« Top Chef » : « Quand le chef Etchebest s’est agenouillé, je n'ai pas compris ce qu’il m'arrivait », relate Matthias

DE L'EXCES AU SUCCES Grâce à son « apologie de l'excès », Matthias Marc a marqué « Top Chef » en proposant la meilleure assiette de la saison

Clément Rodriguez

— 

Matthias a ébloui le jury de « Top Chef » avec son « apologie de l'excès »
Matthias a ébloui le jury de « Top Chef » avec son « apologie de l'excès » — Marie ETCHEGOYEN/M6
  • M6 diffusait ce mercredi le douzième épisode de la saison 12 de Top Chef durant lequel les candidats et candidates devaient proposer une dégustation surprenante au jury.
  • Avec son « apologie de l’excès », Matthias Marc a bluffé les chefs et s’est qualifié pour les quarts de finale.
  • « Il n’y avait pas forcément une forme de dingue mais il y avait du fond », décrit le candidat à 20 Minutes.

Michel Sarran applaudit, Paul Pairet évoque une « forme de génie » et, cerise sur le gâteau, Philippe Etchebest s’agenouille. Jamais une assiette n’avait suscité un tel enthousiasme cette saison dans Top Chef. Cette farandole de compliments a été attribuée à Matthias, qui a décidé de faire « l’apologie de l’excès » pour coller au thème de l’expérience culinaire et qui a alors réalisé le « plat de l’année » selon les propres mots des juges.

Derrière ce nom énigmatique se cachait une dégustation en deux temps : d’abord, quatre bouchées trop grasses, trop pimentées, trop sucrées et trop acides. À en croire les têtes des membres du jury, ça n’a pas été de tout repos mais ils ont fini par trouver l’équilibre grâce à la tartelette posée au centre de leur paume. « C’est clair que c’est l’assiette qui me correspond le plus, décrypte Matthias Marc pour 20 Minutes. Ça correspond bien à ma ligne de conduite et à ce que je veux faire plus tard. C’est vraiment cool que c’est celle-là qui ait tant marché. »

« L’idée m’est venue très tard »

Pour le jeune chef, pourtant, cette épreuve n’a pas été la plus facile à aborder. Comme tous les candidats et candidates, il était au courant, avant que la saison ne démarre, que ce thème tomberait à un moment donné, sans savoir quand. « Révolutionner la dégustation, c’est un peu dur à imaginer. L’idée m’est venue très tard, sur la fin, on était déjà en train de tourner », se souvient-il. Matthias pense alors à revisiter la tarte au citron, parfait exemple du mélange de gras, de sucré et d’acidité.

« Dans l’approche, c’était une planche avec quatre condiments et ma main dessinée comme un enfant de 6ème. Je trouvais ça simple », constate-t-il. En revanche, le chef sait qu’il tient une bonne idée si le jury se prête au jeu : « il n’y avait pas forcément une forme de dingue mais il y avait du fond. »

La magie commence à opérer au moment où Hélène Darroze, Paul Pairet, Philippe Etchebest et Michel Sarran « tombent dans le panneau » et se lèchent les doigts tout en laissant leur imaginaire s’entremêler à la dégustation. « Après, il y a intérêt que la dernière bouchée fonctionne sinon je vais vraiment passer pour un naze », remarque Matthias en rigolant. Sa mission semble réussie mais il garde la tête froide : il a vu les réalisations de ses camarades et ne se voit pas forcément terminer à la première place.

Êtes-vous prêts à vous lécher les doigts ?

La délivrance vient au moment de découvrir le nom de celui qui remporte l’épreuve. « Quand le chef Etchebest s’est agenouillé, je n’ai pas compris ce qu’il m’arrivait, décrit Matthias. Tout le monde était choqué, même les candidats, tout le monde hallucinait. » Si le cuisinier et chef de son propre restaurant est aussi surpris, c’est également parce qu’il n’a pas vu l’intégralité de la dégustation des chefs, histoire que la production laisse planer le doute jusqu’au bout.

Afin de ne pas priver les téléspectateurs et téléspectatrices du plaisir de goûter ce plat plus qu’intriguant, Matthias a décidé d’ajouter son « apologie de l’excès » à la carte de Substance, son restaurant parisien, lorsque le protocole sanitaire permettra sa réouverture. « J’ai tout intérêt à le refaire et continuer à travailler dans ce sens-là », observe-t-il.

Avant d’arriver à cette échéance, le chef devra faire ses preuves lors des quarts de finale de Top Chef qu’il aborde « en roue libre », débarrassé d’une partie de la pression du concours depuis qu’il a remporté la guerre des restos, l’objectif qu’il s’était fixé avant de se lancer dans l’émission.