« Canap 95 » : Une séquence raciste et sexiste du jeu « Pyramide » ressurgit

TELEVISION Nombre d'internautes ont fait part de leur stupéfaction en découvrant mardi, dans l'émission présentée par Etienne Carbonnier sur TMC, ces séquences du jeu de France 2 diffusé à la télévision en 1995

C.W.
— 
Image extraite de la séquence de
Image extraite de la séquence de — Capture d'écran Twitter du compte de

Mardi soir, TMC diffusait Canap 95, une émission présentée par Etienne Carbonnier retraçant l’année 1995 à travers des archives de la télévision française. Parmi elles, une séquence a particulièrement choqué les internautes, extraite du jeu Pyramide présenté par Patrice Laffont sur France 2.

Pépita, visage emblématique du jeu télé, y est la cible de propos racistes et sexistes. Dans l’une de ces séquences, elle lit une carte postale envoyée par l’un des téléspectateurs au dos de laquelle apparaît un chimpanzé. « Oh, c’est vous en photo Pépit’ sur la carte postale », lance alors la voix off, suscitant les rires du public. « C’est à force de manger des bananes », ajoute une voix masculine en plateau.

« Hallucinant et édifiant »

Plus de vingt-cinq ans après leur diffusion, ces extraits ont stupéfié les internautes. « Sexisme et racisme décomplexés à midi. Hallucinant et édifiant », écrit un journaliste sur Twitter. « Je suis sans voix. Et tout d’un coup là j’ai envie de la prendre dans mes bras », réagit la journaliste Aïda Touirhi. « Je viens de tomber sur les archives de Pyramide dans #Canap95 : le choc, entre sexisme et racisme envers Pepita. Et dire qu’à l’époque nous regardions tous sans être choqués », note également un internaute.

Interviewé par 20 Minutes sur le concept de Canap 95, Etienne Carbonnier a expliqué le point de vue adopté par sa nouvelle émission : « Dans Quotidien, on travaille sur les émissions et la société de 2021. L’idée était de faire pareil en prenant toutes les émissions de 1995 et essayer de les décrypter. On voulait qu’en regardant l’émission le public se rende bien compte de l’époque sans, comme je le dis au début, juger ou dire que tout était mieux avant. Il s’agit de rendre compte de l’époque. On a essayé de prendre les choses emblématiques. On a regardé des centaines d’heures de rushes. »