« The Voice » : « La France me donne une opportunité que j’ai attendue trente-quatre ans », confie l’Italienne Giada

INTERVIEW « 20 Minutes » a recueilli les réactions de Giada, venue d’Italie pour tenter sa chance dans le télécrochet de TF1

Giada, candidate de la saison 10 de The Voice.
Giada, candidate de la saison 10 de The Voice. — Bureau 233 / ITV / TF1
  • La dixième saison de The Voice a été lancée samedi sur TF1.
  • Parmi les talents en lice dans cette première émission, Giada, trentenaire italienne qui a fait forte impression sur Il mio rifugio de Richard Cocciante.
  • Giada a choisi de rejoindre l’équipe de Florent Pagny. « Mon frère m’en avait dit beaucoup de bien. Je savais qu’il aimait les belles voix », explique-t-elle à 20 Minutes.

Dans sa présentation, elle disait détester le mot « clignotant », si compliqué à prononcer pour l’Italienne qu’elle est, et être capable de changer les freins d’une voiture toute seule. En tout cas, Giada a parfaitement tenu la route samedi lors de la première session d’auditions à l’aveugle de la dixième saison de The Voice sur TF1. Les quatre coachs ont retourné leurs fauteuils sur sa reprise d’Il mio rifugio, le tube de Richard Cocciante utilisé dans la bande originale du film Tandem. La chanteuse transalpine, elle, a décidé de se mettre en selle avec Florent Pagny.

Pourquoi avez-vous tenté votre chance à « The Voice » en France ?

Je vis en Italie, mais j’ai un peu de famille en France. C’est mon cousin qui m'a inscrite à l’émission. Je n’étais pas au courant et j’ai reçu un mail de la production disant qu'elle était intéressée par ma candidature. Je m’étais présenté au casting de la version italienne, mais je n’avais pas été prise.

Pourquoi avez choisi cette chanson de Richard Cocciante…

Parce que je l’aime bien et je sais qu’il est très connu en France aussi. Je voulais chanter en italien, mais sur une chanson que le public français pouvait chanter avec moi.

Quand, après votre prestation, Vianney vous a dit que vous devriez dé-chanter, avez-vous compris ce qu’il voulait dire ?

Tout le monde m’a dit de belles choses. Je n’ai pas bien compris pourquoi il a dit comme ça. C’était une journée pleine d’émotions. J’ai dit « oui, oui » à tout le monde mais je n’ai sans doute pas tout saisi, j’attends samedi pour voir et comprendre un petit peu mieux (rires).

Vous connaissiez les coachs ?

Oui. Je les avais vus dans The Voice ces dernières années lors de mes passages chez mon frère en France. Je connaissais Florent Pagny, Marc Lavoine et Amel Bent. J’ai rejoint l’équipe de Florent parce que mon frère m’en avait dit beaucoup de bien. Je savais qu’il aimait les belles voix. Il avait bloqué Amel, donc cela voulait dire qu’il avait confiance en moi et j’ai voulu lui rendre cette confiance.

Quel est votre rapport à la chanson française ?

Pour moi, Lara Fabian, qui est célèbre en Italie, est l’une des meilleures chanteuses du monde. Je trouve le français très musical, un petit peu plus que l’italien, j’aime beaucoup parler cette langue. Chanter en français pour moi, c’est une aventure.

Dans la prochaine étape de l’aventure, vous entendra-t-on chanter en français ?

Oui, car c’est la France qui me donne une opportunité. J’ai attendu trente-quatre ans pour en arriver là. Je dois chanter pour le public et je veux le faire en français, des chansons que tout le monde connaît.

Vous aimeriez faire carrière en France ?

J’aime chanter. Où, ce n’est pas très important. Je serais heureuse de faire carrière en Italie, parce que c’est mon pays de naissance, mais aujourd’hui, c’est la France qui m’offre une opportunité et j’en suis très contente aussi.