« The Voice » : Nayah, Maria, Lisa... Quand d'ex-candidates de l'Eurovision tentent leur chance au télécrochet

MUSIQUE Samedi, pour la troisième saison consécutive, une ancienne candidate de l'Eurovision participera au télécrochet de TF1. Un hasard ?

Fabien Randanne

— 

Nayah (à gauche), Maria Cuche (à droite, en haut) et Virginie Vetrano alias Lisa Angell, dans The Voice.
Nayah (à gauche), Maria Cuche (à droite, en haut) et Virginie Vetrano alias Lisa Angell, dans The Voice. — Yann Dejardin - Lionel Guericolas (archives) / ITV / Bureau233 / TF1
  • Nayah, qui a représenté la France à l’Eurovision 1999, entrera en lice dans « The Voice » samedi sur TF1.
  • La saison dernière et celle d’avant, deux autres candidates de l’Eurovision, Lisa Angell et Maria, ont participé au télécrochet de TF1.
  • « L’Eurovision, c’est un concours de chansons et The Voice, c’est un concours de talents. L’un n’est pas au-dessus de l’autre. Les deux sont transversaux », explique à 20 Minutes Bruno Berberes, le directeur de casting du télécrochet… et ancien chef de la délégation française à l’Eurovision.

L’Eurovision, un tremplin vers The Voice ? Samedi, Nayah, la représentante française à l’Eurovision 1999 tentera sa chance aux auditions à l’aveugle du télécrochet de TF1. L’an passé, c’était Maria Cuche, et celle d’avant, Lisa Angell, respectivement candidates de l’Irlande en 1985 et de la France en 2015, qui se sont retrouvées dans l’émission.

Pur hasard ou choix délibéré ? « Un mélange des deux », nous répond Bruno Berberes, directeur de casting de The Voice. Tout au long de l’année, il écume les concours de chants et scènes ouvertes de l’Hexagone. Le destin l’a ainsi amené à rencontrer Maria du côté de Nancy, où elle vit depuis plusieurs années, ou à officier dans un jury au côté de Lisa Angell. Mais quand d’autres regarderaient de haut ces artistes ayant dépassé la quarantaine, lui, ne verse pas dans le snobisme. Et pour cause : de 2001 à 2012, il a été le chef de la délégation française à l’Eurovision et connaît donc parfaitement le grand barnum musical, ses codes et ses coulisses.

« Trouver une autre façon de faire parler de soi »

« L’Eurovision, c’est un concours de chansons et The Voice, c’est un concours de talents. L’un n’est pas au-dessus de l’autre. Les deux sont transversaux », explique Bruno Berberes. A ses yeux, se remettre en danger dans un télécrochet après avoir représenté son pays devant quelque cent millions de téléspectateurs n’a rien d’un retour en arrière. « L’Eurovision, ce n’est pas une autoroute vers le succès pour tout le monde. C’est un moment de gloire, explique-t-il. Quand ça ne marche pas, il faut trouver une autre façon de faire parler de soi. »

Virginie Vetrano, alias Lisa Angell, ne dit pas le contraire. Il y a six ans, elle a fini vingt-cinquième sur vingt-sept à l’Eurovision. « Sur le moment, ça a été très violent. L’album que je venais de sortir est mort né, personne ne s’est plus intéressé à la suite de ma carrière », se remémorait la chanteuse auprès de 20 Minutes avant son passage dans The Voice en 2019.

Les élèves de son école de chant l’avaient encouragée à se présenter à l’émission de TF1. « J’ai dit que j’allais tenter le coup pour faire quelque chose d’un peu extraordinaire que je ne ferai pas à 60 ni à 70 ans. C’est ma dernière grande expérience », glissait celle qui venait d’entrer dans la cinquantaine et avait fini par être éliminée aux « battles », face à Leona Winter, future demi-finaliste. Depuis, elle n’a guère fait parler d’elle. L’an passé, les choses s’étaient mieux passées pour Maria, 55 ans, qui avait survolé la compétition jusqu’en demi-finale, bénéficiant d’une large couverture médiatique.

« Revenir à l’essentiel »

On saura samedi si Nayah pourra espérer un succès similaire dans le télécrochet. Auprès de 20 Minutes, elle tient un discours tout en humilité. « Quand tu as le privilège, la chance, l’honneur de faire l’Eurovision, cela veut dire que tu as un certain bagage, un standing, dit-elle. The Voice est aujourd’hui l’un des plus grands défis musicaux à relever. Mon devoir est de revenir à l’essentiel, de rester vraie. Cela reste une expérience nouvelle, et comme tout ce que l’on fait pour la première fois, il faut gérer la pression au fur et à mesure et toujours être au top. »

Faut-il s’attendre à voir de nouveau une ou un artiste passé par la case Eurovision dans la prochaine saison de The Voice ? Bruno Berberes ne ferme pas la porte. Il sourit : « J’ai mon fichier dans ma tête. »

« The Voice », tremplin vers l’Eurovision

Il est très fréquent, depuis que les concepts de télécrochets – Nouvelle star, Popstars, Rising Star… – se développent sur les chaînes du monde entier, de retrouver à l’Eurovision des candidats qui en sont issus. Duncan Laurence, le dernier gagnant en date, s’est ainsi illustré dans la version néerlandaise de The Voice. Côté candidatures françaises, citons Amandine Bourgeois, gagnante de Nouvelle star, en 2013, puis Amir en 2016 et Bilal Hassani en 2019, passés par The Voice et The Voice Kids. A l’Eurovision 2021, Gjon’s Tears demi-finaliste de The Voice France en 2019, représentera la Suisse. La représentante de la France, Barbara Pravi, a quant à elle refusé de faire The Voice, mais elle a coécrit sa chanson, Voilà, avec Igit, demi-finaliste de la saison 3 du télécrochet de TF1.