« Pékin Express » : Casting, trajet possible... Stéphane Rotenberg en dit plus sur la prochaine saison

JEU D'AVENTURE Alors que la quatorzième saison de « Pékin Express » prend fin mardi soir sur M6, la production a déjà reçu plus de 60.000 candidatures pour la prochaine édition

Fabien Randanne
— 
Stéphane Rotenberg sur le tournage de la saison 14 de Pékin Express.
Stéphane Rotenberg sur le tournage de la saison 14 de Pékin Express. — Patrick ROBERT/M6
  • La production de Pékin Express a déjà reçu plus de 60.000 candidatures pour la prochaine saison alors que le casting s’arrête le 15 mai.
  • Le tournage devrait avoir lieu au troisième trimestre 2021.
  • Le mot d’ordre pour le casting est : panachage. « J’aime cette idée d’un casting très divers socialement, dans les liens et dans les âges, avance Stéphane Rotenberg à 20 Minutes. On est séduits par l’idée de faire voyager et vivre des aventures denses, voire extrêmes, à des gens qui ne sont pas faits pour ça. »

La production de Pékin Express n’en revient pas : elle a déjà reçu plus de 60.000 candidatures pour la prochaine saison alors que le casting est ouvert jusqu’au 15 mai. « Elles arrivent à flux régulier alors qu’on a lancé seulement deux appels à la télévision », souligne l’animateur Stéphane Rotenberg pour nous donner la mesure du phénomène.

Les années précédentes, le compteur s’arrêtait à 40.000 postulants – ce qui est déjà en soi un chiffre impressionnant. Cet engouement est une nouvelle preuve du pouvoir de séduction du jeu de M6. Une promesse de dépaysement et de dépassement de soi, d’autant plus à l’heure où la population française a intégré confinements, couvre-feu et restrictions de déplacements dans son quotidien.

D’ailleurs, la quatorzième saison, qui s’achèvera mardi à 21 h 05 lors d’un ultime rendez-vous à suspense tourné à Istanbul (Turquie), a jusque-là rassemblé en moyenne 2,6 millions de téléspectateurs et téléspectatrices par épisode. Un résultat dans la lignée de la précédente édition (2,8 millions). De quoi récompenser la ténacité de la production pour qui ce millésime 2021 a été des plus chaotiques entre une suspension de tournage de plusieurs mois, un trajet entièrement repensé en deux mois et un grave accident de la route.

Destination le Moyen-Orient ?

Si jamais la pandémie venait à jouer les prolongations, la quinzième saison, dont le tournage est envisagé pour le troisième trimestre, ne serait pas forcément compromise. « En dehors des interdictions sanitaires majeures, on se rend compte qu’on peut le faire. Attention, cette quatorzième saison a été un cauchemar à tourner, on était dans des bulles, on était testés en permanence, mais on l’a fait ! », poursuit l’animateur. A Télé 7 Jours, il a déclaré que le Moyen-Orient serait « l’endroit où il serait le plus facile d’aller » pour la prochaine course.

Et si jamais il fallait opter pour des pays plus proches, la production a des routes européennes dans ses cartons, nous révèle Stéphane Rotenberg. « Autant je suis éloigné des castings, autant je suis très impliqué sur le choix de la route, ajoute-t-il. Je ne pense pas qu’on partirait sur un trajet dans l’Europe méditerranéenne mais il y a des territoires comme la Scandinavie, les pays de l’Est ou baltes, que l’on connaît beaucoup moins que le Portugal, l’Espagne ou l’Italie. »

Cependant, M6 a tendance à être davantage convaincue par des routes plus « exotiques ». Le présentateur précise que les aficionados de Pékin Express avaient été un peu moins emballés par les étapes se déroulant en Australie ou aux Etats-Unis, dont les paysages sont relativement familiers du public.

« Cohésion et mental d’acier »

Le mot d’ordre pour le choix des binômes est : panachage. « J’aime cette idée d’un casting très divers socialement, dans les liens et dans les âges, avance Stéphane Rotenberg. Même si on a toujours un ou deux warriors chaque saison, on est séduits par l’idée de faire voyager et vivre des aventures denses, voire extrêmes, à des gens qui ne sont pas faits pour ça. Dès la saison 2 ou 3, on a commencé à recevoir un grand nombre de candidatures de personnes qui avaient envie de tester, pour se dépasser, mais reconnaissaient ne pas être les mieux armées pour cela. »

Ultime conseil pour mettre toutes les chances de votre côté au cas où vous endosseriez le sac à dos rouge, selon l’animateur, pour réussir dans Pékin Express, il faut trois choses : « la cohésion du binôme, un mental d’acier et la capacité de susciter l’empathie ». Et suffisamment de chance pour ne pas tomber sur une enveloppe noire éliminatoire.