« Koh-Lanta » : Comment et pourquoi Vincent est devenu le chouchou du public

IDOLE En quelques épisodes, Vincent, 28 ans, est devenu l’un de candidats de « Koh-Lanta, les armes secrètes » auquel le public est le plus attaché. Explications

Fabien Randanne

— 

Vincent est l'un des candidats préférés du public de Koh-Lanta, les armes secrètes.
Vincent est l'un des candidats préférés du public de Koh-Lanta, les armes secrètes. — Capture d'écran TF1 et montage 20 Minutes
  • Vincent, analyste financier parisien de 28 ans, est l'un des aventuriers de Koh-Lanta, les armes secrètes en cours de diffusion, les vendredis soirs, sur TF1.
  • Il est devenu l'un des chouchous du public par ses prises de positions affirmées, ses réactions très expressives et son sens du drama.
  • La participation de Vincent fait d'ores et déjà date dans la représentation de personnes LGBTQ à la télévision française.

A chaque saison de Koh-Lanta son chouchou du public. « Claude président ! », s’enflammaient les fans du jeu de TF1 l’an passé devant L’île des héros, avant de se prendre d’affection, dans Les 4 Terres, pour le regretté Bertrand-Kamal. Cette année, avec Les armes secrètes, leur cœur bat pour Vincent. Ces derniers vendredis, son prénom est régulièrement arrivé en tête des trending topics, les sujets les plus commentés sur Twitter, preuve de sa capacité à alimenter les discussions.

Au début de l’aventure, pourtant, bien peu auraient misé sur cet analyste financier parisien de 28 ans. Au milieu d’un casting très sportif, il apparaissait comme un improbable candidat. Echalas aux chaussettes bleues remontées jusqu’aux genoux, il s’est d’abord distingué par ses clins d’œil à la caméra ou ses réactions très expressives au moindre retournement de situation dans le jeu. Ses mimiques sont devenues des mèmes sur les réseaux sociaux. Contacté récemment par 20 Minutes, il assurait que ces détournements d’images le font « mourir de rire » et se réjouissait que cela amuse les internautes.

« Vincent, tu as fait ma soirée »

Le tournant est arrivé au sixième épisode, celui de la réunification. Il y a d’abord eu cette bévue qui aurait pu achever d’en faire le Gaston Lagaffe de la survie : devant tous les autres et alors que ce n’était pas le moment, piégé par sa spontanéité, il a révélé disposer d’une arme secrète. Les moqueries en ligne n’ont pas duré : choisi pour être l’ambassadeur de son équipe, les jaunes, il n’a pas flanché face aux représentantes des rouges, Laure et Maxine, et a su défendre bec et ongles les intérêts des siens. Il a fait mentir son acolyte Thomas qui ne le pensait pas capable d’une telle force de caractère. Le public, lui, a salué sa ténacité.

Vincent a confirmé son tempérament et joué son coup de maître dans l’épisode suivant. Alors que Shanice, Thomas et Myriam ont multiplié les menaces et coups de pression pour l’obliger à voter contre Laure, il a tenu bon. Mieux, il a poussé son libre arbitre jusqu’à porter son suffrage contre Shanice, qui a été éliminée séance tenante. Aux yeux des fans de l’émission, la cote de l’analyste financier est instantanément remontée. Morceaux choisis sur Facebook parmi les commentaires de l’article de 20 Minutes consacré à ce coup de théâtre : « Vincent, tu as fait ma soirée. Tu n’étais pas dans mes préférés, mais là, je dis chapeau. Enfin quelqu’un qui a le cran de tenir sa parole face aux menaces », « J’adore cette belle mentalité et sincérité. Merci de nous montrer qu’il y a encore des gens bien et surtout qui ne s’abaissent pas devant des menaces », « Bravo, tu as une belle âme, que certains en prennent de la graine. »

En une demi-heure d’épisode, Vincent est devenu le personnage principal de l’émission, celui qui a rebattu les cartes et assuré le spectacle. Dans Koh-Lanta, ce genre de twist est fréquent, en revanche, le profil de l’aventurier est inédit. Sa participation fait d’ores et déjà date dans la représentation des personnes LGBTQ à la télévision française. S’il n’a pas explicitement défini son orientation sexuelle, Têtu le présente comme queer et lui-même emploie le terme « maniéré ». Il n’est pas le premier candidat non-hétérosexuel de l’histoire du programme mais est un pionnier dans la façon dont il assume pleinement de ne pas correspondre aux codes de la virilité.

« Ça plaît au public de voir quelqu’un assumer ses positions »

Ce constat n’est pas anecdotique tant les aventuriers ont tendance à verbaliser le fait d’être « un bonhomme », d'« avoir des c.uilles » – entre autres exemples – et à recourir à un vocabulaire guerrier et violent. D’ailleurs, la marque de prêt-à-porter qui sponsorise l’émission joue cette carte en proclamant dans son spot : « Un homme, un vrai, prend son courage à deux mains quelles que soient les épreuves ».

Pour motiver ses actes et décisions, Vincent met en avant des valeurs universelles : le respect de la parole donnée, son souhait d’être juste. « Je pense que le fait que je tienne tête, que je prenne position et que je reste engagé dans ce que je dis, marque les gens. Ça leur plaît de voir quelqu’un assumer ses positions », avançait-il récemment à 20 Minutes.

Mine de rien, qu’une émission habituée à aborder le champ lexical de l’héroïsme, à exalter les valeurs du courage et du dépassement de soi, montre à des millions de téléspectateurs et téléspectatrices une personne « maniérée » cocher toutes les cases de la vaillance et du panache, n’a rien de banal. Notamment si l’on a en tête que la majorité des insultes homophobes sont perçues comme des synonymes de faiblesse. Vincent ne nous a d’ailleurs pas caché la « fierté » qu’il éprouve lorsqu’il reçoit des témoignages d’hommes efféminés lui disant s’identifier à lui.

« What’s happening right now, bitch ? »

Avec le recul on saura dans quelle mesure Vincent est entré dans la culture populaire mais il semble bien parti pour trôner en bonne place dans l’imaginaire collectif. Outre ses coups stratégiques, il se distingue par ses punchlines, ses phrases chocs en anglais, qui sont tout autant mémifiées que ses expressions du visage. Ses « I don’t want this ! » («Je ne veux pas ça ! »), « I’m here, girl ! » («Je suis là, meuf ! »), « What’s happening right now, bitch ? » («Qu’est-ce qui t’arrive, pétasse ? ») régalent les téléspectateurs et téléspectatrices. Par la même occasion, ces expressions courantes dans la culture gay se retrouvent mises en avant auprès de l’audience familiale de TF1.

Vincent ne tombe pas dans le piège du faire-valoir stéréotypé pour divertir le public. Fort de son sens du drama, il s’amuse avec lui sans atténuer ni s’excuser d’être qui il est. Tout cela ajoute à l’attachement que peuvent éprouver les téléspectateurs et téléspectatrices à son égard et qui, désormais, guettent chaque vendredi sa flamboyance parmi les flambeaux de Koh-Lanta.