« Koh-Lanta » : Les femmes survivront-elles au sexisme de la saison ?

SORORITE Lors du dernier épisode, les hommes de la tribu rouge n’ont pas caché leur stratégie d’éliminer toutes les femmes de leur équipe les unes après les autres

Fabien Randanne et Clio Weickert

— 

Une partie de l'équipe rouge lors d'une épreuve de Koh-Lanta, les armes secrètes.
Une partie de l'équipe rouge lors d'une épreuve de Koh-Lanta, les armes secrètes. — Alain Issock/ALP/TF1/Starface
  • Lors du dernier épisode de « Koh-Lanta », les hommes de la tribu rouge n’ont pas caché leur stratégie d’éliminer toutes les femmes de leur équipe.
  • Une démarche qui a scandalisé Maxine et Laure, jusque-là inconscientes de ces affinités masculines.
  • Les candidates survivront-elles au sexisme latent de cette 22e saison ?

« Nous traiter de machos, je ne l’encaisse pas très bien ». Piqué au vif, Frédéric n’a pas caché sa stupéfaction lors du dernier épisode de Koh-Lanta. Le prendre pour un aventurier de la misogynie, lui ? « Dans la vie de tous les jours, je suis loin d’être comme ça. Je serais capable de partir de l’aventure tellement ça m’insupporte qu’on me traite de macho », a même prévenu face caméra le candidat de l’équipe rouge. Ok, pas macho le Frédo. Mais comment appeler une stratégie consistant à éliminer les candidates les unes après les autres ?

Le sujet a été mis sur le tapis dans l’épisode de la semaine dernière. Laure et Maxine, les deux seules femmes épargnées jusque-là au sein des rouges, ont enfin ouvert les yeux sur ce qui se tramait depuis plusieurs jours derrière leur dos. Ont-elles raison de s’inquiéter ?, a demandé Denis Brogniart. « Oui, on ne va pas se mentir, bien sûr », a répondu Arnaud sans hésiter. « Depuis le début on a trouvé un terrain d’entente avec les garçons », a poursuivi Hervé. « Eliminer des femmes, ça a un côté machiste, peut-être, d’un œil extérieur. Ce qui n’est pas le cas, ça s’est fait petit à petit avec les affinités », a plaidé Frédéric.

Les femmes virées d’abord

Au premier conseil de l’équipe rouge, Candice et Magali, accusées toutes deux de mauvaise intégration sur le camp, étaient sur la sellette. Conscientes d’être dans le viseur, elles se sont sauvées de justesse, grâce à un talisman d’immunité pour la première et à une arme secrète pour la seconde. Le « quitte ou double » dégainé par cette dernière a été défavorable à Marie, qui s’est retrouvée avec un vote d’office contre elle. Cela lui a été fatal : la majorité de ses coéquipiers se sont prononcés en faveur de son élimination. Elle a quitté l’aventure sans que Frédéric, qui était pourtant lui aussi pénalisé par un vote d’office contre lui, n’ait eu à s’inquiéter.

Un ressort sexiste ? « C’est juste que Magali était proche des hommes et voulait voter contre une des filles, a répondu Marie à 20 Minutes pour expliquer son départ. Je savais que les garçons allaient voter contre moi parce que c’était plus simple. Les votes des filles sont partis un peu dans tous les sens, tout le monde était un peu stressé, c’était le premier conseil. »

Eliminer des femmes lors des premiers conseils est assez fréquent dans Koh-Lanta. Et ce pour des raisons aussi diverses que leur âge, leurs capacités physiques ou leur caractère. Dans l’équipe adverse, celle des jaunes, la doyenne Sylviane a été la première à partir. « Je savais que j’allais être éliminée comme j’avais fait perdre l’équipe à l’épreuve d’immunité. Je suis fair-play, il n’y a aucun problème avec ça », a-t-elle assuré à 20 Minutes.

« Un univers très masculin »

Chez les rouges, la deuxième éliminée fut Candice, quasiment à l’unanimité. Il est vrai qu’elle a été principalement victime d’un redoutable stratagème échafaudé par Laure et Maxine lui ayant fait croire qu’elle était hors de danger pour mieux l’éjecter sans qu’elle ne songe à jouer son collier d’immunité qui aurait pu la sauver. A cette absence de solidarité féminine s’ajoute le fait que Candice a peut-être agacé l’ego de certains hommes à force de multiplier les conseils en survie, son métier… « Je ne pense pas que ce soit une question de blesser l’orgueil mais davantage une sorte de frustration », estimait la jeune femme lors de son élimination, reconnaissant toutefois évoluer dans un « milieu très masculin » dans « l'inconscient collectif ».

Pas question pour elle de voir en ses acolytes des sexistes en puissance. « C’est un mot qui est très fort. Frédéric, sur les réseaux sociaux, est qualifié de sexiste, or, il se trouve que c’est une des personnes dont je me suis le plus rapprochée. C’est un gars avec des valeurs extras », assure-t-elle. Si elle a été évincée de son équipe c’est, estime-t-elle, car il « est un peu compliqué d’être pris pour quelqu’un de légitime quand on est la plus jeune et que dans l’inconscient collectif on exerce une activité habituellement réservée, ou plutôt davantage destinée, aux hommes. » Ce qui est précisément la définition d’un biais sexiste.

Des répartitions des tâches très genrées

La question du sexisme, conscient ou inconscient, est récurrente dans Koh-Lanta. Beaucoup ne s’aperçoivent pas de la répartition genrée des tâches sur le camp : les femmes comptent les rations de riz et cuisinent, les hommes chassent ou font le feu – depuis la création du programme, une seule femme, Sara Tallon, a fait du feu. La saison intitulée La guerre des chefs, diffusée en 2020, avait été scrutée par le Haut conseil à l’égalité (HCE) dans le cadre de son état des lieux du sexisme en France. Dans le rapport, publié l’an passé, le jeu d’aventure est relativement épargné comparé aux téléréalités Les Anges et Les Marseillais vs. le reste du monde, également prises en compte dans l’analyse. L’émission est cependant mentionnée dans les paragraphes notant que « les femmes sont souvent présentées comme stupides » ou mettant en avant « le dénigrement entre candidates » ou « l’association des champs lexicaux de la faiblesse et du féminin ». Des constats dont on peut trouver des exemples dans « Les armes secrètes », telles que la condescendance de plusieurs membres de l’équipe jaune à l’égard de Laëtitia ou le traitement réservé à Candice par Laure et Maxine.

Il n’empêche, l’état des lieux signé par le HCE avait fait bondir la productrice Alexia Laroche-Joubert lors de sa publication au printemps 2020. Elle s’était dite « scandalisée » au micro d’Europe 1 : « On ne peut pas laisser un rapport, qui est partiel et partial, qui laisse à désirer, mettre à mal une émission de référence, qui est regardée par un enfant sur deux, avec des valeurs qui font que les petites filles peuvent s’apercevoir que quand on veut, on peut et on gagne. » Elle ajoutait que la gagnante de la saison en question était Maud. Ce sont également des femmes qui ont remporté les éditions diffusées depuis : Naoil s’est imposée dans L’île des héros et Les 4 terres a vu la victoire d’Alexandra.

« Une petite revanche sur toutes les moqueries »

Cette dernière déplorait toutefois auprès de 20 Minutes le « côté macho » ayant tendance à s’exprimer dans Koh-Lanta. « On résume nos victoires [dans les épreuves individuelles] au mental, comme si ce ne pouvait être que ça, parce qu’on est des femmes », nous déclarait-elle.

Dans l’interview accordée après avoir gagné sa saison, elle insistait : « Nous, les femmes, avons pris énormément de réflexions sur des choses superficielles comme la voix, le physique, etc. ça me déçoit et me dégoûte. On devrait être belles et se taire, j’ai l’impression. Or, quand on participe à Koh-Lanta, ce n’est pas pour ça. On est venues montrer qu’on pouvait être aussi fortes que des garçons. Eux, dès qu’ils font une performance, ce sont des demi-dieux, et nous, il y a toujours une critique sur quelque chose qui n’a rien à voir, qui vient contrebalancer. On est soit pas cool, soit trop grande gueule, soit stressées, soit stratèges. Même si nos performances, sont visibles à l’écran, ces critiques les atténuent énormément. C’est injuste », clamait-elle, estimant que sa victoire était « une petite revanche sur toutes les moqueries » subies et se disant fière de « représenter la gent féminine ».

Une réunification libératrice ?

Si les candidates des Armes secrètes ne tiennent pas – du moins pour l’instant –, un tel discours d’empouvoirement féminin, les choses semblent être sur le point de changer du côté du camp rouge. Laure et Maxine ont célébré le retour de Magali dans la course et semblent avoir désormais l’intention de tenir la dragée haute aux hommes de l’équipe. La suprématie masculine est d’autant plus vulnérabilisée que l’heure de la réunification est venue, et que Laure dispose d’une arme secrète censée lui donner un avantage pour cette étape cruciale. On saura de quoi il retourne précisément dans l’épisode de vendredi, mais la flamme du flambeau du patriarcat vacille sévèrement.