de dominos, la télé retombe en enfance

AREUH-AREUH Avec « Domino Challenge » ce jeudi et « Marble Mania » vendredi, les chaînes de télé comptent réunir à nouveau toute la famille devant le petit écran

Clément Rodriguez

— 

Stéphane Rotenberg et Issa Doumbia, deux grands gamins dans « Domino Challenge »
Stéphane Rotenberg et Issa Doumbia, deux grands gamins dans « Domino Challenge » — HOMAYOUN FIAMOR/M6
  • À ma gauche, Domino Challenge, proposé ce jeudi sur M6. À ma droite, Marble Mania diffusé 24 heures plus tard sur TF1.
  • Cette semaine, la télé retombe en enfance grâce à un concours de dominos et une course de billes, le tout avec la volonté de rassembler petits et grands devant le poste de télévision.
  • Le mouvement a été lancé à la suite du confinement par Lego Masters et le phénomène n’est pas près de s’arrêter.

Quelles sont les vieilles boîtes de jeux qui traînent dans votre grenier ? Un Monopoly où il ne reste plus que quelques billets dans la banque ? Un Mille Bornes dont les cartes ont été écornées au fil du temps ? Si vous montez les escaliers et dépoussiérez les étagères, vous devriez tomber sur la nouvelle passion du petit écran : les jeux indémodables de notre enfance.

Après Lego Masters, diffusée en fin d’année dernière sur M6, la chaîne s’inspire d’une autre activité adorée des bambins pour sa nouvelle émission, Domino Challenge, dont le premier numéro est proposé ce jeudi soir en prime time. Le titre ne peut pas être plus explicite : six binômes de passionnés ont pour mission de réaliser des fresques, aussi impressionnantes techniquement qu’artistiquement, pour combler le jury et remporter 20.000 euros. Le tout avec des dominos, évidemment.

Hasard du calendrier, TF1 sort du four sa madeleine de Proust le lendemain avec Marble Mania. Du côté de la chaîne privée, on mise sur deux équipes de trois célébrités pour s’affronter sur des jeux d’adresse puis de hasard avec une gigantesque course de billes. Les producteurs et productrices d’émissions télé sont-ils tous et toutes devenues parents récemment, ou y a-t-il une autre explication à cet embouteillage de programmes familiaux ?

Tic Tac Boum du confinement

Et si l’on faisait un bond en arrière d’un peu plus d’un an ? Mars 2020, la France connaît son premier confinement, les écoles sont fermées et les parents sont désemparés. Comment occuper les enfants sans le maître ou la maîtresse ? La réponse a, en partie, été de piocher du côté des jeux de société. Sortis du placard ou achetés en magasin, ils ont été parmi les éléments salvateurs de cette période et ont vu leurs ventes augmenter l’an dernier.

Toujours prête à surfer sur les tendances du moment, la télé s’est alors inspirée de ces retrouvailles en famille autour d’une table et d’un plateau de jeu. Objectif : transposer ces moments de bonheur dans le poste. « Aujourd’hui, on est vraiment dans l’optique de remettre tout le monde ensemble, de partager un moment positif, bienveillant et coloré. Les chaînes veulent aller plus vers ça », témoigne Nicolas Missoffe, producteur de Domino Challenge, pour 20 Minutes.

« Aujourd’hui, dans les foyers, il y a souvent plusieurs écrans et chacun peut regarder son truc. Les chaînes cherchent ce genre de programmes où les parents ont envie de regarder pour d’autres raisons [que leurs enfants] mais ils sont contents parce que la famille se retrouve », acquiesce Stéphane Rotenberg, aux commandes de l’émission au côté d’Issa Doumbia. Dans le jargon de la publicité, on dit que ce type de jeux favorise « l’écoute conjointe », à savoir la capacité à réunir enfants et grands-parents devant la télé.

D’abord Uno puis deux puis trois jeux transposés à la télé

Pour Camille Combal, Marble Mania est « un pari ». Selon lui, cette course de billes lancée en prime traduit la volonté de TF1 de « proposer des programmes qui peuvent faire plaisir aux enfants ». L’animateur a même quelque peu lancé le mouvement avec Mask Singer fin 2019. « C’est clairement pour les enfants qu’on le fait à la base, affirme-t-il. Maintenant, quand je prends le train, ce sont les enfants qui viennent me voir. Je n’avais pas du tout ce public-là avant et j’en suis super content parce que je me revois enfant, en train de regarder les dominos et Intervilles ».

Les chaînes auraient tort de se priver de ce retour en enfance, au vu des scores d’audiences de la première saison de Lego Masters qui a réuni en moyenne 3,9 millions de petits et de grands. Le producteur de l’émission de briques, lui, ne voit d’ailleurs pas d’un mauvais œil l’arrivée de ces nouveaux camarades dans la cour de récré du PAF. « C’est positif qu’il y ait plusieurs émissions qui ont envie de rassembler avec du jouet, indique Julien Randrianarisoa. Je pense que ce sont des disciplines différentes et je trouve ça bien que les valeurs familiales soient exploitées en ce moment à la télévision, c’est plutôt une bonne chose », ajoute-t-il, visiblement peu inquiet alors que la deuxième saison de Lego Masters se tourne actuellement… à quelques mètres des studios de Domino Challenge.

Si la sensation de rentrer dans une cour de récréation à chaque fois que vous allumez votre poste de télé commence à vous agacer, nous vous conseillons de prendre votre mal en patience. Dans les prochaines semaines devrait débarquer, cette fois-ci sur C8, un concours de pâte à modeler chapeauté par Cyril Hanouna. Qui a dit que seule Gulli était la chaîne des enfants ?