« Appel à témoins » : Près de 400 appels et 150 mails ont été reçus lors du direct sur M6

AUDIENCES TV La nouvelle émission de M6, lancée lundi, a été suivie par 2.6 millions de téléspectateurs et téléspectatrices en moyenne

F.R., avec C.R.

— 

Nathalie Renoux et Julien Courbet coaniment Appel à témoins, sur M6.
Nathalie Renoux et Julien Courbet coaniment Appel à témoins, sur M6. — Charlotte DEFARGES/AGENCE 1827/M6

M6 présentait l’émission comme « l'opération de la dernière chance » pour des affaires non élucidées. Appel à témoins, lancé lundi soir, a été suivie par 2.6 millions de personnes en moyenne (13.1 % de part d’audience), permettant à la chaîne de prendre la deuxième place des audiences de la soirée derrière Liés pour la vie, le téléfilm inédit de TF1 regardé par 4.2 millions d’individus (19 % de PDA).

Ce mardi matin, M6 précise que son magazine en direct est leader auprès des moins de 35 ans avec 25 % de part d’audience et ajoute avoir enregistré un pic à 3 millions de téléspectateurs et téléspectatrices.

L’objectif principal d’Appel à témoins était de faire appel à la mémoire du public afin de l’inviter à communiquer tout élément utile permettant de faire avancer les enquêtes sur les disparitions de Lucas Tronche et Suzanne Bourlier et le meurtre de Gaëlle Fosset.

« Si, tout nous intéresse, tout va être exploité »

Quelque 400 appels ont été reçus lundi soir annonce M6 – lors du direct, à la fin de l’émission vers 23h12, « plus de 320 appels » avaient été recensés. Un peu plus tôt, à 21h45, le coanimateur Julien Courbet annonçait que 90 appels avait abouti au standard et que vingt d’entre eux avaient été pris en compte par les fonctionnaires de police et de gendarmerie mobilisés autour de cette cellule téléphonique.

« Certains nous laissent leurs coordonnées, on les rappellera par la suite très rapidement, dès ce soir, dès demain. Il y a des éléments intéressants qu’il va falloir exploiter, même beaucoup. On en a d’autres qui arrivent par email. Peut-être qu’à l’époque, certains n’avaient pas osé parler ou n’avaient pas pensé que l’élément pouvait être intéressant. Si, tout nous intéresse, tout va être exploité », a affirmé dans la foulée Camille Chaize, porte-parole du ministère de l’Intérieur, à la tête de la cellule d’appels.

Un peu plus tard, au sujet de l’affaire Gaëlle Fosset, elle faisait savoir que « des appels qui proviennent de Normandie, de là où était originaire » la victime devraient pouvoir être exploités. Et d’ajouter : « Je pense qu’il y a des jours voire des semaines de travail et c’est tout ce que l’on demande. »

Lundi soir, selon la porte-parole de l'Intérieur, en plus des appels, 150 mails de témoignages ont été reçus via l’adresse mail appelatemoinsm6@interieur.gouv.fr. La ligne d’appel (0 800 10 11 21) reste en place jusqu’au 14 juin.