Koh-Lanta : Denis Brogniart réagit aux accusations de maltraitance animale

GO VEGAN « La recherche de nourriture, ça fait partie de l’émission », s’est défendu l’animateur de Koh-Lanta, après des critiques de l’association Peta  

A.L.

— 

Denis Brogniart et son arme secrète : le totem de « Koh-Lanta »
Denis Brogniart et son arme secrète : le totem de « Koh-Lanta » — ©A.ISSOCK/ALP/TF1

Alors que le jeu Koh-Lanta est l’objet de critiques pour avoir montré des candidats s’acharner contre des animaux, l’animateur de télévision Denis Brogniart a réagi sur Sud radio, affirmant que les candidats n’avaient pas pêché « pour le plaisir de pêcher » mais « pour manger ».

Vendredi, dans le premier épisode de « Koh-Lanta, les armes secrètes », les candidats de l’équipe rouge ont essayé de tuer des raies pastenague avec une machette, sans succès. Ils s’en sont ensuite pris à une murène, qu’ils ont essayé d’écraser, sans y parvenir.

Message nuisible aux plus jeunes

Des téléspectateurs et téléspectatrices choquées ont interpellé la chaîne, ainsi que l’association Peta, qui a écrit un courrier à TF1, demandant aux dirigeants de « ne plus soutenir la souffrance animale »

« Torturer et tuer des animaux à l’écran est une manière extrêmement immorale de tenter d’attirer des téléspectateurs, tout particulièrement à une époque où le respect des animaux est de plus en plus important aux yeux de tous. En outre, cela transmet un message nuisible aux plus jeunes qui visionnent ces scènes cruelles que l’on fait passer pour du divertissement » précise PETA dans sa lettre adressée au président-général de TF1.

« Ça fait partie de l’émission »

Invité de Sud Radio ce jeudi 18 mars, Denis Brogniart a rejeté ces accusations : « Est-ce que vous pensez que le pêcheur à la ligne lorsqu’il prend avec un hameçon un poisson il le fait sans faire "souffrir" un peu le poisson ? À un moment, il faut arrêter ça. On est dans une émission où [les candidats] n’ont rien et où on leur dit de se servir du milieu naturel, pour continuer à vivre dans cette aventure. »

Puis, répondant à l’un des journalistes de Sud Radio qui se faisait « l’avocat du diable » et faisait remarquer que les candidats et candidats n’ont pas réellement besoin de chasser pour se nourrir, mais qu’ils et elles sont mis dans cette situation par TF1, Denis Brogniart a de nouveau rétorqué : « Quand on mange un poulet, une entrecôte, et je ne me mets pas du côté des végétariens, ça veut dire que quelque part à un moment on a tué un animal précédemment. On ne fait pas le show, on montre : Koh-Lanta, c’est montrer ce qu’il se passe. Et effectivement, la recherche de nourriture, ça fait partie de l’émission. »