« Friends, les retrouvailles » : Pour les voix françaises aussi, ça a été émouvant de retrouver Rachel, Joey, et les autres

NOSTALGIE TF1 diffuse jeudi soir l’épisode spécial de « Friends », intitulé « Les retrouvailles », en version française

Elsa Rolland et Benjamin Chapon

— 

« Friends : The Reunion », le premier gros coup de Salto
« Friends : The Reunion », le premier gros coup de Salto — HBO Max/Salto
  • TF1 diffuse, jeudi soir, la version française de l’épisode spécial Friends, les retrouvailles.
  • Dorothée Jemma, voix de Rachel, et Mark Lesser, voix de Joey, ont eu beaucoup de plaisir à retrouver leurs personnages fétiches.
  • L’expérience permet aussi aux deux pros du doublage de raconter ce qui a changé, dans leur métier, en vingt ans.

Quelques semaines après la VO sous-titrée sur Salto, c’est au tour de TF1 de diffuser l’épisode spécial Friends, les retrouvailles, en version française, jeudi soir. Doublée donc. Friends et la VF, c’est une longue histoire d’amour et de désamours, avec les téléspectateurs, mais aussi avec les doubleurs.

Si Friends est peut-être l’une des seules séries américaines dont les fans français tolèrent à peu près la VF, c’est sans doute grâce au travail des doubleurs de l’époque. Parmi eux, Dorothée Jemma, voix de Rachel, se souvient d’une ambiance de travail « exceptionnelle. On a plein de bons souvenirs, c’était vraiment une époque sympa. »

« I’ll be there for you », mais pas tous en même temps

C’était ? Au passé ? Les « retrouvailles » des Friends, les doubleurs ne l’ont pas connu. « A cause du Covid-19, on a été obligé d’enregistrer nos voix un par un, et pas les mêmes jours, raconté Dorothée Jemma. C’est un peu triste mais on n’avait pas le choix. Bon, on s’est téléphoné quand même, on a discuté, tout le monde était content de prendre des nouvelles mais on espère quand même pouvoir boire un pot un de ces jours. »

Mark Lesser, qui double Joey, a la même sensation d’inachevé : « A cause du covid ça fait déjà des mois qu’on enregistre tout seul derrière notre micro… A l’époque on enregistrait tous les six, tous ensemble alors là ça faisait bizarre. »

L’âge d’or

Au-delà du coronavirus, les doubleurs, en retrouvant leurs personnages de Friends, ont mesuré le temps qui a passé, et les conditions de travail qui se sont détériorées. « Pendant Friends on n’avait que deux pistes audio, c’était donc plus simple d’enregistrer tous ensemble en suivant la chronologie de l’épisode, raconte Mark Lesser. Maintenant on va plus vite dans la production des épisodes, on fait quatre épisodes d’un coup en enchaînant parfois plusieurs phrases sans le dialogue complet, qui sont ensuite assemblées au mixage. C’est plus simple et plus rapide mais moins sympa et chaleureux pour les doubleurs. »

« Tout est aseptisé, il faut aller vite, il ne faut pas un sifflement, pas un craquement, alors on est seul au micro, confirme Dorothée Jemma. Il y a moins de convivialité, c’est moins gai, on ne rit plus… Après, tout dépend du "produit", comme disent les producteurs. Il y a quand même des films ou des séries où c’est agréable de travailler. »

Des retrouvailles émouvantes

Dans ce contexte, retrouver, même le temps d’un faux épisode, Rachel et Joey, a fait très plaisir aux deux doubleurs (même si l’une et l’autre ont, depuis, continué de doubler Jennifer Aniston et Matt LeBlanc). « J’ai trouvé ça émouvant, j’ai eu la larme à l’œil mais je suis sensible, confesse Dorothée Jemma. Même si ce n’est pas évident de doubler un dialogue naturel qui n’est pas scénarisé. En plus j’étais la première à enregistrer ! »

Mark Lesser, lui, est passé en dernier pour le doublage et a donc pu s’appuyer sur les voix de ses camarades. « C’était super agréable de les retrouver ! On prend conscience de l’impact que Friends a eu dans le monde grâce à ce reportage. Je pense qu’ils ont eu raison de ne pas refaire un épisode normal. Les acteurs avaient vieilli, il était temps d’arrêter. »

Finir sur une bonne note

Cet ultime épisode est aussi, pour les deux voix, l’occasion de tourner la page de Friends, près de vingt ans après un adieu au goût amer. En 2003, trois doubleurs de la série, dont Dorothée Jemma et Mark Lesser, avaient réclamé une revalorisation salariale, refusée par la société de doublage, et avaient été remplacés pour la dixième et dernière saison.

« On a accepté de faire cet épisode parce que ce ne sont plus les mêmes personnes en charge de tout ça, et parce que de l’eau a coulé sous les ponts. Mais je n’ai pas oublié… »