« La boîte à secrets » : Chuuut, « 20 Minutes » est allé sur le tournage de l’émission de Faustine Bollaert

SURPRISE Le huitième numéro de « La boîte à secrets » avec Michèle Bernier, Patrick Fiori et Carla Bruni, proposé ce vendredi sur France 3, a été tourné en janvier dernier. « 20 Minutes » y était

Clément Rodriguez

— 

Sur le plateau de « La boîte à secrets » avec Faustine Bollaert
Sur le plateau de « La boîte à secrets » avec Faustine Bollaert — © Tiziano Da Silva/Bestimage
  • France 3 diffuse ce vendredi soir le huitième numéro de La Boîte à secrets avec Michèle Bernier, Patrick Fiori et Carla Bruni.
  • L’émission a été enregistrée au mois de janvier à Saint-Denis, au nord de Paris, où 20 Minutes s’est rendu pour assister aux répétitions.
  • « Lors de la première saison, on était sur une corde qui n’était que l’émotion. Maintenant, on joue avec plein de cordes », indique notamment Jean-Philippe Lemonnier, l’un des producteurs du programme.

« Allez, il faut qu’on y aille ! » Cet après-midi de janvier, le producteur de La boîte à secrets veille au respect d’un emploi du temps très chargé. Dans un studio de Saint-Denis, au nord de Paris, il presse une chorale d’enfants venus faire une surprise à l’un des invités de l’émission. Masqués, ils répètent la chanson Pour toi, Arménie à trois reprises, le temps que tous et toutes comprennent notamment comment bien tenir le micro. Avant eux, un chanteur au « cœur de rocker » faisait ses balances puis un autre, pour qui « l’important c’est d’aimer », s’est rendu sur le plateau pour se faire la main sur deux morceaux, une fois le piano lustré et désinfecté.

À ce moment-là, il est déjà 16h30 mais la journée est loin, très loin, d’être terminée. Les équipes sont sur le plateau depuis le matin et préparent l’enregistrement prévu pour débuter à 19 heures. Le producteur et les productrices sont sur le pied de guerre depuis plusieurs heures, briefent les techniciens et techniciennes, vérifient qu’il ne manque rien, s’assurent que tout est prêt pour les lives et les playbacks. Bref, c’est sur elles et sur lui que toute la pression du bon déroulé du programme repose.

Huit semaines d’enquête avant le tournage

Autre rouage indispensable à la machine, Faustine Bollaert se trouve dans sa loge au moment où les invités répètent leur surprise. Si la pression commence à monter petit à petit, une grosse partie de ses missions a déjà été accomplie en amont. « Je regarde beaucoup les interviews que les personnalités ont pu donner, comme dans Thé ou Café ou La Parenthèse inattendue. Si on leur pose beaucoup de questions sur un thème, j’essaye de trouver un angle différent », explique-t-elle à 20 Minutes.

Faustine Bollaert n’est d’ailleurs pas la seule à farfouiller dans les archives des personnalités. « Il y a des journalistes qui passent leur vie au téléphone, à éplucher tous les livres que les artistes ont sortis, regarder toutes les émissions qu’ils ont faites », énumère la productrice Fanchon Giorda. Au total, près de huit semaines d’enquête sont nécessaires avant le tournage, tout ça dans le but de faire intervenir une professeure, un chorégraphe, une coach de chant, un instituteur qu’ils ou elles ont particulièrement aimé.

Du rire et des larmes

La tâche s’est récemment compliquée avec la nouvelle mouture de l’émission qui contraint les équipes à travailler sur des surprises de groupe. De temps en temps, les trois petites boîtes auxquelles les personnalités font face s’ouvrent au même moment afin de lever le voile sur un de leurs points communs. « Ça peut être leur premier job, un poster d’ado… Ça crée une vraie complicité entre les trois artistes et des vrais moments conviviaux », remarque Fanchon Giorda. Une nouvelle mécanique dont le but est de jouer sur la complicité entre les invités et qui s’inscrit dans un remodelage de programme.

« Lors de la première saison, on était sur une corde qui n’était que l’émotion. Maintenant, on joue avec plein de cordes, note le producteur Jean-Philippe Lemonnier. Ça nous ouvre plein d’autres possibilités que l'on n’avait pas l’année d’avant parce qu’on était plus focus sur l’émotion. » Si les premiers numéros étaient donc très larmoyants, l’idée est désormais de passer du rire aux larmes en n’oubliant pas de faire quelques vocalises.

« On essaye de ne pas leur tirer les larmes pour leur tirer les larmes, de ne pas faire dans le pathos », renchérit Faustine Bollaert. L’animatrice ne se sent pas spécialement comme une accoucheuse d'émotions enfouies, de la même façon qu’elle pourrait l’être dans Ça commence aujourd’hui. « Je me sens plus comme la confidente des personnalités dans La boîte à secrets, dit-elle. Je suis au courant de tout, je tire les ficelles. C’est merveilleux d’être au courant de chaque surprise. »

Pendant les répétitions des invités mystères, les trois personnalités qui seront sous le feu des projecteurs le soir même, à savoir Michèle Bernier, Patrick Fiori et Carla Bruni​ lors de l’émission diffusée ce vendredi 7 mai sur France 3, se retrouvent isolées dans un bâtiment en face du studio. Si les trois célébrités savent qu’elles auront probablement la larme à l’œil pendant l’enregistrement, elles pourront toujours compter sur Faustine Bollaert et la boîte de mouchoirs bleue qui se trouve à gauche de son fauteuil. Nul doute qu’elle se videra très probablement au fil des surprises de la soirée.