« The Voice » : De Léo Ferré à Barbara, Paul’O veut défendre la chanson française

TELECROCHET Le chanteur de 31 ans a décroché sa place pour la suite de l’aventure lors des K.-O. après avoir repris « Dis, quand reviendras-tu » ?

Fabien Randanne
— 
Paul'O, candidat de la saison 10 de The Voice.
Paul'O, candidat de la saison 10 de The Voice. — TF1/ITV/Bureau233
  • Paul’O a été qualifié par son coach Vianney lors des K.-O. de la saison 10 de The Voice.
  • Le chanteur de 31 ans a créé l’émotion en reprenant Dis, quand reviendras-tu ? de Barbara. « J’étais dans une sorte de transe, c’est comme si j’avais écrit le texte, comme si j’étais la chanson », raconte-t-il à 20 Minutes.
  • Paul’O a à cœur de défendre les classiques du répertoire français dans le télécrochet. « J’entends rarement à la radio des chansons qui ont autant d’impact, de beauté drue, vraie et sincère. Garder la rugosité et cette vérité, c’est important », dit-il.

Amel Bent, Marc Lavoine en avaient les larmes aux yeux. Samedi sur TF1, Paul’O a décroché son ticket pour la prochaine étape de cette dixième étape de The Voice grâce à sa reprise de Dis, quand reviendras-tu?découvrir par ici). Une prestation « exceptionnelle », a jugé Vianney, qui n’en était pas moins ému, ce succès de Barbara lui rappelant sa grand-mère.

« Quand j’ai vu l’émotion des coachs, je me suis dit que j’avais fait le travail et servi la chanson, nous explique le trentenaire. J’étais dans une sorte de transe, c’est comme si j’avais écrit le texte, comme si j’étais la chanson. » C’est un euphémisme de dire que son interprétation était incarnée : sa voix grave et son regard habité semblaient appuyer chaque mot.

Depuis le début du télécrochet, Paul’O a marqué les esprits en reprenant Je t’emmène au vent de Louise Attaque, mais surtout, lors des auditions à l’aveugle, Des armes de Léo Ferré.

« Beaucoup de chansons ont tendance à être lissées aujourd’hui »

« Il y a très peu de chances qu’on m’entende chanter du Lady Gaga, il y en a qui le font très bien, qui ont la puissance vocale, la volonté… Chanter en anglais pour faire du yaourt, ce n’est pas du tout mon truc », confirme-t-il. S’il s’estime « loin d’être un porte-étendard », il a à cœur de défendre la chanson française, les morceaux « qui font passer les émotions par les mots », les classiques du répertoire.

« J’entends rarement à la radio des chansons qui ont autant d’impact, de beauté drue, vraie et sincère. Beaucoup de choses ont tendance à être lissées aujourd’hui. Garder la rugosité et cette vérité, c’est important. » Paul’O ne se contente pas de chanter les mots des autres. Il écrit et compose pour son groupe Brin d’Zinc avec lequel il arpente, hors crise sanitaire, les bars du Finistère. The Voice leur a ouvert un plus large public : « Les gens viennent voir ce qu’on fait, sont très agréablement surpris et c’est chouette pour nous. »