Coronavirus : « Je n’organise pas de dîners, pas de soirées », se défend Pierre-Jean Chalençon

POISSON D'AVRIL ? Dans un reportage de M6, le collectionneur s’est vanté d’organiser des dîners clandestins et d’avoir été à des dîners avec des ministres

L. Be.

— 

 Pierre-Jean Chalencon, collectionneur francais, specialiste de Napoleon Bonaparte, photographie chez lui a Paris dans le Palais Vivienne le 15 decembre 2020.
Pierre-Jean Chalencon, collectionneur francais, specialiste de Napoleon Bonaparte, photographie chez lui a Paris dans le Palais Vivienne le 15 decembre 2020. — TELBA/LMS/SIPA

Pierre-Jean Chalençon, au cœur de la polémique sur les dîners clandestins, se défend sur BFMTV. « Je n’organise pas de dîners, ni de soirées. Je n’organise rien du tout au palais Vivienne ou ailleurs », a-t-il affirmé sur la chaîne d’informations en continu ce mardi, invoquant l’humour. « C’était un énorme poisson d’avril qui a marché », a-t-il prétendu, avant d’expliquer plus en détail de quoi il s’agissait.

« J’ai fait une conférence de 45 minutes où j’ai fait visiter le Palais Vivienne, où j’ai pris des photos pour la presse, pour organiser ces fameuses visites que je vais lancer à partir du 5 mai, puisque le 5 mai 2021, ce sera le bicentenaire de la mort de l’empereur et que je suis le gardien de cette histoire », a-t-il expliqué. Avant de lancer : « Ces gens-là se sont introduits chez moi, c’est une violation de domicile, ils ont entrecoupé des images. Le Palais Vivienne organise, par an, à peu près 100 à 150 soirées professionnelles, parce que je ne loue pas aux particuliers ».

L’argument de « l’humour »

La polémique a surgi ce week-end pascal avec la diffusion d’un reportage de M6 consacré aux dîners clandestins dans la capitale par temps de pandémie et de nouveau confinement. Une séquence a agité particulièrement d’abord les réseaux sociaux puis la sphère politique. Celle où un homme, à la voix modifiée, mais rapidement identifié comme étant Pierre-Jean Chalençon, se vante d’organiser des dîners clandestins et d’avoir été dans plusieurs restaurants avec « un certain nombre de ministres ».

Pierre-Jean Chalençon, à travers un communiqué de son avocat dimanche soir, a implicitement reconnu être cette source. Mais il a plaidé qu’il faisait seulement de « l’humour » et maniait « le sens de l’absurde », quand il avait assuré que des ministres participaient à de tels repas.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a demandé une enquête administrative au préfet de police de Paris pour vérifier les faits rapportés. Puis le procureur de Paris Rémy Heitz a ouvert une enquête pénale.