« Les Marseillais » : Une histoire de sorcellerie plonge les candidats en situation de crise

« MIROIR, MON BEAU MIROIR » Une sorcière s’invite au casting de la vraie vie des « Marseillais », touchant particulièrement Carla Moreau et Maeva Ghennam, et c’est à n’y rien comprendre

Clément Rodriguez

— 

« Les Marseillais » partiront-ils bientôt à la conquête de Poudlard ?
« Les Marseillais » partiront-ils bientôt à la conquête de Poudlard ? — MAZEN ABUSROUR/AGENCE HOP/M6
  • Une sorcière qui vient détruire des liens d’amitié au sein d’un groupe (plus ou moins) uni, ce n’est pas l’histoire d’un conte de Grimm mais l’épreuve que traversent Les Marseillais depuis quelques jours.
  • Comment la tourmente s’est-elle immiscée chez les membres du casting, et plus particulièrement entre Carla Moreau et Maeva Ghennam ?
  • 20 Minutes​ tente de récapituler cette histoire digne d’une science-fiction.

De la magie noire, des rites sataniques, une sorcière aux pouvoirs destructeurs… Non, il ne s’agit pas du scénario d’un épisode de Game of Thrones mais bien de la vraie vie des Marseillais qui déchaîne les passions. Alors que la nouvelle saison de leurs aventures à Dubaï a été lancée sur W9 la semaine dernière, ce n’est pas l’émission en elle-même qui agite les réseaux sociaux depuis 48 heures.

Une poupée vaudoue au centre du drame

Le drama de l’année (on ose déjà l’affirmer) démarre sur Snapchat. Ce week-end, Maeva Ghennam, candidate de l’émission depuis 2018, accuse l’une de ses camarades, sans la nommer, d’avoir fait appel à une sorcière dans le but de lui nuire. Marc Blata, autre personnage de la téléréalité, notamment connu pour avoir participé à La Belle et ses princes presque charmants sur W9, enchaîne quelques heures plus tard en expliquant que, selon lui, Carla Moreau a régulièrement recours aux services d’une voyante pour nuire à son entourage.

D’après Marc Blata, la jeune femme aurait joint la diseuse de bonne aventure il y a plusieurs années en lui demandant de réaliser son vœu le plus cher : devenir connue. Après avoir intégré le casting des Marseillais, Carla Moreau aurait gardé contact avec cette voyante. « Elle a été obnubilée par tout ça, elle a voulu vraiment briller plus qu’eux, quitte à employer des méthodes très très sombres, indique Marc Blata dans une story publiée sur Snapchat. […] Elle s’est mise en concurrence avec les autres meufs de téléréalité, donc la jalousie est arrivée. Elle a fait appel à cette même voyante qui avait fonctionné avec elle anciennement pour commencer à leur faire du sale. »

Dans des vidéos partagées par ce même candidat de téléréalité, on découvre la voix et la main de deux femmes, présentées alors comme Carla Moreau et sa « sorcière » en train de s’adonner à une pratique vaudoue avec une poupée et des clous. « Je pique Maeva pour que Maeva quitte définitivement W9 et se fasse virer de Moundir [et les apprentis aventuriers], entend-on dans l’extrait partagé sur les réseaux sociaux. Je touche encore une fois la production W9. Ils devront se séparer de Maeva rapidement et instantanément et que Carla devienne à tout jamais la première des candidats de télé Les Marseillais. »

Carla Moreau, entre humiliation publique et soutien populaire

Suite à ces révélations, la plupart des participants à l’émission se sont rangés du côté de Maeva, première victime apparente de cette histoire. « Peut-être que Carla est tout simplement malade et qu’elle a besoin de se faire aider. Même si c’est très grave ce qu’elle m’a fait, une personne normale ne peut pas faire des trucs aussi malsains. Même si je ne lui pardonnerai pas, elle a besoin de nous pour se faire aider et soigner », a-t-elle partagé sur Instagram.

Tour à tour, bon nombre de candidats ont pris la parole sur les réseaux sociaux pour prendre la défense de Maeva Ghennam. Manon Tanti s’est par exemple dite « choquée mais pas étonnée » quand Greg Yega, lui, a expliqué être « abasourdi ». Si l’on voulait trouver des personnalités attachées à soutenir Carla Moreau, c’est du côté des anonymes des réseaux sociaux qu’il fallait se tourner. Sur Twitter, ce lundi, le hashtag #SoutienCarlaMoreau était parmi les sujets les plus discutés de la journée. Les internautes appelaient notamment à se méfier de Marc Blata, susceptible d’avoir relayé toutes ces informations pour le buzz.

Connaîtra-t-on le fin mot de l’histoire ?

Une nouvelle pièce a été mise dans la machine lundi soir avec une story publiée par Maeva Ghennam. Sur Snapchat, l’influenceuse « tient à [s]’excuser auprès de Carla » pour le déversement de haine qu’elle a subi. « Je sais toute la vérité et je ne peux pas en parler. […] Ça fait une heure que je suis au téléphone avec elle, je viens de comprendre des choses. Et toute cette histoire est fausse », relate-t-elle entre deux sanglots.

On croyait alors que l’on allait connaître le fin mot de l’histoire dans les heures à venir. Mais c’était sans compter sur un énième rebondissement. Ce mardi après-midi, Maeva a retourné la situation en révélant que les faits seraient en fait, selon elle, véridiques. « Je n’arrive pas à concevoir que Carla ait pu me faire ça… Oui c’est sa voix et Carla me l’a confirmé hier au téléphone. J’ai réagi à chaud en voyant le désespoir de Kevin [son compagnon] car hier soir j’étais avec lui », écrit-elle sur Instagram. Des mots qui contrastent avec sa vidéo d’excuses postée la veille au soir, et supprimée depuis.

Invité de Touche pas à mon poste ce lundi, celui qui a mis le feu aux poudres à toute cette histoire n’a pas convaincu. Selon le ressenti de certains internautes, Marc Blata aurait simplement cherché à faire son autopromotion, profitant de la vitrine qui lui a été offerte en direct par l’émission. En fin de programme, lorsque Cyril Hanouna lui a demandé s’il avait quelque chose à rajouter, il a répondu par exemple « Suivez-moi sur Snapchat ». Quelques heures plus tard, sur Instagram cette fois-ci, l’ancien candidat de téléréalité lance un appel : « si un opérateur d’Internet veut faire une pub avec moi, c’est 10.000 [euros] ». Vraie proposition ou machine à buzz ? C’est la question que chacun doit garder en tête face à toute cette histoire.